Transmission, avenir, responsabilité : à la découverte de l’Institut Confucius de Chicago

[Source]    xinhuanet.com [Time]    2019-10-08 11:25:55 
 

« Enseigner le chinois, faire rayonner la culture et promouvoir les échanges culturels et humains entre la Chine et les Etats-Unis, telle est la cause pour laquelle je lutte toute ma vie », nous a confié Jane Lu, directrice de l’Institut Confucius de Chicago, lors d’une interview.

A la veille de la Journée de l’Institut Confucius mondiale, nous nous sommes rendus le 24 septembre à Chicago, réputé comme pionnier de l’enseignement du chinois aux Etats-Unis. Nous sommes entrés à l’Institut Confucius de Chicago afin de ressentir l’enthousiasme intarissable pour le chinois dans le district de Chicago Public Schools (CPS), et d’étudier les raisons derrière cet enthousiasme.

Institut Confucius dans un lycée

Situé au nord de Chicago, le Lycée Walter Payton figure parmi les meilleurs lycées publics des Etats-Unis. Cet établissement attache une grande importance à l’éducation multiculturelle et a commencé à proposer des cours de chinois en 1999. En collaboration avec l’Ecole normale supérieure de l’Est de la Chine (ECNU), le CPS a fondé en 2006 au Lycée Walter Payton l’Institut Confucius de Chicago, le premier Institut Confucius dans les écoles primaires et secondaires des Etats-Unis.

Le centre d’enseignement culturel de l’Institut Confucius de Chicago se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment principal du Lycée Walter Payton. En ouvrant la porte, nous voyions immédiatement des rangées d’étagères remplies de livres et de produits audiovisuels chinois, des objets décoratifs tels que des éventails, des masques d’opéra de Pékin et des lanternes, ainsi que des articles d’art artisanal fabriqués par des héritiers du patrimoine culturel immatériel de la Chine. La salle d’une centaine de mètres carrés était imprégnée dans une atmosphère intense de la culture chinoise.

Un cours de chinois vivant se déroulait dans la salle de classe à côté. Divisés en plusieurs groupes, 18 élèves ayant différentes couleurs de peau faisaient des exercices d’écoute, d’expression orale, de lecture et de composition en chinois. Dans le but d’aider les élèves à apprendre les « quatre tons » du chinois qui sont bien difficiles à maîtriser, Xu Qun, enseignante de chinois, leur a demandé d’imiter ses gestes selon les tons. Le langage corporel drôle et l’ambiance détendue ont permis aux élèves d’acquérir des connaissances dans la joie.

« La lune est sûrement pleine chez nous et notre famille se réunit aujourd’hui. La lune est sûrement pleine chez nous et nous, main dans la main, sommes unis par le cœur. » Mme Xu a spécialement choisi la chanson intitulée « La lune est sûrement pleine chez nous » pour la Fête de la mi-automne, de manière que les élèves ont pu connaître les concepts de l’« affection parentale » et de l’« harmonie familiale » dans la culture chinoise.

Dynamique de l’« enthousiasme pour le chinois »

L’Institut Confucius de Chicago coordonne l’enseignement du chinois et la diffusion de la culture chinoise dans les écoles primaires et secondaires du CPS. Son centre d’enseignement culturel est ouvert au public, mettant à disposition plus de 10 000 livres et produits audiovisuels. La création de l’Institut Confucius a fortement éveillé l’enthousiasme des habitants locaux pour apprendre le chinois.

Selon la directrice Jane Lu, avant l’installation de l’Institut Confucius, seules quelques écoles du CPS proposaient des cours de chinois. « Alors, le CPS compte actuellement 41 écoles primaires et secondaires qui proposent des cours de chinois ainsi qu’une soixantaine d’enseignants de chinois à temps plein dotés du certificat d’enseignement de l’Illinois. Les écoles proposent quatre niveaux de cours de chinois et un cours de chinois préparatoire à l’université. Les apprenants de chinois comprennent non seulement des écoliers, des collégiens et des lycéens, mais aussi des enfants de la maternelle. »

« Douze langues étrangères sont enseignées dans le CPS. Par rapport à l’espagnol et au français, l’enseignement du chinois a commencé tard mais progresse très rapidement », a affirmé la directrice. Elle a ajouté que « l’année dernière, le chinois a dépassé pour la première fois le français pour devenir la deuxième langue étrangère la plus importante avec 11 000 apprenants dans des écoles primaires et secondaires du CPS ».

Mme Lu a estimé que l’« enthousiasme pour le chinois » s’expliquait par le développement et l’émergence rapide de la Chine. D’après elle, les élèves qui apprécient le potentiel de la Chine, choisissent d’apprendre le chinois. Investir pour l’avenir constitue une dynamique puissante de l’« enthousiasme pour le chinois ».

Steve, 16 ans, est lycéen en terminale. Il nous a dit qu’il avait commencé à apprendre le chinois depuis l’école primaire et qu’il s’intéressait beaucoup à la culture chinoise. Selon lui, vu les relations étroites entre les Etats-Unis et la Chine, l’apprentissage du chinois sera très utile pour son orientation professionnelle dans le futur.

Par rapport à Steve, Li Siqi de 14 ans a une motivation « naturelle » pour apprendre le chinois. Li pense qu’il est nécessaire pour elle, une demie-Chinoise, de maîtriser le chinois. La mère de Li Siqi est d’origine chinoise et parle mandarin à la maison. Li Siqi et sa grand-mère causent souvent via WeChat.

Li s’est rendue en Chine à plusieurs reprises pour rendre visite à ses parents, et elle a découvert les changements prodigieux de la Chine. La jeune fille s’intéresse à tout ce qui concerne la Chine et sait que Zhangjiakou, ville natale de sa mère, est une zone de compétition des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Beijing. Li Siqi a dit qu’elle aimait beaucoup le Nouvel An chinois où tout le monde s’asseyait ensemble pour jouer, chanter et dîner. « C’est tellement joyeux, » a-t-elle évoqué.

Les échanges socioculturels infinis

L’Institut Confucius de Chicago s’est vu décerner le titre de l’Institut Confucius d’avant-garde à l’échelle mondiale à plusieurs reprises depuis son établissement, tandis que sa directrice s’est vu attribuer le titre d’individu excellent plusieurs fois. L’ancien président chinois Hu Jintao a visité le Lycée Walter Payton, et a salué le rôle joué par l’Institut Confucius de Chicago dans la diffusion de la culture chinoise ainsi que sa contribution à cet égard.

Depuis son établissement, l’Institut Confucius de Chicago organise chaque année une vingtaine d’élèves d’écoles publiques à faire des échanges et des études en Chine. Selon Jane Lu, c’est seulement en percevant personnellement la Chine que les élèves peuvent tirer des conclusions impartiales et objectives et partager leurs acquis avec les autres.

Aux yeux de Mme Lu, la demande sociale constitue la « recette » du développement constant de l’Institut Confucius de Chicago. « L’augmentation incessante du nombre des élèves qui choisissent indépendamment l’apprentissage du chinois conduit à un accroissement par contrecoup de la demande quant aux enseignants à temps plein et à une promotion pour la formation continue des enseignants de chinois. Cela contribue à l’amélioration du chinois dans le CPS, en formant un cercle vertueux », a-t-elle expliqué.

En 2007, Jane Lu a participé à la rédaction du programme d’enseignement du chinois du CPS. Le programme exige que les lycéens atteignent le niveau de chinois qu’il a défini en fin d’études lycéennes. Mais, selon Mme Lu, dix ans après, le niveau de chinois des lycéens est bien supérieur à ce que le programme a défini, et l’ancien programme ne peut pas répondre à la demande pédagogique actuelle, « nous avons commencé à rédiger le programme d’enseignement du chinois depuis l’année dernière ».

D’après la directrice Jane Lu, en comparaison avec les autres langues, le programme du chinois dans le CPS se développe sans encombre et de manière stable, ce qui bénéficie du soutien de différentes parties. « Il y a des projets de coopération sino-américaine comme le Programme des enseignants des langues clés (TCLP), le fort soutien du Siège de l’Institut Confucius (Hanban), mais aussi les grands efforts apportés par des entreprises à capitaux chinois telles que Wanxiang America Corporation », a-t-elle souligné.

Parlant du programme « 100 000 Strong » qui vise à financer les élèves américains dans leurs études en Chine, Ni Pin, président de Wanxiang America Corporation, a indiqué que les entreprises chinoises à l’étranger devraient servir davantage les communautés locales et prendre plus de responsabilité sociale.

Selon Jane Lu, s’engager dans l’amitié sino-américaine et dans la promotion des échanges humains et culturels entre les deux pays est une responsabilité qui lui incombe. Son plus grand souhait est de faire à plus d’Américains connaître la Chine à travers l’Institut Confucius. « Promouvoir les échanges socioculturels entre la Chine et les Etats-Unis est une cause pour laquelle je lutte toute ma vie. Je suis très heureuse de voir la transmission de l’amitié sino-américaine de génération en génération et la compréhension mutuelle entre les Chinois et les Américains, et de faire le bien-être aux deux peuples et aux populations mondiales », a-t-elle souligné.

(Agence de presse Xinhua, depuis Chicago, le 25 septembre. Journalistes : Wan Fang, Yang Haiyun, Xu Jing)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées