Construire un pont d’amitié de l’Afrique en Chine

[Source]    Quotidien du Peuple,Université des Langues et Cultures de Beijing [Time]    2018-08-30 08:59:30 
 

« La conférence donnée par professeure He m’a permis d’avoir une toute nouvelle connaissance et compréhension sur les relations sino-africaines », s’est ainsi exprimé Ming Xu. Cet étudiant originaire du Nigeria a posé des questions lors de la conférence de quelque deux heures donnée par He Wenping, chercheuse à l’Institut des études de l’Asie de l’Ouest et de l’Afrique de l’Académie des sciences sociales de Chine.

Ming Xu a ainsi apprécié cette conférence : « Cette conférence m’a apporté beaucoup d’émotion. J’espère continuer, après mon retour au Nigeria, à mener des recherches extensibles à ce sujet. »


Lors de la cérémonie d’ouverture de la colonie de vacances d’été à l’intention de jeunes Chinois et Africains

Le 20 août, tout comme Ming Xu, 300 jeunes Chinois et Africains venant de 23 pays africains et 10 universités chinoises ont participé à la colonie de vacances d’été à l’intention de jeunes Chinois et Africains ayant pour thème « Amitié sino-africaine, ambition des jeunes ». L’événement a été organisé par l’Université des Langues et Cultures de Beijing (BLCU) sous le haut patronage du Siège de l’Institut Confucius (Hanban).

Au cours de cette colonie de vacances d’été de 4 jours, ils ont accompli les missions de recherches culturelles autour des thèmes, à savoir la transmission de la langue et de la culture, l’inspiration des civilisations diversifiées et le développement sino-africain contemporain, couvrant l’éducation, la culture, l’économie et le commerce, la science et la technologie ainsi que la musique et l’art. Dans ce cadre, les membres ont pu ressentir pleinement le charme de la culture chinoise, et contribuer à la construction du pont d’amitié entre les jeunes Chinois et Africains au cours des échanges.

« Les aides pragmatiques et tangibles de la Chine »

« Les jeunes Africains ont un esprit vif et aiment beaucoup réfléchir », s’est ainsi exprimée He Wenping en parlant de son impression sur les membres venant du Kenya et du Nigeria ayant suivi la conférence.

Lors de la conférence, Mme He a raconté des histoires en exposant ses points de vue. Elle a présenté la mise en service de la ligne ferroviaire Mombasa-Nairobi, mais aussi le développement des relations sino-africaines. Les membres de la colonie lui ont posé des questions l’un après l’autre.

« Pour l’instant, mes connaissances ne sont pas suffisantes pour décrire les relations sino-africaines de façon approfondie. Néanmoins, cette conférence donnée par Mme He a suscité ma réflexion sur ce sujet. » Ming Xu, venant pour la première fois en Chine, a parlé de son impression sur ce pays : « La ligne ferroviaire Abuja-Kaduna est très connue au Nigeria. La Chine nous a aidés à promouvoir la construction des infrastructures. Cela a changé l’image de villes nigériennes. »


Lor de l’ouverture de la colonie de vacances d’été

La mise en service du chemin de fer reliant Abuja à Kaduna a bel et bien mis fin à la période où le Nigeria n’avait aucune ligne établie à l’écartement standard. Selon des statistiques, la construction de la ligne ferroviaire Abuja-Kaduna a permis de recruter 16 738 employés locaux, de créer indirectement quelque 150 000 postes dans la localité, et d’entraîner grandement le développement des industries de ciment, d’armature d’acier et de bitume, entre autres. Après sa mise en service, l’entreprise chinoise concernée, ayant fourni des formations de compétence et un soutien technique tous azimuts, a aidé à cultiver un grand nombre de talents en opération et en gestion ferroviaires pour la localité, où ce genre de talents avaient été extrêmement insuffisants.

Zhang Xian, directeur chinois de l’Institut Confucius de la Faculté d’éducation de l’Université du Rwanda, a aussi participé à cette colonie de vacances d’été. Il a profondément ému par l’amitié des habitants locaux : « Les jeunes me disent que les aides de la Chine, sans imposer aucune condition préalable, sont pragmatiques et tangibles. Ces jeunes ont une affection profonde pour la Chine. C’est justement le développement rapide de la Chine qui attire leur attention. »

« Les jeunes du Rwanda connaissent les films chinois, mais également les ‘quatre nouvelles inventions’ de la Chine. » Une fois arrivés à Beijing, une vingtaine de participants à cette colonie de vacances, dirigés par Zhang Xian, ont fait du vélo partagé. « Les étudiants sont très excités. »

« Espérer perpétuer l’amitié entre les jeunes Chinois et Africains »

Pendant cette colonie de vacances d’été, les 300 jeunes Chinois et Africains se sont rendus ensemble à la Cité interdite pour découvrir la culture chinoise et à la Grande Muraille pour mener des activités visant à appeler à la transmission et à la protection du patrimoine culturel. Ils ont contribué, par leur jeunesse et leur appel, à la cause de la protection culturelle.


Photo de groupe à l’intérieur de la Cité interdite

Dans la Cité interdite, les palais imposants et superposés, les racinaux sculptés et poutres dessinées… cet ensemble de bâtiments impériaux ont émerveillé ces jeunes Africains, alors que leur arrivée a amené une vitalité spéciale dans cette cité impériale.

Quelques jeunes filles venant du Cameroun ont même exécuté à l’improviste une danse traditionnelle africaine sur place. De nombreux visiteurs se sont arrêtés pour les regarder. D’autres jeunes Africains ont également fait des interactions l’un après l’autre avec des touristes chinois. Ils se sont fait prendre en photo et ont pris des selfies. Quel plaisir !


Zong Siyu, membre de la colonie de vacances d’été

Zong Siyu, membre de cette colonie de vacances d’été venant de l’Université normale de Tianjin, a déclaré : « Quand nous avons vu des frères et sœurs venant du Kenya chanter et danser dans la Cité interdite, nous pouvions ressentir leur enthousiasme sincère. Je pense que cette colonie de vacances d’été à l’intention de jeunes Chinois et Africains permet de partager cette joie avec plus de gens. »


Xiang Zhuyan, membre de la colonie de vacances d’été

Xiang Zhuyan, venant du Mozambique, a confié avec enthousiasme : « Si mes amis viennent visiter la Chine, je leur proposerai certainement d’aller à la Cité interdite. C’est un voyage incroyable. Ses bâtiments traditionnels sont tellement majestueux et imposants. Il est difficile d’imaginer qu’il y a des centaines d’années, les Chinois aient pu utiliser du bois pour construire des palais si grandioses et magnifiques… J’espère participer à plus d’activités d’échanges culturels similaires dans le futur pour perpétuer l’amitié entre les jeunes Chinois et Africains ! »


De jeunes Chinois et Africains lancent une initiative sur la Grande Muraille.

Sur la Grande Muraille, les jeunes Chinois et Africains, conscients de leur responsabilité envers l’histoire et respectueux de la culture, ont lancé ensemble un appel baptisé « Transmission de la civilisation, responsabilité des jeunes : l’initiative des jeunes du monde sur l’apprentissage et la protection du patrimoine culturel ». Ils ont montré la responsabilité et le style de jeunes Chinois et Africains contemporains, à travers leur contribution à la cause de la protection culturelle.

Xiong Yiyi, venant de l’Université normale de Chongqing, a dit : « Je crois que pour les jeunes ayant la volonté de promouvoir les échanges culturels et humains entre la Chine et l’Afrique, le moyen le plus direct consiste à servir d’enseignant-bénévole de chinois en Afrique pour devenir jeunes messagers des échanges culturels sino-africains. »

Antonio, venant de Guinée équatoriale, s’est ainsi exprimé : « Comme l’indique la Déclaration sur la protection du patrimoine culturel que nous avons signée, la Grande Muraille, en tant que perle de la civilisation mondiale, doit être bien préservée et restaurée. Rien que cela, la civilisation chinoise peut se prolonger, et nous pouvons présenter cette merveille à la génération suivante. »

« Faire apprendre le chinois à mes enfants »

Pour la plupart des participants africains à cette colonie de vacances d’été, c’était leur première visite en Chine. Ils ont dit que ce séjour en Chine leur permettait d’élargir l’horizon.


Un jeune Africain utilise son appareil photo pour enregistrer la Chine.

Le photographe Ming Xu espère utiliser son appareil photo pour enregistrer la Chine qu’il a vue. Il a commencé à prendre des photos dès que l’avion est atterri à Beijing. Avant de venir, Ming Xu a dit qu’il avait « une certaine connaissance » sur la Chine. Cependant, après son arrivée, il a décrit ce voyage en Chine comme « une impression toute différente ».

« Je trouve que la Chine a un rythme très rapide, tandis qu’elle est un pays ayant une longue histoire. Je suis désireux de connaître plus sur les Chinois et la culture chinoise, et de communiquer couramment en chinois. Après mon retour, je voudrais consacrer plus de temps à apprendre le chinois. Si j’ai des enfants, je leur ferai apprendre le chinois », a dit Ming Xu.


De jeunes Africains se font prendre en photo sur la Grande Muraille.

Pour He Mei, venant du Rwanda, ce qui l’a impressionnée le plus, c’est le peuple chinois amical et la cuisine chinoise attirante : « Les Chinois sont très gentils. La nourriture chinoise est très variée et le goût est excellent. Surtout les nouilles sont très délicieuses. » Maintenant, He Mei apprend les technologies de l’information commerciale à l’Université du Rwanda. Elle entend travailler dur afin de « pouvoir poursuivre ses études à la BLCU ».

Comme He Mei, Chen Andong venant du Kenya espère également pouvoir obtenir une bourse d’études dans le futur afin de « faire ses études en chine ». Les conférences riches en contenus et la cuisine chinoise alléchante... tout cela lui ont fait sentir qu’il avait « beaucoup d’acquis ».


Anthony fait don de sang.

Anthony, membre de la colonie de vacances d’été, a exprimé son affection pour la Chine d’une manière particulière. Lors d’une visite au quartier Wudaokou, il est monté dans un bus de collecte de sang à l’extérieur d’un centre commercial, « j’espère fournir mon aide de cette façon ».

« J’ai ressenti l’enthousiasme des Chinois »

Lors des recherches culturelles, les membres de l’équipe de musique et d’art se sont déplacés au Grand Théâtre de Mei Lanfang et au Grand Théâtre national pour découvrir le charme et percevoir la merveille de l’art traditionnel chinois.


Photo de groupe devant le Grand Théâtre de Mei Lanfang

Dans la petite salle au Grand Théâtre de Mei Lanfang, des étudiants africains ont chanté des chansons en anglais. Ma Lan et Ling Lan, étudiants soudanais, ont interprété la chanson intitulée « Rap de masques de l’Opéra de Beijing », suscitant une salve d’applaudissements. Par la suite, les membres de l’équipe ont visité l’Avenue Qianmen et The Place, en ressentant la prospérité de quartiers commerciaux et le style des bâtiments du vieux Beijing.

Henry venant du Nigeria a dit : « J’ai vu beaucoup de films chinois. Le cinéma chinois a contribué à la démocratisation de l’enseignement du chinois, mais a également permis aux Africains de connaître la Chine. A travers cette colonie de vacances d’été, j’ai ressenti l’enthousiasme du peuple chinois. »


Un jeune Africain joue au diabolo.

Ling Lan, étudiante venant du Soudan, a estimé que la musique traditionnelle chinoise était élégante et gracieuse. Elle aime beaucoup la culture traditionnelle chinoise, et espère avoir l’occasion d’apprendre la calligraphie chinoise.

Pendant les recherches culturelles, ces étudiants chinois et africains ont approfondi leur compréhension sur des arts chinois comme la musique et la danse, mais ont aussi mené des discussions notamment sur les échanges artistiques sino-africains.

« L’apprentissage du chinois propose un meilleur avenir »

La plupart des colons africains sont étudiants d’Instituts Confucius locaux. L’apprentissage du chinois leur a permis de découvrir et d’admirer la Chine.

Pour Li Kesi, « l’apprentissage du chinois est prometteur et propose un meilleur avenir ». L’Institut Confucius de l’Université de Lagos au Nigeria, où elle a appris le chinois, constituait une fenêtre, à travers laquelle elle a pu comprendre la Chine. « Grâce à l’apprentissage du chinois à l’Institut Confucius de l’Université de Lagos, j’ai pu obtenir l’occasion de poursuivre mes études à l’Université polytechnique de Beijing. »


De jeunes Africains admirent une représentation d’arts martiaux.

Le charme de la culture chinoise a fait Li Kesi rester en Chine. A la fin de ses études en Chine ayant commencé en septembre dernier et duré six mois, elle a choisi d’y rester. « Je ne me contenterai pas de la maîtrise du chinois. J’aimerais connaître la culture chinoise. Rien que cela, on peut dire que l’on connaisse la Chine. »

En septembre prochain, Li Kesi va continuer ses études en enseignement du chinois langue étrangère à l’Université normale de la Capitale. A part les cours réguliers, elle s’est inscrite au cours de guqin (un instrument de musique traditionnel chinois à cordes pincées), « j’espère connaître davantage la culture chinoise vaste et profonde dans un temps limité ».


Une jeune Africaine fait rouler un cerceau.

Zhang Xian se souvient toujours de la scène émotionnelle où des élèves de l’Institut Confucius de la Faculté d’éducation de l’Université du Rwanda chantaient des chansons comme « La grande Chine ». « Ils ont intégré leur affection pour la Chine dans leur chant. Cela est lié au fait que nos enseignants leur ont appris à chanter des chansons chinoises en expliquant le sens des paroles. »

Selon Zhang Xian, actuellement, l’Institut Confucius de la Faculté d’éducation de l’Université du Rwanda dénombre quelque 5 000 apprenants inscrits. A part son siège au sein de l’Université du Rwanda, l’Institut Confucius a établi 13 antennes d’enseignement dans tout le pays, dispersées dans des universités, des écoles secondaires régionales ainsi que des entreprises et des institutions à capitaux chinois.

« Pour certaines antennes d’enseignement, elles ont été créées à l’initiative de nos partenaires, qui nous avaient invités à proposer des cours de chinois. Cela s’explique par le fait que l’apprentissage du chinois est étroitement lié aux emplois », a poursuivi Zhang Xian.


Yu Tianqi lors de la cérémonie d’ouverture

Yu Tianqi, secrétaire adjointe du Comité du Parti communiste chinois (PCC) et secrétaire du Comité pour l’inspection disciplinaire du Siège de l’Institut Confucius, a indiqué dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture de la colonie de vacances d’été à l’intention de jeunes Chinois et Africains que, l’Institut Confucius avait joué un rôle spécial dans la promotion des échanges et de la coopération éducatifs et culturels sino-africains, dans l’approfondissement de l’amitié parmi les Africains et dans la construction d’une communauté de destin sino-africaine, entre autres.

Mme Yu a souhaité que les colons puissent, à travers cet événement, approfondir leurs connaissances sur la Chine et apporter leur propre culture en Chine, renforcer davantage leur compréhension mutuelle et leur communication avec leur jeunesse vigoureuse, et devenir des ambassadeurs populaires pour l’amitié sino-africaine et le pilier pour les futurs échanges sino-africains.

Mme Yu a conclu que le Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendrait cet automne, à l’issue duquel les relations coopératives et amicales entre la Chine et l’Afrique seraient portées à un nouveau palier et entreraient dans une nouvelle ère, ce qui proposerait de nouvelles opportunités pour le développement de l’Institut Confucius.

 
mot clé:

Nouvelles concernées