La 2e séance de la finale de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » : les candidats participent à l’épreuve des poèmes chinois classiques

[Source]    chinanews.com [Time]    2019-08-12 14:53:21 
 


Deux candidates du groupe européen se tapent dans la main.

La 2e séance de la finale dans le cadre de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde a eu lieu le 4 août à Changsha, dans la province chinoise du Hunan. Les 30 finalistes ont démontré leurs fortes connaissances en chinois lors de l’épreuve intéressante sur la poésie chinoise classique.

Cette séance de compétition a compris trois parties, à savoir la compréhension orale, le quiz dit « Grille de neuf cases remplie de caractères chinois » et l’examen en vidéo intitulé « A la découverte de la Chine avec un étudiant aîné ». Après avoir additionné les notes obtenues lors de cette séance et celles de la 1ère séance, la candidate thaïlandaise Natnaree Banluepaophong a remporté la 1ère place.


Natnaree Banluepaophong

Les candidats avaient l’air confiant face aux deux premières questions lors de la compréhension orale. Ils ont tous répondu correctement à la première question. Le candidat birman Jiang Tiangai s’avérait exceptionnel dans cette étape en donnant les bonnes réponses à trois questions successives. « Le Concours ‘Passerelle vers le chinois’ encourage de nombreux gens de notre pays à apprendre le chinois. Dans mon pays, ceux qui maîtrisent le chinois ont plus d’opportunités d’emploi », a-t-il déclaré après la compétition.

Lors du quiz dit « Grille de neuf cases remplie de caractères chinois », la première question au sujet des inscriptions antiques sur carapaces de tortue ou os d’animal exigeait des candidats une forte compétence en chinois. L’ensemble des candidats du groupe asiatique ont réussi à y répondre promptement, alors que ceux du groupe européen l’ont tous raté.

Il est à noter que l’organisateur a conçu de façon ingénieuse trois questions sur la poésie chinoise, permettant aux finalistes de découvrir la vie nocturne des Chinois dans l’antiquité. Zhao Dongmei, membre du jury et professeure à l’Université de Pékin, a évoqué que la vie nocturne des Chinois dans l’antiquité était très romantique et élégante. Elle a cité deux vers chinois comme exemple : « Les marches semblent trempées dans l’eau quand il fait froid la nuit. Elle se couche pour regarder deux étoiles amoureuses se rencontrer dans le ciel. » et « Lorsqu’un ami ne se présente pas au rendez-vous jusqu’après le minuit, je m’ennuie de frapper des pions en faisant chuter de la mèche ». Quant à la question concernant le vers « Mais dans la foule une fois de plus, je la cherche en vain. Quand tout à coup je tourne la tête, je la trouve là où la lumière de la lanterne est faiblement diffusée », Natnaree Banluepaophong a promptement donné la bonne réponse, devenant la première candidate à avoir obtenu 12 notes. Ses connaissances de chinois solides ont émerveillé les autres candidats.

Lors de la dernière étape intitulée « A la découverte de la Chine avec un étudiant aîné », James Bilbow, candidat à la 10e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde tenue en 2011, se chargeait de poser les questions. Il a amené les 30 finalistes à découvrir Shunde, ville célèbre de la gastronomie chinoise, et la culture alimentaire de cette ville à travers un Vlog merveilleux. Le candidat australien Pan Taile a même présenté une chanson adaptée de la chanson célèbre « Chengdu ». La musique a retenti dans la salle pendant longtemps en suscitant des salves d’applaudissements.


La danse de félicitation du groupe asiatique

En outre, les finalistes ont appris de façon approfondie l’histoire et la culture liées à la gastronomie chinoise, afin de ressentir la tendance de la culture traditionnelle chinoise à travers la gastronomie. « Les noms des plats chinois portent en général un bon augure, ce qui est aussi une incarnation culturelle », a ainsi déclaré Natnaree Banluepaophong. La candidate thaïlandaise a confié qu’elle aimait beaucoup la cuisine chinoise, surtout un plat du Hunan baptisé « Tête de poisson au piment ». « Chaque repas est une bonne occasion pour mener des échanges avec les candidats de différents pays. Les discussions sur la gastronomie et les habitudes alimentaires ont également favorisé les échanges et l’inspiration mutuelle entre différentes cultures », s’est-elle ainsi exprimée.

Selon Mme Zhao, sur la scène du Concours « Passerelle vers le chinois », au-delà de bonnes notes, les candidats portent encore une plus grande ambition consistant à relier le monde par le biais du chinois.

(Chinanews.com, depuis Changsha, le 4 août. Par Tang Xiaoqing, Wu Jialing, Su Zhiyan)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées