L’Institut Confucius de l’Université du Burundi mène des enquêtes et des recherches sur la Base de rizières du Groupe d’experts chinois d’assistance agricole au Burundi

[Source]    Institut Confucius de l’Université du Burundi [Time]    2019-01-22 15:29:20 
 

Le 7 janvier, Mélance Ntunzwenimana, doyen de la Faculté d’agronomie et de bio-ingénierie de l’Université du Burundi, Joseph Nzeyimana et Yan Ping, directeurs burundais et chinois de l’Institut Confucius de l’Université du Burundi, ainsi que des enseignants de l’Institut Confucius, se sont rendus sur la Base de rizières du Groupe d’experts chinois d’assistance agricole au Burundi pour mener des enquêtes et des recherches.

Au cours de l’événement, Yang Huade, chef du Groupe d’experts et expert en riz hybride, a présenté la situation de la culture du riz hybride chinois au Burundi, ainsi que les excellents résultats obtenus et les perspectives de développement. Parlant du renforcement de la future coopération avec la Faculté d’agronomie et de bio-ingénierie de l’Université du Burundi, M. Yang a déclaré que cette coopération permettrait certainement à celle-ci un immense espace de développement professionnel. Selon lui, les deux parties pourront cultiver les compétences des étudiants en matière de science et technologies agricoles, de pratique et de recherches scientifiques, à travers l’enseignement des techniques de riziculture et des solutions aux problèmes réels rencontrés au cours de la culture.

Evoquant le rôle joué par l’Institut Confucius, M. Yang a indiqué que la coopération entre les deux parties n’aurait pas été réalisée sans la formation de chinois proposée par l’Institut Confucius aux étudiants concernés. Il a souligné que la maîtrise de la langue chinoise constituait un moyen efficace et une base solide pour la continuation de la communication et de la coopération dans le futur. Selon M. Yang, si la maîtrise et la promotion de la technologie du riz hybride permettaient aux étudiants ambitieux et qualifiés de faire valoir leurs talents pour devenir riches, ce serait une belle perspective de la coopération tripartite.


Yang Huade présente la situation de la culture du riz hybride.

M. Mélance Ntunzwenimana a déclaré que cette activité d’enquêtes et de recherches l’avait beaucoup inspiré. Selon lui, le programme d’experts agricoles chinois a obtenu des résultats remarquables au Burundi, et la pénurie alimentaire dans son pays pourra être résolue à l’appui de la science et des technologies. Il a indiqué qu’à l’avenir, la Faculté d’agronomie et de bio-ingénierie pourrait s’appuyer sur ce projet pour mener des recherches scientifiques et technologiques, promouvoir les technologies et former des talents qualifiés en science et technologies agricoles dans la pratique, afin d’aider son pays à résoudre les problèmes alimentaires.


Les participants discutent du renforcement de la coopération.

M. Joseph Nzeyimana a déclaré qu’à l’avenir, l’Institut Confucius œuvrerait à promouvoir la synergie entre la culture du riz hybride et les recherches scientifiques réalisées par la Faculté d’agronomie et de bio-ingénierie, et à accroître les recherches et les stages concernés des étudiants. Parallèlement, il a précisé qu’il fallait proposer des cours de chinois en science et technologies agricoles pour aider les étudiants à comprendre davantage les technologies et la culture agricoles chinoises, afin de promouvoir le développement de l’agriculture au Burundi.


Photo de groupe

Cette activité d’enquêtes et de recherches a permis de mieux explorer le modèle éducatif associant l’enseignement du chinois à l’enseignement professionnel, de promouvoir le développement local et de mettre en pratique le modèle pédagogique dit « chinois + ».

Article par Li Huansheng

 
mot clé:

Nouvelles concernées