Zang Pauline, première enseignante de chinois camerounaise – « Il faut dix ans pour bien faire pousser un arbre, mais cent ans pour former des hommes de talent »

[Source]    Institut Confucius de l’Université de Yaoundé II au Cameroun [Time]    2018-09-14 17:01:42 
 

Le 5 septembre, la première enseignante de chinois camerounaise Zang Pauline Atangana est décédée à l’Hôpital général de Yaoundé. La veille, Jiang Yujiao, directrice chinoise de l’Institut Confucius de l’Université de Yaoundé II, et des enseignants de chinois, se sont rendus au chevet de Mme Zang pour témoigner de la sympathie envers elle.


Zang Pauline

En 1996, les gouvernements chinois et camerounais ont signé un accord portant sur la création d’un centre de formation de chinois à l’Université de Yaoundé II. A l’époque, Zang Pauline, enseignante d’anglais et de français à l’Institut des relations internationales de cette université, a été désignée comme directrice camerounaise de ce centre de formation par le ministère camerounais de l’Enseignement supérieur. En 1998, Mme Zang, âgée de 54 ans, a obtenu une bourse d’études gouvernementale pour apprendre le chinois à l’Université normale du Zhejiang (ZJNU). Elle est ainsi devenue la première étudiante africaine de la ZJNU. Elle est retournée dans son pays en 2000 après avoir terminé ses études. Depuis lors, hormis l’enseignement du français et de l’anglais, Madame Zang a proposé un cours de chinois à l’Institut des relations internationales. En 2007, la ZJNU a établi l’Institut Confucius de l’Université de Yaoundé II en collaboration avec l’Institut des relations internationales de cette université. Zang Pauline est ainsi devenue la première enseignante de chinois locale au Cameroun.

Cette année marque le 18e anniversaire de l’engagement de Mme Zang dans l’enseignement du chinois. Durant cette période, elle avait formé plus de 10 000 étudiants, dispersés dans les milieux politique, commercial et éducatif, entre autres. Zang Pauline a été reçue respectivement par M. Jia Qinglin, président d’alors du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), en 2010, par Mme Liu Yandong, conseillère d’Etat d’alors, en 2011 et par M. Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères, en 2015. Ces derniers l’ont hautement appréciée.


Zang Pauline donne un cours de chinois.


Zang Pauline (2e à droite) et ses étudiantes

Au cours de son enseignement du chinois, l’enseignante Zang a mené une coopération active avec l’Institut Confucius pour donner volontiers des cours de chinois dans des universités et des écoles primaires et secondaires camerounaises. De plus, elle s’est engagée dans les différentes activités organisées par l’Institut Confucius de l’Université de Yaoundé II, telles que le Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux lycéens du monde, la Voix du Cameroun et le Concours de pédagogie des enseignants de chinois locaux.


Zang Pauline participe à la Voix du Cameroun.


Zang Pauline, membre du jury du Concours « Passerelle vers le chinois »

D’ailleurs, Madame Zang a rédigé, en collaboration avec son étudiant Li Zexi (Nzeusseu Leopold), une série de manuels Apprenons le chinois en chinois, en français et en anglais, bien accueillis par les enseignants et les apprenants de chinois.

Chez elle, des affiches d’événements culturels de l’Institut Confucius sont apposées sur la porte, tandis que le certificat et la médaille commémorative de son diplôme de master de la ZJNU sont exposés dans le salon. Des manuels et des livres de chinois, comme Bonjour le Cameroun, Nouveau chinois pratique, Dictionnaire Xinhua et Apprenons le chinois, sont bien alignés sur les étagères. Elle a même transformé son salon en une petite classe de chinois pour donner des cours gratuits aux enfants désireux d’apprendre le chinois. On est profondément touché par son attachement au chinois et son dévouement à la cause de l’enseignement du chinois.


La médaille commémorative de diplôme de master de la ZJNU


Album-souvenir du 10e anniversaire de l’Institut Confucius, collectionné par Zang Pauline


La petite classe de chinois transformée d’un salon

Parmi ses étudiants on trouve un enfant aveugle, abandonné par ses parents à cause de son infirmité congénitale. Zang Pauline lui a donné des aides pendant longtemps et l’a baptisé Zang Jia en chinois, doté d’un sens profond. « Son nom de famille est Zang, car je le prends comme mon propre enfant, et le prénom Jia signifie que j’espère qu’il deviendra une personne bienveillante et utile. » Zang Jia a appris le chinois et le massage de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) auprès de Mme Zang Pauline. Actuellement, il possède des compétences pour vivre de son propre travail, et s’engage dans la diffusion du chinois et de la culture de la MTC.

L’enseignement du chinois langue étrangère est lié étroitement à la contribution des enseignants de chinois langue étrangère, mais plus étroitement au soutien des enseignants de chinois locaux. « Il faut dix ans pour bien faire pousser un arbre, mais cent ans pour former des hommes de talent. » Madame Zang Pauline a non seulement diffusé le chinois et la culture chinoise au Cameroun, mais a également pratiqué réellement la vertu traditionnelle chinoise.

Article : Xu Yingchao ; photos : Song Zhijing

 
mot clé:

Nouvelles concernées