Les magnifiques moyens pour apprendre le chinois en ligne

[Source]    Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer) [Time]    2020-04-16 10:23:07 
 

A cause de la propagation continue de l’épidémie de COVID-19 à l’échelle mondiale, de nombreux pays ont renforcé leurs mesures de prévention et de contrôle en suspendant les cours, en demandant de fermer les commerces non-essentiels et en promouvant au maximum le télétravail. Un grand nombre d’Instituts Confucius et d’écoles de chinois à l’étranger donnent ainsi leurs cours de chinois en ligne, en lançant des moyens diversifiés d’enseignement. Les apprenants ont ainsi pu continuer à apprendre le chinois lors de la suspension des cours.

Le premier cours en ligne a obtenu de bons résultats

Les enseignants de l’Ecole Aihua de chinois à Madrid, en Espagne, ont lancé le 4 avril un cours de chinois en ligne après près d’un mois de formations et de discussions sur les programmes d’enseignement. Lors de la première journée, les enseignants ont bavardé avec les apprenants avant le début du cours.


Mme Wu Yiwei (2ème en haut) et ses élèves lors d’un cours de chinois en ligne

Zhang Yu, enseignante de l’Ecole Aihua de chinois, a noté que c’était la première fois qu’elle utilisait l’enseignement en ligne. « A vrai dire, j’étais très excitée avant le premier cours en ligne, mais j’étais aussi un peu nerveuse, car j’avais peur que les élèves ne participent pas pendant le cours et que je ne sois pas à l’aise dans l’utilisation du logiciel d’enseignement. Après le premier cours, je me suis rendu compte qu’en ayant confiance et en maîtrisant chaque point de connaissances, le cours marcherait sans obstacle. Les élèves ont trouvé le cours en ligne curieux lors de la première heure et ont fait preuve d’un esprit rapide. Bien qu’il n’y ait que deux heures lors du premier cours, les points de connaissances que nous avons abordés représentaient plus de trois heures de cours en classe ».


Zhang Yu donne un cours de chinois à ses élèves.

Chai Runze, collégien en sixième, apprend le chinois à l’Ecole Aihua. Il s’adapte progressivement à ce mode. « Nous pouvons poser les questions directement à l’enseignant lors du cours en ligne. Bien que je pense souvent au cours en classe, où on pouvait être avec nos camarades, le cours en ligne me permet aussi de voir l’enseignant et les amis à travers l’écran. »

C’est la première fois que les enseignants et les élèves de l’Ecole Aihua utilisent l’enseignement en ligne. Ainsi, ils ne peuvent qu’avancer en tâtonnant. « Il est très important de bien réfléchir aux programmes d’enseignement pour assurer la qualité du cours », a indiqué Huang Xiaojie, directrice de l’Ecole Aihua.

Compte tenu du fait que les enseignants ne peuvent pas communiquer avec les élèves en face à face lors du cours en ligne, l’Ecole Aihua a adopté un mode de cours en petite classe. Le nombre d’élèves est de moins de 10 pour chaque cours afin d’assurer de bons résultats. « Du renseignement sur les manuels au choix des heures de cours, de la préparation innovante des programmes d’enseignement en ligne à la formation des enseignants en matière de mise en lumière des points importants, du comportement des enseignants aux moyens d’opération habile des logiciels… Nous avons discuté à plusieurs reprises pour faire de notre mieux avec les cours en ligne. Aujourd’hui, moi, une enseignante qui entre en contact avec les cours en ligne pour la première fois, peux résoudre rapidement les problèmes des élèves dans l’opération du logiciel pendant le cours », a confié Zhang Yu.

Les divers moyens des enseignants

Lors du cours en ligne, en raison du manque d’interaction en face à face entre les enseignants et les élèves, fixer la concentration des élèves sur les contenus du cours est un vrai défi pour les enseignants de chinois.


Chen Liangyu donne un cours de chinois en ligne.

