Tenue de la compétition bélarusse de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde

[Source]    Service d’éducation de l’ambassade de Chine au Bélarus [Time]    2019-05-27 15:01:33 
 

La compétition bélarusse de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde s’est tenue le 11 mai à l’Université linguistique d’Etat de Minsk (MSLU) au Bélarus. Sous le haut patronage du Siège de l’Institut Confucius, l’événement a été organisé par le Service d’éducation de l’ambassade de Chine au Bélarus avec le concours de l’Institut Confucius de la MSLU. Les 12 candidats ont disputé la compétition, qui a réuni quelque 400 spectateurs, y compris Luo Zhanhui, chargé d’affaires par intérim de l’ambassade de Chine au Bélarus, Li Wenhua, première secrétaire du Service d’éducation de l’ambassade chinoise, Andrew Krasutsky, spécialiste en chef du ministère bélarusse de l’Education, Natallia Baranova et Alaksei Paulavich Dzerbin, présidente et vice-président de la MSLU, Anatoly Tozik, directeur bélarusse de l’Institut Confucius républicain de l’Université d’Etat du Bélarus (BSU), des directeurs et responsables chinois, des enseignants de chinois et des enseignants-bénévoles de chinois des Instituts (Classes) Confucius au Bélarus, des enseignants et étudiants issus de différentes universités bélarusses ainsi que des étudiants chinois faisant leurs études au Bélarus.

A 13h00 (heure locale), la compétition s’est ouverte avec l’accompagnement des hymnes nationaux solennels de la Chine et du Bélarus.

Luo Zhanhui a déclaré dans son discours que c’était un grand honneur pour lui d’assister à ce grand événement, avant d’adresser des salutations sincères à tous au nom de l’ambassadeur Cui Qiming. Il a cordialement remercié l’Institut Confucius de la MSLU de ses efforts déployés pour cette compétition. « C’est la quatrième fois que j’assiste à la compétition bélarusse du Concours ‘Passerelle vers le chinois’ au cours des quatre dernières années. Entre-temps, le nombre de jeunes apprenants de chinois au Bélarus n’a cessé d’augmenter et leur niveau de chinois s’est progressivement amélioré », a noté M. Luo. Il espérait que les candidats pourraient montrer leurs meilleures compétences et que cette compétition leur permettrait de comprendre la Chine et le chinois de manière intégrale et approfondie. Le chargé d’affaires s’est dit convaincu qu’avec la passerelle de chinois, le pont de coopération entre la Chine et le Bélarus serait plus solide. Il s’est ainsi exprimé : « Les relations sino-bélarusses ont connu un essor dans divers domaines ces dernières années. Il y a deux semaines, le président bélarusse Alexandre Loukachenko et le président chinois Xi Jinping ont tenu un entretien en marge du 2e Forum de ‘la Ceinture et la Route’ pour la coopération internationale. Lors de l’entretien, les deux dirigeants se sont félicités de la coopération approfondie entre les deux parties et y ont manifesté leur soutien. Je suis convaincu que les deux parties mèneront une coopération éducative plus approfondie et plus intégrale, et espère que les étudiants chinois et bélarusses pourront participer plus activement à la coopération bilatérale. » Finalement, M. Luo a adressé sa gratitude sincère au personnel participant aux préparatifs de la compétition de leur contribution à la promotion de la langue et de la culture chinoises.

Dans son discours, Andrew Krasutsky s’est dit très honoré d’assister à cette compétition magnifique. Il a déclaré que le gouvernement bélarusse avait accordé une grande attention et un soutien énergique à l’enseignement du chinois et à la diffusion de la culture chinoise. Selon lui, un atelier de formation dédié aux enseignants de chinois sera ouvert au Bélarus dans l’année en cours pour former des enseignants de chinois locaux. Cela, d’après lui, a parfaitement traduit l’intérêt intense des Bélarusses pour la langue chinoise tant ancienne que belle. Indiquant qu’un vice-ministre chinois de l’Education effectuera une visite amicale au Bélarus à la fin de ce mois de mai, le spécialiste bélarusse s’est dit convaincu que de plus en plus de jeunes chinois et bélarusses contribueraient à la coopération approfondie entre les deux pays.

Natallia Baranova a rappelé dans son discours les compétitions bélarusses des éditions précédentes du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde, qui avaient été tenues à la MSLU. Selon elle, la première édition du Concours « Passerelle vers le chinois » a attiré l’attention d’un groupe de jeunes bélarusses et a suscité leur intérêt vis-à-vis du chinois grâce à sa forme sans précédent. Mme la présidente a affirmé qu’elle continuerait d’accorder du soutien et de l’attention à la promotion et au développement du chinois et de la culture chinoise au Bélarus. Elle a estimé que l’apprentissage du chinois revêtait une signification importante pour comprendre la culture traditionnelle chinoise et s’inspirer de l’essor de la Chine. La présidente Baranova a salué les résultats obtenus par les étudiants bélarusses dans l’apprentissage du chinois, et a souligné que le chinois, ce grand pont, consoliderait certainement l’amitié sino-bélarusse. Elle a souhaité d’excellents résultats aux candidats dans la compétition, un meilleur succès au développement chinois et une amitié pérenne entre la Chine et le Bélarus.

Dans son discours, Anatoly Tozik a indiqué que le chinois était un pont, grâce auquel ils avaient pu connaître la culture et l’histoire plusieurs fois millénaire de la Chine, et les parties chinoise et bélarusse menaient activement une coopération dans différents domaines, y compris la culture, les sciences et technologies, l’économie et l’éducation. Ainsi, selon lui, il faut élargir et consolider « ce pont » pour que plus de jeunes des deux pays puissent connaître la langue, la culture et l’histoire de l’autre partie, afin de contribuer à la coopération bilatérale et au développement de chacun d’entre eux.

Cette compétition s’est composée de quatre parties, à savoir le quiz de connaissances, le discours thématique, le discours impromptu et la démonstration artistique.

Le quiz de connaissances comprenait des modèles de test variés, dont la question à choix multiple, le remplissage, l’énumération, le jugement et l’association. Ayant couvert des sujets diversifiés tels que la culture, la géographie et l’histoire de la Chine ainsi que des connaissances générales sur le chinois, cette étape a permis d’examiner le niveau de chinois des candidats et leurs connaissances vis-à-vis de la culture chinoise.

Lors du discours thématique, les candidats ont exposé leurs opinions autour du thème « Un monde, une famille ». Un certain candidat a pris l’idée taoïste comme point de départ pour présenter ses acquis sur le sujet « Tout le monde s’entend comme une famille dans le monde de la Grande Concorde ». Un autre a prononcé un discours intitulé « L’ère du village planétaire » pour aborder la grande signification des échanges transculturels pour la construction de la communauté de destin pour l’humanité en appelant à apprendre activement le chinois afin de devenir des ambassadeurs des échanges transculturels. Il y avait aussi un candidat qui a appelé à mener une coopération gagnant-gagnant et à se prêter assistance au niveau de l’individu, de la nation et du pays, dans le but de réaliser un bénéfice mutuel. Son discours a présenté l’aspiration à la paix de toute l’humanité.

Au cours du discours impromptu, les candidats ont choisi les thèmes de leurs discours par le tirage au sort. Malgré le temps limité de préparation, ils ont manifesté leur compréhension profonde vis-à-vis du thème et ont fait preuve de sang-froid dans la compétition, suscitant des salves d’applaudissements du jury et des spectateurs.

Les candidats ont tous montré leurs atouts pendant la démonstration artistique en présentant des numéros de chant, de wushu, de dialogue comique chinois et d’instruments de musique. La chanson « Shallow » ressemblait à une mélodie du paradis avec un grave doux et stable ainsi qu’un aigu mélodieux et agréable. Le sketch « Nouvelles » a présenté des nouvelles de façon humoristique en combinant des expressions en vogue sur Internet et des langages de nouvelles sérieux. Cela a montré le bon niveau de chinois du candidat et son humour, en suscitant des acclamations et des rires des spectateurs, en rendant l’atmosphère plus chaleureuse et en impressionnant tant le jury que les spectateurs. Le wushu « Eventail du Tai-chi », la récitation de poèmes intitulés respectivement « Franchir les frontières », « Neige – sur l’air de Qin Yuan Chun » et « Lettre d’amour », le dialogue comique chinois « Maîtriser le mandarin », la pièce de théâtre de marionnettes d’un extrait de La Pérégrination vers l’Ouest, et la chanson avec l’accompagnement de la guitare « Poudres dans les feux d’artifice » ont bien rythmé la compétition en créant de nombreux moments forts. De plus, des étudiants du Département de langue et culture chinoises de la MSLU ont représenté des numéros de danse et de chant remarquables tels que « Enthousiasme pour le chinois », « Voyage désiré », « Chemin ordinaire » et « Ne te souviens pas de moi ».

Après une compétition magnifique et acharnée en quatre étapes, Aleksandra Chaban de la BSU et Lyubov Shuster de la MSLU ont respectivement remporté le premier et le deuxième prix.

Chen Weiwei, conseiller de presse de l’ambassade de Chine au Bélarus, a également assisté à la compétition. Il s’est ainsi exprimé : « Ces dernières années, grâce au soutien du président Xi Jinping et du président Alexander Lukashenko, la coopération et les échanges éducatifs entre la Chine et le Bélarus étaient de plus en plus étroits en obtenant des résultats fructueux. Et cela est étroitement lié aux attitudes sérieuse et responsable des directeurs et du personnel du gouvernement et des départements chargés de l’éducation des deux pays, ainsi qu’à la participation active des jeunes des deux pays. » M. Chen a salué chaleureusement le succès de la compétition bélarusse de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois» ouvert aux étudiants du monde, et a souhaité un meilleur succès à ce concours au Bélarus pour obtenir des résultats merveilleux.

Alaksei Paulavich Dzerbin a indiqué lors de la cérémonie de clôture que malgré la distance entre la Chine et le Bélarus, le Concours « Passerelle vers le chinois » avait rapproché les jeunes des deux pays et favorisé les échanges et la coopération entre la Chine et le Bélarus dans différents domaines. Le vice-président s’est dit très honoré de pouvoir mettre un lieu de qualité à la disposition de cette compétition de chinois au niveau mondial. « Aujourd’hui, les meilleurs experts en culture, littérature et langue chinoises s’y sont réunis. Ils ont fait une grande contribution à l’enseignement du chinois et à la promotion de la culture chinoise », a-t-il poursuivi. M. Dzerbin espérait que les candidats pourraient mettre en valeur leurs potentiels d’une meilleure façon lors de la compétition pour obtenir des résultats satisfaisants.

Li Wenhua, première secrétaire du Service d’éducation de l’ambassade de Chine au Bélarus, a décerné le prix à Aleksandra Chaban, lauréate du premier prix. Mme Li a déclaré : « Le Concours Passerelle vers le chinois ouvert aux étudiants du monde a été organisé pendant 18 ans consécutifs. Les candidats ont montré leur bon niveau linguistique et leurs atouts sur cette scène, et ont connu la langue et la culture chinoises à travers ce concours. Aujourd’hui, les candidats sont tous excellents et vainqueurs. J’espère que davantage de jeunes bélarusses pourront s’intéresser au chinois, apprendre cette langue et connaître la culture chinoise. » Elle a affirmé que l’ambassade de Chine au Bélarus continuerait de soutenir le développement de l’enseignement du chinois au Bélarus et d’offrir une plus grande scène aux apprenants de chinois au Bélarus pour manifester leurs talents et compétences linguistiques.

La compétition bélarusse de la 18e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde a permis aux candidats de montrer leurs talents et de nouer une amitié. Les jeunes chinois et bélarusses construiront ensemble un pont de langue, d’esprit et de coopération pour mener, d’une meilleure manière et plus profondément, des échanges et l’apprentissage mutuel, afin de promouvoir la réalisation du concept dit « Tout le monde s’entend comme une famille ».

 
mot clé:

Nouvelles concernées