Le parc industriel sino-bélarusse crée des opportunités aux amateurs de chinois au Bélarus (Reportage)

[Source]    xinhuanet.com [Time]    2018-10-11 09:16:10 
 

« J’apprends le chinois depuis 4 ans et j’espère avoir l’occasion de trouver un bon emploi au parc industriel sino-bélarusse dans le futur. » C’est ce que nous a dit Anastasia, lycéenne bélarusse, lors de la Journée de l’Institut Confucius tenue le 30 septembre au Lycée de Smaliavitchy de l’oblast de Minsk.

Anastasia est élève en 11ème année au Lycée de Smaliavitchy. Cette école a commencé à proposer l’enseignement du chinois il y a quelques années. A ce moment-là, cette jeune fille entendait dire souvent la coopération sino-bélarusse car le parc industriel sino-bélarusse serait construit à Smaliavitchy. Par sa curiosité pour la Chine, Anastasia avait assisté à un cours de chinois à l’école. Depuis lors, elle a noué une relation indissoluble avec la langue chinoise.

Anastasia a persévéré dans l’apprentissage du chinois depuis 4 ans. Au début de l’année 2018, elle a gagné le premier prix dans un concours national de la langue chinoise au Bélarus. L’année dernière, elle avait participé à un camp d’été de chinois en Chine. Dans ce cadre, cette lycéenne a visité des villes chinoises dont Beijing et Dalian. Elle a même grimpé la Grande Muraille. Ce séjour en Chine lui a permis d’avoir plus de connaissances sur la culture chinoise.

Anastasia a dit qu’après l’examen d’entrée aux universités l’année prochaine, elle envisageait de poursuivre ses études à l’Institut Confucius pendant ses temps libres. « Que je puisse trouver un emploi au parc industriel sino-bélarusse après mes études universitaires ! Comme ça, je peux travailler près de chez moi. »

Anna, jeune fille en 6ème année, apprend la danse d’éventail du Tai-chi sous la direction d’une enseignante de l’Institut Confucius. Sa mère a confié que si elle avait conseillé à sa fille d’apprendre le chinois, c’était que le parc industriel sino-bélarusse était en pleine construction, nécessitant certainement un grand nombre de talents maîtrisant le chinois dans le futur.

Selon la présentation de Levchenko, enseignant du Lycée de Smaliavitchy, pour susciter l’intérêt des élèves à la langue chinoise, le lycée a spécialement organisé la visite des élèves dans le parc industriel sino-bélarusse, de sorte qu’ils puissent connaître concrètement ce projet énorme près de chez eux et son potentiel en matière de demande des talents maîtrisant le chinois.

En 2015, en vue de promouvoir l’enseignement du chinois à Smaliavitchy, l’Institut Confucius de l’Université d’Etat du Bélarus a établi un centre d’enseignement du chinois au Lycée de Smaliavitchy. Anatoly Tozik, directeur de l’Institut Confucius de l’Université d’Etat du Bélarus, a déclaré lors de la Journée de l’Institut Confucius que le parc industriel sino-bélarusse était en pleine construction, devenant progressivement la plateforme du développement de l’économie innovante au Bélarus. Il a émis le souhait que les élèves de Smaliavitchy et leurs parents puissent se rendre compte que l’apprentissage du chinois était prometteur dans la localité, permettant de trouver un emploi bien rémunéré près de chez eux.

Au cours de sa construction, le parc industriel sino-bélarusse attache de l’importance à la formation des talents linguistiques dans la localité pour son développement à long terme. China Merchants Group (CMG), société chargée de l’exploitation du parc, a coopéré depuis l’année dernière avec l’Institut Confucius de l’Université d’Etat du Bélarus pour financer ce dernier dans le cadre de la promotion de l’enseignement du chinois au Bélarus. Sous le parrainage du CMG, le Lycée de Smaliavitchy créera bientôt une salle audiovisuelle moderne, permettant de beaucoup améliorer ses conditions de l’enseignement du chinois.

A travers le soutien énergique des parties chinoise et bélarusse, l’enseignement du chinois dans la localité voit la participation de plus d’élèves. Au cours de la Journée de l’Institut Confucius, des élèves ont suit avec intérêt les enseignants de l’Institut Confucius pour apprendre la calligraphie chinoise et la danse d’éventail du Tai-chi, goûter du thé chinois, ainsi qu’apprendre des caractères chinois et leur prononciation.

« Les activités d’aujourd’hui sont très intéressantes. Je choisirai le chinois quand je commence à apprendre une deuxième langue vivante l’année prochaine », nous a ainsi déclaré Ksenia, écolière en 5ème année.

(Agence de Presse Xinhua, depuis Minsk, le 30 septembre

Journalistes : Wei Zhongjie et Li Jia)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées