Le mode « le chinois + compétences professionnelles » aide la Thaïlande à former des talents techniques ferroviaires

[Source]    Quotidien du Peuple [Time]    2019-11-26 16:51:38 
 


A l’Institut professionnel de Ban Phai, un stagiaire local simule la conduite du train dans une salle de classe.

Contexte de lecture

Avec l’avancement du projet de coopération ferroviaire sino-thaïlandaise, la Thaïlande manifeste une demande croissante quant aux talents qui maîtrisent à la fois la technologie ferroviaire et la langue chinoise. Pour répondre à cette tendance, l’Institut Confucius de l’Université de Khon Kaen, en Thaïlande, a lancé en 2016 le Programme de formation sino-thaïlandais sur le chinois et le TGV (train à grande vitesse), et a formé une centaine de talents techniques ferroviaires pour le pays. Ce programme a promu les échanges et la coopération entre la Chine et la Thaïlande dans le domaine de la formation professionnelle, devenant un exemple pour le mode de formation des talents dit « le chinois + compétences professionnelles ».

Atitan, un jeune thaïlandais, assis devant le système de simulation de conduite du TGV, demande d’abord une instruction pour démarrer le système de contrôle. Un « train » sort lentement du garage, et roule automatiquement et sans à-coups le long de la voie ferrée. Il pousse ensuite doucement la manette de commande pour accélérer. Le train a rapidement atteint une vitesse de 80 km/h. Après avoir traversé la ville et un tunnel, le train est lentement entré à la gare. Atitan observe de temps en temps la fenêtre du train pour garer stablement le train sur la ligne de marquage.

Voilà une scène que nous avons récemment vue à l’Institut professionnel de Ban Phai, dans la province de Khon Kaen, au nord-est de la Thaïlande. En tant que premier institut professionnel du pays à avoir établi la spécialité de transport ferroviaire, l’institut a formé le premier groupe de talents thaïlandais maîtrisant les technologies ferroviaires du TGV en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université de Khon Kaen et l’Institut professionnel de technologie ferroviaire de Wuhan, en Chine.

« Construire une base de formation professionnelle pour le secteur ferroviaire thaïlandais »

« On vient de commencer à apprendre à simuler la conduite du train. Je ne l’ai pas trouvé très difficile en ce moment, car on a tout pratiqué lors de notre formation en Chine », nous a déclaré avec confiance Atitan.

Il y avait une demande croissante en Thaïlande en matière de talents maîtrisant à la fois la technologie ferroviaire et le chinois, au fur et à mesure de l’avancement du projet de coopération ferroviaire sino-thaïlandaise. En 2014, la Chine et la Thaïlande ont lancé des programmes de coopération en matière d’éducation et de formation dans des domaines liés aux chemins de fer. L’Institut Confucius de l’Université de Khon Kaen a mis en valeur ses avantages pour lancer le Programme de formation sino-thaïlandais sur le chinois et le TGV afin de former des talents pour le projet de TGV en Thaïlande.

En fin de 2017, a été mise en chantier la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Bangkok à Nakhon Ratchasima (nord-est), la première du genre en Thaïlande qui a intégré la technologie chinoise. Faisant partie du chemin de fer Chine-Thaïlande en construction, cette ligne sera une grande artère terrestre reliant les deux pays après son achèvement. La même année, Atitan, originaire de la province de Nakhon Ratchasima, au nord-est de la Thaïlande, et d’autres stagiaires sont partis de leurs villes natales respectives pour apprendre le chinois et des technologies liées au TGV dans le cadre du Programme de formation sino-thaïlandais sur le chinois et le TGV.

Atitan et ses compagnons ont d’abord suivi une formation en langue chinoise proposée par l’Institut Confucius de l’Université de Khon Kaen, puis se sont rendus en Chine pour étudier le chinois pendant quelques mois. Enfin, ils sont entrés dans des instituts professionnels concernés pour acquérir des connaissances professionnelles du TGV. Selon Hu Lin, directrice chinoise de l’Institut Confucius de l’Université de Khon Kaen, depuis 2016, son institut a déjà organisé le Programme de formation sino-thaïlandais sur le chinois et le TGV pendant quatre ans consécutifs et a formé plus de 100 talents techniques ferroviaires pour la société thaïlandaise. Ce programme a promu la coopération sino-thaïlandaise en matière de formation professionnelle, devenant un exemple pour le mode de formation des talents dit « le chinois + compétences professionnelles ».

A travers l’apprentissage, les stagiaires thaïlandais peuvent obtenir les diplômes reconnus par les deux pays. Grâce à la formation et aux équipements fournis par la partie chinoise, les ressources matérielles de l’Institut professionnel de Ban Phai se classent au premier rang parmi les instituts professionnels thaïlandais. « Des fonctionnaires gouvernementaux et des personnalités des autres instituts professionnels sont venus le visiter. A l’avenir, nous allons en faire une base de formation professionnelle pour les chemins de fer thaïlandais », a déclaré Junyar Pabu, directeur de l’Institut professionnel de Ban Phai.

« Préparer les ressources humaines pour la future construction du chemin de fer Chine-Thaïlande »

« Très stable, on ne sent même pas son mouvement. Mais en fait, il roule très vite. » Thanaphat, âgé de 20 ans, s’est souvenu souvent de cette impression sur le TGV chinois après son retour en Thaïlande. Il avait pris le TGV chinois pour la première fois avec ses camarades lorsqu’ils étudiaient à Wuhan. « Le train thaïlandais ne parcourt que 50 kilomètres à l’heure. Cette vitesse est très inférieure à celle du TGV. J’espère que la Thaïlande disposera du TGV comme celui de Chine le plus tôt possible afin de se développer plus rapidement. »

Comme Thanaphat, Vichai, ayant appris les technologies du TGV en Chine, a ouvert un nouveau chapitre de sa vie. Ce jeune homme, originaire de la région rurale du nord-est de la Thaïlande, s’est rendu à l’étranger pour la première fois grâce à sa participation au Programme de formation sino-thaïlandais sur le TGV. Vichai nous a confié : « J’espère réaliser notre rêve du TGV au plus tôt. Je souhaite devenir un conducteur de TGV dans le futur afin de contribuer au développement du TGV thaïlandais avec ma sagesse et ma force. »

« Grâce à la coopération avec la Chine, l’Institut professionnel de Ban Phai a réussi à proposer des cours de chemin de fer systématiques et normalisés, et à porter le nombre de ses disciplines professionnelles de 6 à plus de 30, couvrant tous les aspects du transport ferroviaire. L’institut est non seulement une base de formation de techniques du transport ferroviaire thaïlandais, mais également un pionnier dans l’enseignement professionnel en la matière. Nous préparerons les ressources humaines pour la future construction du chemin de fer Chine-Thaïlande », a dit avec fierté M. Pabu.

« Nous souhaitons élargir davantage la coopération avec les partenaires chinois »

La Thaïlande est en train de développer vigoureusement son transport ferroviaire. En plus de la voie ferrée Bangkok-Nakhon Ratchasima en construction, plusieurs prolongements ont successivement été mis en service sur des lignes de train urbain et de métro à Bangkok, et le projet de TGV reliant les trois principaux aéroports thaïlandais a déjà achevé son appel d’offre. Selon Chayathan Promsorn, directeur général adjoint de l’Office de la politique et de la planification des transports et du trafic du ministère thaïlandais des Transports, actuellement, la logistique ferroviaire en Thaïlande ne représente que 1,4 % du total. Le pays a élaboré un projet de plan du développement stratégique pour le système de transport dans les 20 ans à venir, qui envisage de construire davantage de chemins de fer à double voie et de points de transport communs dans les meilleurs délais, afin d’augmenter la proportion du transport ferroviaire dans la logistique totale et de réduire les coûts de transport.

A l’heure actuelle, la mise en œuvre des projets clés sino-thaïlandais dans le domaine de l’interconnexion s’accélère. Prayut Chan-o-cha, Premier ministre thaïlandais, a déclaré que le chemin de fer Chine-Thaïlande revêtait une signification stratégique importante dans la promotion de la connectivité et du développement des infrastructures. Selon lui, contribuant à la croissance économique thaïlandaise, cette ligne ferroviaire jouera également un rôle majeur dans la promotion de l’interconnexion entre la Chine et l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est). « La Thaïlande soutient pleinement l’initiative chinoise ‘la Ceinture et la Route’. La construction conjointe de ‘la Ceinture et la Route’ a apporté d’énormes avantages au développement de la Thaïlande et à la coopération Thaïlande-Chine. Nous souhaitons élargir davantage la coopération avec les partenaires chinois », a-t-il souligné.

Avec la synergie en profondeur entre la politique « Thaïlande 4.0 », le programme du Corridor économique de l’Est et l’initiative « la Ceinture et la Route », plus d’instituts professionnels thaïlandais espèrent renforcer leur coopération avec la Chine. Parallèlement, des écoles professionnelles chinoises mènent une coopération approfondie avec des instituts thaïlandais concernés dans le transport ferroviaire à grande vitesse, l’intelligence artificielle, la mécatronique et d’autres domaines dans lesquels la Chine est dotée de capacités de production et de technologies avancées. Les deux parties partagent des normes avancées, des cours et des manuels de qualité, ainsi que des enseignants et des équipements exceptionnels, afin de mettre en œuvre un enseignement régulier pour un diplôme et une formation professionnelle dans la localité.

Un fonctionnaire thaïlandais nommé Santi a indiqué : « Ces projets correspondent aux demandes des deux pays en matière de formation conjointe des talents techniques professionnels. Ils sont ainsi énergiquement soutenus par les gouvernements des deux pays. Je tiens à exprimer mes remerciements sincères à l’Institut Confucius et aux écoles chinoises pour leur soutien à la formation des talents techniques pour le TGV thaïlandais. Cela aidera également plus de jeunes thaïlandais à faire valoir leurs talents le plus tôt possible. »

(Le Quotidien du Peuple, page 16 de l’édition du 20 novembre 2019, journaliste et photographe : Sun Guangyong)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées