Le Togo accueille son premier département de chinois dans une université

[Source]    Quotidien du Peuple [Time]    2020-01-07 16:52:33 
 

Le Département de chinois de l’Université de Lomé, au Togo, a récemment été mis en service et a recruté ses 21 premiers étudiants. Cela a marqué le lancement officiel de la première spécialité de langue chinoise dans une université dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Etant donné que cette université avait auparavant proposé le chinois comme cours en option, le lancement de cette spécialité signifie que l’enseignement du chinois dans les universités togolaises est entré dans l’enseignement professionnel au-delà des cours à crédits en option.

A l’heure actuelle, l’Institut Confucius de l’Université de Lomé se charge de l’enseignement de cette spécialité. L’Institut adoptera le mode « Le chinois + la traduction » pour cultiver l’intérêt des étudiants pour la sinologie tout en garantissant la pratique linguistique. Depuis sa création il y a 10 ans, l’Institut Confucius de l’Université de Lomé a fourni des formations de chinois à plus de 7000 étudiants et a formé un grand nombre de talents maîtrisant le chinois pour la société togolaise.

Koffi Akpagana, ministre togolais de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a déclaré que la création de la spécialité de chinois à l’Université de Lomé permettrait de construire une plateforme de coopération entre le Togo et la Chine dans l’éducation, la recherche scientifique, la promotion culturelle ainsi que les échanges inter-universitaires. Selon lui, cela jouera un rôle actif pour promouvoir davantage les échanges Togo-Chine et Afrique-Chine et pour rapprocher les peuples togolais et chinois.

« Au fur et à mesure de l’approfondissement continu de la coopération entre l’Afrique et la Chine, les nombreuses entreprises chinoises qui sont venues investir en Afrique ont besoin d’employés locaux maîtrisant le chinois », a déclaré Kafui Kpégba, vice-présidente de l’Université de Lomé. Selon elle, les étudiants formés par l’Institut Confucius de l’Université de Lomé sont très demandés par les entreprises chinoises. Après avoir obtenu leurs diplômes, la plupart d’entre eux travaillent dans des entreprises chinoises au Togo ou dans des pays voisins et ils peuvent toucher un salaire deux fois plus élevé que les diplômés qui ne maîtrisent pas le chinois. Toujours selon elle, l’établissement du département de chinois a répondu, d’une part, au souhait des étudiants d’obtenir un diplôme formel en langue chinoise, et d’autre part à la demande pragmatique de la coopération approfondie sino-africaine ces dernières années.

Roland était un étudiant en première année au Département de physique de l’Université de Lomé. Après avoir appris que l’université avait ouvert un département de chinois, il a résolument décidé de changer de département. Il a déclaré s’intéresser depuis toujours à l’apprentissage de la langue chinoise. Recevoir un enseignement du chinois de façon plus systématique et plus complète dans le Département de chinois lui a ainsi permis de réaliser son rêve. « La maîtrise du chinois nous aide non seulement à trouver un bon travail, mais nous permet aussi de comprendre l’expérience de la Chine en matière de développement rapide pour aider notre pays à se développer », a déclaré un autre étudiant togolais nommé Shimla, qui étudie le chinois à l’Institut Confucius depuis plus d’un an.

(Le Quotidien du Peuple, page 03 du 3 janvier 2020, journaliste : Lü Qiang)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées