Clôture de la finale de la compétition botswanaise du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux lycéens du monde

[Source]    xinhuanet.com [Time]    2019-08-01 09:00:06 
 

La finale de la compétition botswanaise dans le cadre de la 12e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux lycéens du monde s’est clôturée le soir du 26 juillet à Gaborone, capitale du pays. Kaone Monate, candidat de 14 ans, a remporté le meilleur prix grâce à sa performance générale excellente.

Rappelons que huit candidats se sont qualifiés pour la finale de cette année. Ils sont tous issus du Lycée d’Arc-en-ciel au Botswana. Parmi eux, certain n’a appris le chinois que depuis moins d’un an. La finale a été composée de deux parties, à savoir le discours et la démonstration artistique. Les finalistes, dont l’âge moyen est de moins de 16 ans, ont rédigé le discours par eux-mêmes. Les contenus ont couvert entre autres, leurs connaissances sur la Chine, leurs expériences liées à la Chine ainsi que leurs intentions initiales de l’apprentissage du chinois. Leur démonstration artistique a été présentée sous diverses formes telles que le Kung-fu, la danse, la récitation de poèmes et le chant.

Après avoir remporté le prix, Kaone Monate nous a confié qu’il avait appris le chinois depuis près d’un an et qu’il aimait le Kung-fu chinois et la poésie chinoise classique. Selon lui, l’apprentissage du chinois lui a permis de connaître davantage la Chine. Le lauréat a affirmé qu’il continuerait d’apprendre le chinois pour avoir plus de connaissances vis-à-vis de la Chine.

Li Han, directeur du Service politique de l’ambassade de Chine au Botswana, a félicité tous les finalistes pour leurs résultats obtenus. Indiquant que cette année marquait le 10e anniversaire de l’Institut Confucius de l’Université du Botswana et que de nombreux événements entre la Chine et le Botswana se déroulaient sans encombre au cours de l’année, M. Li a estimé que les échanges gouvernementaux et populaires entre les deux pays s’intensifiaient davantage.

Anderson Chebanne, doyen de la Faculté des humanités de l’Université du Botswana, a salué l’Institut Confucius pour son rôle important dans le renforcement des échanges Afrique-Chine et Botswana-Chine, permettant de construire un pont d’échanges culturels entre le Botswana et la Chine.

L’Institut Confucius de l’Université du Botswana a commencé à coopérer avec le Lycée d’Arc-en-ciel en mai 2013 pour proposer des cours de chinois à option dans l’école. Le nombre de ses apprenants de chinois augmente annuellement.

(Agence de presse Xinhua depuis Gaborone, le 26 juillet. Journaliste : Yang Mengxi)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées