Ville et village : le Siège de l’Institut Confucius raconte l’histoire de la vitalité du patrimoine culturel chinois par l’architecture à la Foire du livre de Francfort

[Source]    Siège de l’Institut Confucius (Hanban) [Time]    2018-10-19 16:05:35 
 

Du 10 au 15 octobre 2018, le Siège de l’Institut Confucius a organisé l’exposition culturelle thématique « Ville et village – A la découverte du patrimoine culturel dans l’architecture chinoise » dans la zone Arts+ de la Foire du livre de Francfort. L’objectif est de démontrer l’évolution et le développement des zones urbaines et rurales de la Chine, d’exprimer la connaissance et la réflexion du peuple chinois sur son propre héritage culturel et de raconter l’histoire de la vitalité du patrimoine culturel chinois à travers l’architecture.


L’Affiche de l’exposition thématique « Ville et village – A la découverte du patrimoine culturel dans l’architecture chinoise »

Cette exposition a été conçue et organisée par le Siège de l’Institut Confucius en coopération avec le gouvernement du district de Songyang, l’Agence DNA Design et Architecture de Beijing, la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université des Sciences et Technologies de Huazhong (HUST) et le Forum d’architecture Aedes de l’Allemagne.

Faire attention à la transmission du patrimoine culturel par l’intermédiaire de l’architecture

Le 12 octobre, devant le stand du Siège de l’Institut Confucius, une centaine de représentants venant de plus de 50 maisons d’édition et d’exposants présents dans la zone Arts+ ont participé à la réception dédiée à cette exposition.

D’abord, Jing Wei, directrice exécutive adjointe du Siège de l’Institut Confucius, a prononcé un discours de bienvenue, dans laquelle Mme Jing a présenté l’intention initiale de l’organisation de cette exposition, affirmant que depuis 2016, le Siège de l’Institut Confucius avait organisé des expositions sur la culture chinoise, ayant respectivement pour thème Les livres d’images pour enfant et La culture alimentaire, lors de la Foire du livre de Francfort. Les Instituts Confucius du monde entier ont été désormais suscités à mener un projet d’exposition en tournée, afin de mettre en valeur son rôle de plateforme de coopération et d’échanges éducatifs et culturels.


Mme Jing Wei prononce un discours de bienvenue.

L’architecture enregistre le temps sous forme d’espace, constituant un précieux patrimoine culturel d’un pays. L’importance du patrimoine historique et culturel est omniprésente dans la vie contemporaine. Comment traiter le patrimoine culturel architectural et préserver sa vitalité ? Telle est une question très importante pour la Chine, un pays en plein développement, mais aussi un sujet constamment exploré par les différents pays du monde.

Cette année, l’exposition, conçue autour du thème du patrimoine culturel architectural, cherche à combiner l’architecture chinoise et le patrimoine culturel à travers les deux cas, à savoir « une ville » (Wuhan, ville au bord du fleuve Yangtsé) et « un village » (l’histoire de Songyang, l’évolution du village). Le but est de présenter, sous l’angle de village et de ville, au monde l’évolution et le développement de la culture architecturale chinoise, de la tradition à la modernité, du village à la ville, ainsi que les échanges culturels entre la Chine et le reste du monde au cours de ce processus. Cela vise à démontrer la réflexion des Chinois sur leur propre patrimoine culturel architectural et à manifester l’expérience novatrice de la Chine en matière de protection du patrimoine culturel par le biais de l’architecture.

Des personnalités ont chacune prononcé un discours lors de la réception pour exprimer leurs gratitude et compliments au Siège de l’Institut Confucius pour avoir conçu ce programme. Ils étaient M. Hans-Jürgen Commerell, président du Forum d’architecture Aedes, M. Eduard Kögel, expert en culture architecturale chinoise, Mme Beatrice, représentante de la Foire du livre de Francfort, M. Tan Gangyi, professeur à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de la HUST, et Mme Xu Tiantian, jeune architecte.

Un village et une ville pour montrer le changement de la société chinoise

Le stand de 100 m2 a été divisé en deux zones d’exposition, l’une pour le village et l’autre pour la ville. L’exposition « L’Histoire de Songyang » a montré que dans une région de la province chinoise du Zhejiang, ayant une histoire de 1800 ans et disposant de centaines d’anciens villages, on a réussi, à l’esprit du principe de l’« intervention minimum », à protéger les anciennes maisons contre toute démolition en les transformant en termes d’espace. Par conséquent, des jeunes villageois, qui étaient allés travailler dans les villes, sont revenus dans leur village pour se lancer dans l’entrepreneuriat, et la cohésion de la vie rurale a ainsi été renforcée.

L’exposition « Wuhan : ville au bord du fleuve Yangsté » comprenait trois éléments, à savoir « une tour » (la Tour de la Grue jaune), représentant la philosophie de « l’unité du ciel et de l’Homme », le caractère esthétique aussi paisible qu’harmonieux, ainsi que la sagesse architecturale originale et exquise dans la tradition de l’architecture chinoise ; « une ville » (l’ancienne ville de Wuchang), dont les images rétablies ont permis de rappeler l’évolution de sa propre culture ; ainsi que « deux fleuves » (des photos sur la vie quotidienne des riverains du fleuve Yangsté et de la rivière Han), montrant de façon vivante la vie des habitants de cette ville pendant cette dernière centaine d’années et l’esprit de la ville caractérisé par l’inclusion et l’ouverture sur fond des échanges culturels sino-occidentaux.


Des visiteurs admirent l’exposition « Wuhan : ville au bord du fleuve Yangsté »

Entamer un dialogue sans limite de temps et sans frontière territoriale

L’exposition a été préparée minutieusement avec une variété de formes. Sa vision principale a pris le corbeau à tracer comme élément dominant de la conception pour faire ressortir l’essence de l’ancienne sagesse. En ce qui concerne les moyens de mise en exposition, hormis des objets exposés tels que des maquettes, de grandes photos, des vidéos et des livres sur l’architecture, ont aussi été utilisées des méthodes numériques et artistiques telles que l’écran tactile interactif multimédia, la réalité virtuelle (VR), l’enregistrement de vidéo ou de dessin ainsi que la photographie de l’art de la performance.

Une équipe d’étudiants du Département d’architecture de la HUST a conçu, à l’aide de la technologie de la VR, une visite virtuelle intitulée « Voyagez à Wuchang en 1911 avec moi ». Ils ont utilisé la technologie numérique des Interactions Homme-machines pour exposer les cartes postales de Wuhan aux alentours de 1920, conservées par le collecteur de cartes postales M. Fan Rong.

Le stand abritait également un atelier d’artisanat de patrimoine culturel, permettant aux visiteurs de faire l’expérience de tenons et de mortaises, pleine de la sagesse traditionnelle chinoise, d’apprendre à fabriquer des œuvres de teinture au thé et des estampes avec la tuile d’avant-toit. Le stand du Siège de l’Institut Confucius a organisé tous les jours des activités magnifiques.


Le forum « Ville et/ou village ? Songyang vous raconte une histoire différente ! »

Sur la plateforme « Art+ Runway » de la Foire du livre de Francfort, deux forums se sont tenus respectivement ayant pour thème Wuhan et Songyang. La directrice exécutive adjointe Jing Wei, Eduard Kögel, Hans-Jürgen Commerell et Xu Tiantian ont mené un dialogue autour du sujet « Ville et /ou village ? Songyang vous raconte une histoire différente ! ». En se référant à l’histoire de Songyang, ils ont discuté de l’interaction rurale et urbaine, le rôle du développement rural dans l’élimination de la pauvreté ainsi que la signification de l’innovation chinoise dans la revitalisation rurale pour le monde.

Le professeur Tan Gangyi et Michel Kahn-Ackermann, conseiller du Siège de l’Institut Confucius, ont mené un dialogue autour du sujet « Wuhan : ville aussi traditionnelle que contemporaine ». En prenant l’exemple de Wuhan, ils ont discuté de la pratique et de la stratégie de protection du patrimoine architectural chinois ainsi que du concept de la reconstruction aux caractéristiques chinoises.

L’exposition a attiré beaucoup de spectateurs. Une foule se rassemblait devant le stand tous les jours. De nombreux spectateurs et professionnels ont tous exprimé leur attachement à cet événement, qui leur avait permis une compréhension plus complète sur la Chine, et ils souhaitaient visiter cette ville et ce village.

Concepteur de plusieurs expositions sur l’architecture chinoise et expert en architecture chinoise réputé en Europe, Eduard Kögel, a bien apprécié cette exposition. Selon lui, il n’est pas facile de montrer une telle quantité d’informations dans un tel espace de stand, et les spectateurs ont besoin de plus de temps pour la ressentir. Il a indiqué que cette exposition avait créé une ambiance très favorable à la communication.


Des spectateurs écoutent attentivement l’histoire de Songyang.

L’écrivain Oliver a dit que l’impression générale de cette exposition correspondait aux habitudes ainsi qu’aux besoins esthétiques et cognitifs du groupe cible. Il a précisé que cette exposition, sans rouge ni dragon, permettait de voir une Chine différente. Selon lui, c’est une exposition bien accueillie par le groupe cible.

M. Lin Zaijue, éditeur taiwanais très célèbre, a hautement apprécié les livres d’architecture exposés, estimant que cette exposition présentait les dernières publications dans le domaine de l’architecture, marquées par la qualité et la représentativité.

Herman Spruijt, ancien président de l’Union internationale des éditeurs, a été fasciné par la teinture au thé à l’Atelier d’artisanat de Songyang lors de sa visite. Lorsqu’il a entendu l’histoire de Songyang où l’architecture avait fait changer le village, M. Herman, bien émerveillé, a loué la profonde signification sociale de l’exposition.


Deux enfants font l’expérience de l’estampe avec la tuile d’avant-toit.

Certains visiteurs ont exprimé leur volonté de voyager à Songyang et à Wuhan, et d’autres ont dit qu’ils avaient visité trois éditions d’exposition tenues par le Siège de l’Institut Confucius. Un certain visiteur a précisé qu’il avait visité avec des amis les deux expositions de livres d’images et de la culture alimentaire tenues antérieurement, et quelques-uns de ses amis avaient même commencé à étudier à l’Institut Confucius après la visite. L’événement a également attiré l’attention de nombreux médias tels que China News Service, Le Quotidien de la Clarté, Le Quotidien du Peuple, China Publishing Media Journal ainsi que le Journal des éditeurs allemands, qui ont tous relaté l’exposition.


Des spectatrices montrent leurs œuvres de teinture au thé.

Actuellement, un grand nombre d’Instituts Confucius et d’institutions culturelles étrangères ont invité à organiser la tournée mondiale de l’exposition « Ville et village : A la découverte du patrimoine culturel dans l’architecture chinoise ». Dans le même temps, le Siège de l’Institut Confucius envisage d’entamer l’exploration d’une série de projets liés au patrimoine culturel.

 
mot clé:

Nouvelles concernées