Allemagne : l’Académie des Arts de Chine démontre l’art calligraphique à la Journée de l’Institut Confucius de Berlin

[Source]    chinanews.com [Time]    2018-09-30 16:23:52 
 

« Ce caractère (De) est justement celui dans le terme Deguo (Allemagne). » C’est ce qu’a dit Jin Ennan, membre de la Société d’épigraphie de Xiling, à des Allemands le 22 septembre dans une salle de classe de l’Institut Confucius de l’Université libre de Berlin (FU Berlin). Ce jeune artiste issu de l’Académie des Arts de Chine (CAA) était en train d’apprendre des Allemands à écrire des caractères chinois. Ceux-ci, un pinceau dans la main, ont copié avec intérêt le caractère chinois avec différents styles.

Voilà une scène de l’Atelier de l’art calligraphique chinois tenu à l’occasion de la Journée de l’Institut Confucius de Berlin 2018. Cet atelier s’est inscrit dans le cadre de l’étape allemande de l’activité intitulée « Des petites œuvres de grands maîtres sur ‘la Ceinture et la Route’ » initiée par la Classe May May Lecture de la CAA.

Selon la présentation, cet atelier de l’art calligraphique à Berlin a été organisé conjointement par la CAA, l’Association des artistes d’Europe et d’Asie en Allemagne (KEAD) et l’Institut Confucius de la FU Berlin. Grâce à la planification de la KEAD, cette coopération entre la Classe May May Lecture de la CAA et l’Institut Confucius de la FU Berlin a produit un impact social positif. Elle a permis aux Européens participant à cette activité de mieux découvrir l’art traditionnel chinois et de mieux connaître la culture chinoise. L’événement a été présidé par Zhang Xuansu, présidente exécutive de la KEAD, issue de l’Institut d’histoire de l’art de la FU Berlin, et le jeune artiste de la CAA, Jin Ennan, qui est le plus jeune membre de la Société d’épigraphie de Xiling, a servi de conférencier.

Lors de l’événement, M. Jin a d’abord présenté à des dizaines de spectateurs allemands le parcours de la calligraphie chinoise, inscrite sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui ne cessait de se développer avec l’évolution des caractères chinois. Il a montré les différents styles de différentes époques, tels que l’inscription sur carapace de tortue et sur os d’animaux, le style sigillaire, l’écriture des clercs, le style régulier, l’écriture cursive et l’écriture courante, avant de présenter les personnalités représentatives de l’histoire de la calligraphie dont Ouyang Xun, Yan Zhenqin, Liu Gongquan, ainsi que Wang Xizhi et son fils.

Après le cours de présentation, Jin Ennan a invité les spectateurs allemands à utiliser les quatre trésors du lettré chinois, à savoir le pinceau, l’encre, le papier et l’encrier, pour apprendre les traits avec la méthode consistant à tenir le pinceau avec cinq doigts. Il a choisi d’écrire le caractère. L’art calligraphique chinois a suscité l’intérêt des Allemands qui essayaient l’un après l’autre d’apprendre à écrire, en demandant des conseils de temps en temps à M. Jin.

« Maintenant veuillez écrire votre nom, en chinois, en allemand ou en anglais. » Une ambiance chaleureuse régnait dans l’atelier. Un grand nombre d’Allemands sont partis satisfaits avec les œuvres portant leurs noms. Après cet atelier, la CAA a offert à l’Institut Confucius de la FU Berlin des manuels de calligraphie et de peinture tels que Mille caractères chinois, rédigé par elle-même. La Prof. Dr. Dr. h. c. Mechthild Leutner, directrice allemande de cet Institut Confucius, a reçu ces livres au nom de l’Institut Confucius, avant d’apprécier hautement cet atelier de calligraphie.

Selon Dagmar Yu-Dembski, directrice exécutive de l’Institut Confucius de la FU Berlin, cette année est la douzième fois que cet Institut Confucius, établi en 2006, organise la Journée de l’Institut Confucius. Elle a indiqué que c’était un événement ouvert au public s’avérant efficace. A lui en croire, lors de l’atelier de M. Jin, les gens ayant découvert la calligraphie chinoise s’y intéresseraient et continueraient à faire des exercices chez eux ; les gens ayant entendu parler des prochaines activités viendraient y participer. « Pour supprimer les clichés et augmenter la compréhension mutuelle entre l’Allemagne et la Chine, il faut mener des échanges sur la vie quotidienne, au-delà des grands sujets. »

Dagmar Yu-Dembski a estimé que dans ce sens, l’Institut Confucius était un pont entre les deux pays.

Selon des sources, à partir du mois d’octobre 2018, l’Institut Confucius de la FU Berlin organisera des activités comme l’exposition de films artistiques chinois et celle de photos d’Eva Siao. Après l’étape allemande, la Classe May May lecture de la CAA se rendra en République tchèque.

(Chinanews.com, le 23 septembre, journaliste : Peng Dawei)

Lien de l’article

 
mot clé:

Nouvelles concernées