Espagne : l’enseignement du chinois est fructueux (Reportage)

[Source]    xinhuanet.com [Time]    2018-12-03 15:11:17 
 

« Cherchons des amis, cherchons des amis, nous finissons par trouver un bon ami... » Voilà une chanson familière en chinois interprétée par des enfants, leurs voix tendres et claires retentissant dans une salle de classe d’une école primaire ordinaire espagnole.

A l’extérieur de la salle de classe, des oliviers luxuriants contrastent avec le toit en rouge et des colonnes sculptées. Nous sommes dans une école primaire à Armilla dans la communauté autonome d’Andalousie en Espagne. Les enfants espagnols de cette école primaire ont commencé à apprendre le chinois dès la première année.

Les cours de chinois dans cette école primaire à Armilla sont un échantillon de l’enseignement du chinois destiné aux enfants en Espagne.

Selon Zhong Xiwei, responsable du Groupe éducatif de l’ambassade de Chine en Espagne, deux centaines d’écoles primaires et secondaires proposent actuellement des cours de chinois en Espagne, et seulement dans la communauté autonome de Madrid, 32 écoles primaires et secondaires proposent des cours de chinois.

« La communauté autonome d’Andalousie est au premier rang de l’Espagne en termes de population et de superficie. L’enthousiasme pour l’apprentissage du chinois dans cette communauté est aussi le plus fort », a présenté avec fierté Abelardo de la Rosa Díaz, chef du Service de planification éducative du Département de l’éducation de la région d’Andalousie.

Depuis l’an 2011, la communauté autonome d’Andalousie a promu, à titre expérimental, dans toute la communauté, l’intégration du chinois dans le système d’éducation des écoles primaires et secondaires. Jusqu’à présent, les huit provinces de cette communauté abritent toutes des Classes Confucius, et la communauté compte également 34 centres d’enseignement du chinois publics, avec plus de 3 800 apprenants inscrits, un chiffre multiplié par six en l’espace de 7 ans.

Le 9 novembre, la deuxième édition de la réunion sur la « Situation actuelle de l’enseignement du chinois dans le système d’éducation espagnol » s’est tenue à Barcelone. Les invités d’honneur chinois et espagnols à la réunion ont tous estimé qu’il faudrait inclure le chinois dans le « baccalauréat » espagnol dans les meilleurs délais pour qu’il devienne un sujet officiel dans l’examen d’entrée aux établissements d’enseignement supérieur.

Dans le même temps, l’enseignement du chinois dédié aux adultes, représenté par celui de l’Institut Confucius, était fructueux dans ce pays situé sur la péninsule ibérique.

A l’heure actuelle, huit Instituts Confucius sont présents en Espagne, répartis respectivement à Valence, ville côtière, à Grenade, au pied de la Sierra Nevada, à Madrid, capitale prospère, et à Tolède, ville antique paisible... Grâce à eux, l’enseignement de la langue et la culture chinoises, avec de différentes caractéristiques, se déroule dans plusieurs régions espagnoles, construisant ainsi des ponts pour les échanges sino-espagnols.

En 2010, l’Institut Confucius de Barcelone a établi une fondation qui fonctionnait en qualité de personne morale indépendante. En l’espace de 8 ans, elle a signé respectivement un accord de coopération avec 12 universités de la communauté autonome de Catalogne, formant ainsi un système d’enseignement du chinois « 1+12 » couvrant toute la région. Chang Shiru, directeur de cette fondation et directeur chinois de cet Institut Confucius, a indiqué que cette structure dite « grand Institut Confucius » et la forme de fondation avaient permis de diversifier les moyens d’exploitation de l’Institut Confucius, recevant un accueil parmi plus d’institutions.

L’Institut Confucius de Madrid a pour sa part profité pleinement de son avantage géographique dans la capitale et de la communauté des Espagnols d’origine chinoise. Chen Danna, directrice chinoise de cet Institut Confucius, a déclaré : « L’Institut Confucius participe activement à toutes les activités culturelles prestigieuses dont le défilé du Nouvel An. Et il organise des événements avec la communauté des Espagnols d’origine chinoise pendant la fête du Printemps pour manifester le charme de la culture chinoise aux habitants de Madrid. » Actuellement, chaque année, l’Institut Confucius de Madrid voit l’inscription de plus de 700 étudiants, affichant une stable croissance annuelle.

L’ « Institut Confucius académique » est une marque que l’Institut Confucius de Grenade s’efforce de construire depuis de nombreuses années. Cet institut a été établi par l’Université de Beijing en collaboration avec l’Université de Grenade. Son premier directeur chinois était Fan Ye, traducteur en chinois de Cent ans de solitude, et sa directrice espagnole actuelle est Alicia Relinque, sinologue espagnole et traductrice en espagnol de Le Pavillon aux pivoines et de Fleur en fiole d’or (Jin Ping Mei). Bénéficiant de la profondeur académique des deux universités, cet Institut Confucius est devenu une grande base de sinologie et d’échanges académiques en la matière en Espagne.

Lü Wenna, directrice chinoise de l’Institut Confucius de l’Université de Grenade, a souligné que depuis son établissement en 2008, l’Institut Confucius œuvrait toujours aux études chinoises et à leur promotion « en profondeur », et avait organisé cette année 28 séances de conférence académique. « Donner la priorité aux recherches scientifiques constitue le principe d’enseignement de l’Institut Confucius de l’Université de Grenade. » Voilà un point de vue partagé par Pu Shan, ancienne directrice de l’Institut Confucius de l’Université de Grenade.

Selon les statistiques du Groupe éducatif de l’ambassade de Chine en Espagne, à présent, quelque 50 000 personnes apprennent le chinois en Espagne, et le nombre de candidats espagnols à l’examen HSK (Test d’évaluation de chinois) est le plus important en Europe. Parallèlement, plus de 4 000 étudiants espagnols poursuivent leurs études en Chine.

Celeste Bañeza venant de Cáceres, ville de l’Ouest de l’Espagne, a appris le chinois pendant 4 ans à l’université. Après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé comme enseignant d’espagnol à l’Ecole de Langue étrangère de Suzhou, avant de retourner dans son pays pour enseigner le chinois dans une école. « La merveille dans l’apprentissage du chinois consiste à me permettre de devenir un enseignant. L’apprentissage du chinois permet de créer des opportunités d’emploi plus diversifiées. Chacun peut profiter du chinois pour réaliser un meilleur développement professionnel. »

L’apprentissage du chinois a également aidé Belén Castiñeira, jeune fille espagnole, à ouvrir une porte d’opportunité. Employée chez Lenovo, elle a déjà vécu à Beijing depuis 6 ans. « Le marché chinois très prometteur a créé des possibilités infinies pour les jeunes. La vie à Beijing m’a appris les moyens pour réaliser le succès personnel. »

Au fur et à mesure de l’élan de la Chine et de la promotion constante de l’enseignement du chinois, de plus en plus d’Espagnols prennent contact avec cette vieille langue orientale, et la vie d’un grand nombre d’entre eux connaît ainsi de « changements magnifiques ». Comme le dit José Morente, étudiant espagnol en Chine, « le chinois occupera éternellement la plus spéciale position dans mon cœur. »

(Agence de presse Xinhua, depuis Madrid, le 25 novembre, journalistes : Guo Qiuda, Feng Junwei)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées