Tenue d’un symposium international dédié au 100e anniversaire du Mouvement du 4 mai à l’Université Comenius en Slovaquie

[Source]    Institut Confucius de l’Université Comenius en Slovaquie [Time]    2019-05-13 15:17:50 
 

Du 1 au 4 mai, le Symposium international dédié au 100e anniversaire du Mouvement du 4 mai s’est tenu à l’Université Comenius à Bratislava en Slovaquie. Organisé par l’Institut Confucius de l’Université Comenius en partenariat avec le Département d’études de l’Asie de l’Est de cette université, l’événement a réuni une soixantaine d’experts et de chercheurs du monde entier spécialisés dans le chinois moderne, l’enseignement du chinois langue étrangère, la littérature moderne et contemporaine chinoise ainsi que l’histoire de la philosophie moderne et contemporaine chinoise. Des personnalités éminentes ont assisté à la cérémonie d’ouverture du symposium, à savoir Marek Moška, directeur général du Département international du ministère slovaque de l’Education, de la Science, de la Recherche et du Sport, Jana Benická, directrice slovaque de l’Institut Confucius et directrice du Département d’études de l’Asie de l’Est de l’Université Comenius, ainsi que Wang Ji, chargé d’affaires par intérim de l’ambassade de Chine en Slovaquie.


Photo des représentants lors de la cérémonie d’ouverture

Dans son discours, M. Moška a évoqué que la Slovaquie et la Chine avaient une histoire d’échanges amicaux de 70 ans et que l’apprentissage de la langue et de la culture chinoises en Slovaquie remontait aux années 1950. Il a également remercié les experts et chercheurs venus de différents pays de leur participation à ce symposium, avant de souhaiter un succès à cet événement académique de haut niveau.

Mme Benická a exprimé ses remerciements aux experts et aux chercheurs venus de loin, et a présenté la signification du Mouvement du 4 mai ainsi que les résultats de recherche de sinologues tchèques et slovaques. « En mai 1989, Marián Gálik, célèbre sinologue slovaque et lauréat du Prix de recherche Humboldt, a pris l’initiative de tenir, au Château Smolenice à Bratislava, le Symposium international dédié au 70e anniversaire du Mouvement du 4 mai. Trente ans plus tard, certains chercheurs ayant participé à ce dernier symposium ont été encore invités au symposium d’aujourd’hui pour partager les résultats de leurs recherches et commémorer le 100e anniversaire du Mouvement du 4 mai avec tous les participants », a fait savoir Mme Benická.


Jana Benická prononce un discours.

Marián Gálik a présenté aux invités la situation générale du Symposium international dédié au 70e anniversaire du Mouvement du 4 mai. Il a remercié l’Institut Confucius et le Département d’études de l’Asie de l’Est de l’Université Comenius de leurs efforts conjoints permettant aux sinologues slovaques de réaliser leur souhait de tenir ce symposium à l’occasion du 100e anniversaire du Mouvement du 4 mai.

Par la suite, Branko Ladič, pianiste slovaque de grand renom, a spécialement interprété la célèbre chanson classique Le Danube bleu pour les participants au symposium. La musique magnifique du piano a ajouté une touche artistique intense à cet événement académique.


L’interprétation au piano

D’ailleurs, quatre invités d’honneur ont prononcé un discours thématique lors du symposium. Liu Danqing, directeur de l’Institut de la linguistique de l’Académie des Sciences sociales de Chine (ASSC) et rédacteur en chef du périodique ZhongguoYuwen (Etudes de la langue chinoise), a donné un discours thématique sur l’évolution du vocabulaire du chinois moderne. Il a analysé des termes et morphèmes du chinois dotés d’une connotation négative de convention pour exprimer la négation indirecte, qui deviennent progressivement un moyen courant pour exprimer un contenu négatif spécifique dans la langue chinoise. Selon lui, ce genre de termes ou de morphèmes ne cesse d’augmenter avec le développement du langage du Web.


Liu Danqing

Joël Bellassen, inspecteur général de chinois du ministère français de l’Education nationale, vice-président de l’Association internationale de l’enseignement du chinois, président de l’Association européenne de l’enseignement du chinois, et professeur à l’Institut national des Langues et Civilisations orientales (INALCO), a prononcé un discours intitulé « Le Mouvement du 4 mai et la naissance de la malédiction de Babel dans l’enseignement du chinois langue étrangère ». M. Bellassen a analysé des situations perplexes non clarifiées dans l’enseignement du chinois langue étrangère. Ce sinologue français a appelé à mettre l’accent sur les propres caractéristiques du chinois dans le cadre de l’enseignement du chinois langue étrangère et à formuler une théorie pédagogique de chinois raisonnable et rigoureuse, afin d’assurer l’efficacité de l’apprentissage du chinois et le développement durable de cette discipline.


Joël Bellassen

Qian Suoqiao, expert en études de Lin Yutang à l’Université de Newcastle au Royaume-Uni, a réfléchi sur la vive tendance idéologique contre la culture traditionnelle chinoise au cours du Mouvement du 4 mai, en prenant l’exemple du grand érudit chinois Lin Yutang. Selon lui, la modernisation de la culture chinoise nécessite la démocratie et la science, mais il ne faut pas s’opposer farouchement à la tradition chinoise. Car à travers la critique et la restauration de la culture traditionnelle, on pourrait fournir des ressources à la culture moderne et contribuer aux efforts de l’Orient et de l’Occident dans la construction commune d’une « nouvelle civilisation ».


Qian Suoqiao

Jeffrey C. Kinkley, professeur au Département d’histoire de l’Université de Saint John à New York aux Etats-Unis, a analysé la signification historique du Mouvement du 4 mai et son évolution, ainsi que la nouvelle façon d’interpréter le terme « 4 mai ».


Jeffrey C. Kinkley

Après les discours thématiques, les participants au symposium, divisés en quatre groupes, ont mené des discussions animées autour des quatre sujets, à savoir le chinois moderne, l’enseignement du chinois langue étrangère, la littérature moderne et contemporaine chinoise ainsi que l’histoire de la philosophie moderne et contemporaine chinoise, abordant divers problèmes clés de différentes disciplines. Par exemple, ayant réfléchi sur la classification des quatre éléments linguistiques (morphème, vocabulaire, locution et phrase), des chercheurs du groupe de chinois moderne ont estimé que cette division ne correspondait pas complètement aux caractéristiques du chinois. Ils ont ainsi proposé une classification des trois éléments linguistiques en fonction de la situation réelle du chinois, soit le morphème, la locution morphématique et la phrase. Le groupe d’enseignement du chinois langue étrangère a spécialement mené des échanges sur des mesures concrètes favorisant l’intégration du chinois dans le système éducatif national du pays d’accueil, la recherche et le développement du programme d’enseignement ainsi que la construction du système d’évaluation correspondant à cette intégration. Ce groupe a également discuté de l’articulation raisonnable du système du programme d’enseignement du chinois langue étrangère proposé par la Chine avec le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Joël Bellassen a salué ces discussions qui avaient touché, selon lui, à l’essence de l’enseignement du chinois langue étrangère.


Scène de la discussion du groupe d’enseignement du chinois langue étrangère

Lors de la discussion thématique sur « l’intégration du chinois dans le système éducatif national du pays d’accueil »

Des journalistes de l’Agence de Presse tchèque ont mené des interviews tout au long du symposium. Des chaînes de télévision et journaux locaux ont également relaté cet événement.

Article : Ye Rong

 
mot clé:

Nouvelles concernées