Cinq candidats sacrés champions continentaux de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois »

[Source]    chinanews.com [Time]    2019-08-21 09:51:06 
 


Une candidate répond à la question.

La 8e séance de la finale de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde s’est clôturée le 14 août à Changsha, dans la province du Hunan. Après avoir surmonté des difficultés, Max Silk d’Australie, Passant Sayed Khalil Ahmed d’Egypte, Luo Mingyan des Etats-Unis, An Zishi de Moldavie, et Jiang Tiangai de Birmanie ont été sacrés champions des cinq continents.

Selon la règle, les notes de la 5e séance à la 8e séance sont la note totale des candidats dans l’étape de réponse aux questions. 40% de ce chiffre plus 60% de la note obtenue lors de l’épreuve simulée sont le score final des candidats. Celui qui gagne le plus de points de chaque groupe continental devient le champion continental et se qualifie pour la grande finale, tandis que les candidats qui gagnent le deuxième plus et le troisième plus dans le classement de chaque groupe obtiennent respectivement le premier prix et le deuxième prix.


Interaction entre candidats

Lors de la compréhension orale, les candidats ont été invités à écouter une chanson intitulée « Nous sommes tous très heureux » : Je suis quelqu’un de la famille X. Je suis plus fort que Li Kui et plus beau que Zhang Fei. J’ai des cheveux brillants et noirs… Ils devaient trouver les noms qui n’existaient pas dans les paroles. Face à ce sujet très difficile, les candidats, montrant un air embarrassé, ont tous dit ne pas pouvoir comprendre.

Néanmoins, James Holmes, candidat britannique, a donné la bonne réponse. « Parmi les trois options : Li Kui, Yan Hui et Zhang Fei, je trouve que Li Kui et Zhang Fei sont des noms relativement truculents, alors que Yan Hui semble bien lettré et élégant. Donc, j’ai choisi cette réponse », a-t-il expliqué.


Jiang Tiangai

Au cours du quiz dit « Grille de neuf cases remplie de caractères chinois », les sujets liés à la poésie ont permis aux candidats de ressentir la nostalgie dans les vers composés par d’anciens poètes chinois il y a un millénaire. Par exemple, Li Meng, candidat brésilien, a été profondément touché par la pensée présente dans le vers de Bai Juyi, poète chinois sous la dynastie des Tang, « Je ne peux pas trouver mon pays natal au regard vers le nord-ouest. J’ai pourtant vécu plusieurs pleines lunes à cet endroit au sud-est. » « Cette année, le 11 août marque la fête des Pères au Brésil. Je n’ai pas pu rentrer chez moi pour la célébrer avec mon père, donc il me manque beaucoup. Depuis que j’ai commencé à apprendre le chinois, il ne cesse de m’encourager », a dit Li Meng.

La candidate russe Maria Lungu a quant à elle évoqué son parcours d’apprentissage du chinois avec émotion. « Quand j’ai commencé à apprendre le chinois, personne autre que mes parents ne m’a encouragée. Ils disaient que le chinois est la langue la plus difficile du monde. Grâce à l’encouragement de mes parents, j’ai l’occasion de réaliser mon rêve. »

Cette année, les candidats ont joué au ping-pong avec des robots dans la société SIASUN CO., Ltd. à Shanghai, ont découvert des réalisations chinoises dans le domaine scientifique et technologique sur le TGV (train à grande vitesse) Fuxing dans la province chinoise du Hebei, et ont étudié la culture confucéenne à l’Institut de recherches de Confucius dans la province chinoise du Shandong. Ils ont pu découvrir une Chine réelle de façon pluridimensionnelle et intégrale. Ces expériences remarquables ont également été présentées lors de la compétition. « A mon avis, parmi les quatre nouvelles grandes inventions de la Chine, le TGV doit se classer au premier, qui est aussi ‘la spécialité de la Chine’ que je présente le plus souvent à mes amis », a ainsi dit Maria.

Pendant la compétition birmane, Jiang Tiangai s’est vu décerner le titre de champion grâce à ses compétences solides en chinois, à une danse originale intitulée « Grand poisson » et à son excellente note lors de l’épreuve écrite. Il a appris de façon approfondie des classiques chinois dont Les Normes pour être un bon élève et enfant, Le Classique des trois caractères et Les Entretiens de Confucius. « Cela aide beaucoup à améliorer la qualité morale et la culture d’un individu », a déclaré le candidat birman. Selon lui, ces dernières années, avec la multiplication des échanges entre la Chine et la Birmanie, beaucoup d’entreprises chinoises sont présentes en Birmanie, ainsi, ceux qui maîtrisent le chinois sont bien accueillis dans son pays.


James Holmes

Jiang Tiangai, qui s’est distingué pendant cette séance, est le seul candidat à avoir correctement répondu à trois questions extrêmement difficiles. « L’apprentissage du chinois nécessite l’accumulation des connaissances de multiples secteurs. J’ai également connu et appris de nombreux vers de la poésie chinoise classique à travers des chansons chinoises », s’est ainsi exprimé Jiang, qui rêve de devenir un interprète à l’ambassade ou un enseignant de chinois dans le futur.

Selon des sources, les cinq grands finalistes se prépareront intensivement à la grande finale du Concours « Passerelle vers le chinois » prévue le 22 août, en vue de décrocher le titre de champion du monde 2019 dans le cadre de ce concours.

(Chinanews.com, depuis Changsha, le 15 août. Par Tang Xiaoqing, Wu Jialing, Su Zhiyan)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées