Tenue d’un symposium sur les langues et les cultures chinoises et indiennes à New Delhi

[Source]    Siège de l’Institut Confucius [Time]    2018-12-25 16:57:27 
 

Le matin du 20 décembre, le Symposium sur les langues et les cultures chinoises et indiennes s’est tenu à New Delhi. Une des activités dans le cadre de la première réunion du mécanisme de haut niveau des échanges culturels et humains Chine-Inde, l’événement a été organisé par l’Université de Shenzhen et l’ambassade de Chine en Inde, avec le concours du Siège de l’Institut Confucius et de l’Université professionnelle Lovely en Inde. Li Bijian, ministre-conseiller de l’ambassade de Chine en Inde, C. Raj Kumar, président de l’Université globale baptisée O. P. Jindal en Inde, Ma Jianfei, directeur exécutif adjoint du Siège de l’Institut Confucius et directeur général adjoint du Hanban, ont chacun prononcé un discours lors de la cérémonie d’ouverture. Le symposium a vu la participation de quelque 120 personnes, y compris des chercheurs en linguistique et des linguistes chinois et indiens ainsi que des apprenants de chinois en Inde.

M. Li Bijian a noté dans son discours que les Chinois et les Indiens représentaient un tiers de la population mondiale. « Quand la connaissance mutuelle et la coopération entre les deux grands pays se multiplient, le monde est plus pacifique et plus stable », a-t-il poursuivi. Selon lui, ces dernières années, grâce à la promotion vigoureuse des dirigeants des deux pays, les échanges et la coopération bilatéraux sont entrés dans une période de développement rapide. M. Li a spécialement évoqué la rencontre entre le président Xi Jinping et le Premier ministre Narendra Modi au bord du lac Est en avril dernier, laquelle avait élaboré un plan grandiose pour les relations et la coopération globale entre les deux pays. Le conseiller-ministre chinois a souligné que les deux pays disposaient d’un grand potentiel de coopération dans tous les domaines notamment la politique, l’économie et le commerce ainsi que la culture et l’humanité. Parallèlement, selon lui, les connaissances mutuelles entre la Chine et l’Inde, deux grands pays voisins, sont insuffisantes, donc, il faut approfondir la communication et la compréhension entre les deux peuples, surtout entre les jeunes et adolescents des deux pays. Dans ce sens, a poursuivi M. Li, les échanges en matière de langue et de culture revêtaient une signification profonde, jouaient un rôle crucial et auraient de belles perspectives.

Dans son discours, M. Kumar a déclaré que l’Inde et la Chine devraient multiplier leur apprentissage mutuel. Selon lui, l’Inde a 800 millions de jeunes et d’adolescents, et l’apprentissage et la connaissance mutuels entre les jeunes et adolescents étaient très significatifs pour le développement des relations entre deux pays sur le long terme. Toujours selon lui, pour renforcer et approfondir les relations sino-indiennes, il faut non seulement intensifier les efforts dans les domaines politique, économique et commercial, mais aussi renforcer davantage les échanges et la coopération éducatifs. Le président Kumar a déclaré que pour y faire, son université avait activement demandé l’établissement d’un Centre de formation et d’études sur le chinois en son sein, afin d’aider les jeunes et adolescents des deux pays à mieux apprendre la culture de l’autre partie en s’y inspirant.

M. Ma Jianfei a souligné dans son discours que le principe de l’Institut Confucius consistait à aider les peuples des différents pays à apprendre le chinois et à promouvoir les échanges et l’inspiration mutuelle entre les cultures diversifiées du monde. Il a salué les Instituts Confucius et Classes Confucius en Inde pour leur contribution à la promotion de l’enseignement du chinois dans la localité et à l’approfondissement des échanges culturels sino-indiens. M. Ma a affirmé que le Siège de l’Institut Confucius (Hanban) continuerait de soutenir énergiquement les institutions indiennes dans leur enseignement du chinois. Il a émis le souhait que les parties chinoise et indienne prennent ce symposium comme point de départ pour établir un mécanisme de coopération à long terme, consolider la base de l’enseignement du chinois et construire une nouvelle plateforme d’échanges linguistiques et culturels entre les deux pays, en vue d’entamer un nouveau parcours d’échanges et de coopération linguistiques entre la Chine et l’Inde.

Lors du symposium, des experts ont prononcé des discours les uns après les autres. Ils étaient Yu Longyu, directeur du Centre pour les études indiennes de l’Université de Shenzhen, B. R. Deepak, directeur du Centre d’études de la Chine et de l’Asie du Sud-Est de l’Université Jawaharlal-Nehru, Li Xuenan, président du Conseil des affaires universitaires de l’Université de Yichun, Anita Sharma, vice-présidente de l’Université K. R. Mangalam, et Hu Jiling, vice-présidente de l’Université de Droit et des Sciences politiques de Shanghai. Les chercheurs chinois et indiens ont tous constaté que ce symposium revêtait une signification cruciale pour promouvoir davantage les échanges linguistiques et culturels entre la Chine et l’Inde. Les deux parties ont appelé à agir de concert pour consacrer plus d’efforts à la traduction des œuvres classiques de l’autre partie, à l’échange de visites des écrivains et des artistes ainsi qu’à la formation des enseignants de chinois locaux, dans le but d’améliorer grandement le niveau d’échanges et de coopération linguistiques et culturels bilatéraux.

Lors de la cérémonie d’ouverture du symposium, MM. Li Bijian et Ma Jianfei ainsi que les responsables des universités partenaires chinoises et indiennes ont inauguré ensemble le Centre d’enseignement du chinois de l’Université professionnelle Lovely et le Centre de formation et d’études sur le chinois de l’Université globale baptisée O. P. Jindal.

Jusqu’à présent, l’Inde abrite 2 Instituts Confucius, 2 centres d’enseignement du chinois et 2 Classes Confucius.

 
mot clé:

Nouvelles concernées