L’Institut Confucius de Phuket de l’Université du Prince de Songkla (PSU) propose des cours de chinois en ligne depuis février. L’enseignante Chen Liangyu, qui y participe depuis le début, a parlé de ses expériences. « Parfois, je montre des photos de stars thaïlandaises en vue de faire diverger les pensées des élèves. J’adopte aussi des jeux de rôle dans un contexte donné pour les attirer. Par exemple, dans le cours sur la commande des plats, je vais faire les élèves jouer le rôle de serveur chacun son tour pour se poser mutuellement des questions », a indiqué Mme Chen. Ses cours en ligne attirent non seulement des élèves thaïlandais, mais aussi des apprenants venant du Vietnam et du Laos. Ils se réunissent grâce au chinois malgré leur grande distance géographique. « Ça, c’est impossible de le faire avec un cours en classe. Bien que certains élèves ne comprennent pas le thaïlandais, ils participent activement lorsqu’ils voient les élèves thaïlandais et moi jouer des rôles pour nous poser mutuellement des questions », a-t-elle précisé.

Wu Yiwei, une autre enseignante de chinois à l’Ecole Aihua, a fait le bilan de ses astuces : « Je prépare des vidéos sur des citations classiques de la culture ou de l’histoire chinoises relatives au cours avant l’explication, pour que les élèves puissent en avoir une compréhension plus directe ». Pendant la période de la fête de Qingming, Mme Wu a enseigné à ses élèves le poème « La pluie de printemps ». Elle a présenté non seulement le contexte du poème mais aussi l’origine du cottage de chaume de Du Fu, afin que les élèves puissent connaître le poète Du Fu. Pour les élèves en bas âge qui s’intéressent à l’alimentation chinoise, Mme Wu a discuté avec eux des coutumes en termes d’alimentation lors de la fête de Qingming.

Zhang Yu réajuste constamment ses contenus et profite des outils multimédias pour susciter l’intérêt des élèves. « En comparaison avec les cours en classe, l’enseignement en ligne est plus flexible en matière d’heures, de moyens et de lieux. Par exemple, je profite de vidéos et d’images de dessins animés intéressants pour élargir les contenus dans les manuels, afin que le cours soit plus divertissant », a-t-elle expliqué.

Des astuces pour la révision et le suivi des cours

Pour les cours de chinois en ligne, les enseignants rencontrent également des défis sur la manière de consolider les connaissances des élèves et suivre à temps leurs progrès.

Pour faire face aux interactions limitées dans l’enseignement en ligne, Chen Liangyu a expliqué : « Notre Institut Confucius propose un cours de chinois élémentaire trois jours par semaine et deux heures par jour. Compte tenu des heures d’interaction limitées dans le cours en ligne, mes élèves et moi avons créé un groupe de discussions sur les études après les cours. Nous avons maintenant une cinquantaine de membres dans le groupe. A part la discussion sur les études, comme la grammaire chinoise, nous improvisons aussi des compétitions de virelangues. Par exemple, il n’est pas facile pour les Thaïlandais de distinguer les deux chiffres 4 (sì) et 10 (shí). Les candidats envoient un message audio de leur virelangue dans le groupe. Cela a non seulement mis de l’ambiance, mais a aussi permis aux élèves de se sentir proche du chinois malgré le cours en ligne ».

« La plupart des apprenants dans le groupe sont diplômés. Ils travaillent dans différents secteurs et viennent de différents pays d’Asie du Sud-Est. Certains n’ont aucune connaissance sur le chinois, d’autres ont appris la langue depuis déjà un certain temps. Chaque jour, nous nous échangeons des phrases faciles en chinois dans le groupe, et nous menons des discussions une fois que quelqu’un rencontre des problèmes. Les apprenants s’entraident aussi. Ceux qui possèdent une base en chinois aident les autres pour s’initier rapidement », a ajouté Mme Chen.

« Les apprenants aiment beaucoup ce groupe pour interagir et apprendre en chinois. Je me suis également inspirée de cela. Après l’épidémie, ce groupe pourra être conservé pour diversifier davantage les moyens d’enseignement du chinois », a indiqué Mme Chen.

« J’aime bien l’apprentissage à travers l’interaction en ligne. Pour moi, un grand avantage de ce moyen est que je peux réviser les connaissances apprises par l’enseignante à tout moment et partout avec le logiciel », a confié Ning Ning, apprenant thaïlandais qui suit le cours de chinois dans la classe en ligne de Mme Chen.

(Photos fournies par les interviewés)

Le Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer), page 11 de l’édition du 10 avril 2020 Journaliste : Wang Shuchen)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées