Tenue de la 11e Conférence nationale américaine de la langue chinoise à Salt Lake City dans l’Etat de l’Utah

[Source]    Siège de l’Institut Confucius (Hanban) [Time]    2018-05-23 16:05:17 
 

La 11e Conférence nationale américaine de la langue chinoise a eu lieu du 17 au 19 mai 2018 à Salt Lake City dans l’Etat de l’Utah. Cet événement a été organisé conjointement par le Siège de l’Institut Confucius (Hanban), The College Board et l’Association de l’Asie.

Cette conférence a réuni quelque 1 300 participants venant des quatre coins des Etats-Unis, y compris des fonctionnaires de l’éducation, des présidents d’université, des directeurs d’écoles primaires et secondaires, des experts en enseignement du chinois ainsi que des enseignants. A cette occasion, ils ont mené des échanges sur les tendances du développement de l’enseignement du chinois, partagé leurs expériences sur l’enseignement du chinois, et discuté de l’importance des échanges culturels et linguistiques.

Lors de la cérémonie d’ouverture, Howard A. Stephenson, sénateur de l’Etat de l’Utah, a déclaré dans son discours que, parmi une centaine de projets de loi qu’il avait élaborés pendant ses 26 ans de carrière comme sénateur de l’Etat de l’Utah, celui concernant l’apprentissage linguistique constituait sa plus grande fierté. Il a exprimé sa gratitude aux enseignants bénévoles de l’Institut Confucius, en indiquant que le succès de l’Etat de l’Utah dans le domaine de l’apprentissage linguistique était étroitement lié à leurs efforts. Stephenson a assisté à la sélection et à la formation des enseignants bénévoles par les fonctionnaires éducatifs de l’Etat de l’Utah. Il avait donc confiance en enseignement des enseignants bénévoles.

Selon lui, au 21e siècle, l’enseignement monolingue est une sorte de l’analphabétisme, alors que la communication franche entre la Chine et les Etats-Unis s’avère vitale à l’heure actuelle. M. Stephenson a ainsi estimé qu’il faudrait déployer le maximum d’efforts pour fournir à tous les étudiants américains l’occasion d’apprendre le chinois. Selon lui, même s’il quitterait le Sénat à la fin du mandat, il ne cessera jamais de promouvoir l’apprentissage des langues, notamment le chinois.

Dans son allocution, Gary Herbert, gouverneur de l’Etat de l’Utah, a déclaré que l’Etat de l’Utah dénombrait plus de 130 langues des affaires, parmi lesquelles le chinois était le plus important. D’après le gouverneur, à force des échanges commerciaux avec la Chine, l’Etat de l’Utah occupe la première place américaine en termes de proportion des apprenants du chinois : quelque 20% des élèves de l’Utah apprennent le chinois, soit un cinquième de tous les apprenants de chinois des Etats-Unis.

Dans l’ensemble de cet Etat, 93 écoles proposent des cours de chinois, dont 47 en immersion. Les élèves de l’Utah peuvent apprendre le chinois à partir de la maternelle et jusqu’à la fin de l’université. L’apprentissage bilingue facilite le commerce international qui, de sa part, renforce les échanges internationaux ainsi que la communication et la compréhension mutuelles entre les peuples de différents pays, de manière à contribuer à la stabilité du monde.

Tony Jackson, vice-président de l’Association de l’Asie des Etats-Unis, a apprécié le rôle important de la Conférence nationale américaine de la langue chinoise dans le développement de l’enseignement du chinois aux Etats-Unis, en exprimant ses remerciements au gouvernement d’Etat pour son soutien et à The College Board et au Hanban pour leur coopération étroite. Selon M. Jackson, les Américains et les Chinois de la nouvelle génération feront face à beaucoup de défis inédits, ce qu’ils font et ce qu’ils font ensemble auront un impact sans précédent. Tout cela rend le rôle de l’enseignant de plus en plus important.

Toujours selon M. Jackson, les travailleurs dans le domaine éducatif présents sont en train de former des acteurs clés pour promouvoir davantage les relations entre la Chine et les Etats-Unis. Ceux-ci, d’après lui, ne comprennent pas seulement les futurs diplomates, mais aussi les jeunes qui travailleront dans les domaines commercial, scientifique, technologique et sécuritaire. Ces derniers détermineront le succès de la coopération sino-américaine dans ces domaines.

Mme Linda Liu, vice-présidente de The College Board, a avoué qu’elle se sentait à la fois contente et embarrassée après la visite dans des écoles proposant des cours de chinois en immersion, car elle a remarqué que même les élèves en première ou deuxième année avaient un meilleur niveau de chinois qu’elle. Cette année, la conférence a été placée sous le thème « De la classe à la profession ». Par curiosité, Mme Liu a fait des recherches sur LinkedIn en vue de savoir pour combien d’emplois la maîtrise de la langue chinoise est requise. Le résultat s’est avéré étonnant : 395 000 postes. L’éventail de ces postes, ne se limitant qu’aux enseignants, concerne le marketing, le traitement médical et les services financiers. Tout cela justifie l’importance de l’apprentissage transdisciplinaire.

L’enseignant doit aider les apprenants à mettre en pratique les connaissances acquises dans la classe, et leur permettre de créer plus de possibilités professionnelles. Mme la vice-présidente Liu a affirmé que The College Board était disposé à soutenir les enseignants et les élèves à travers différents programmes. Elle a également remercié le Hanban et l’Association de l’Asie, partenaires à long terme de The College Board, pour leur soutien.

Selon Zhao Guocheng, directeur exécutif adjoint du Siège de l’Institut Confucius et directeur général adjoint du Hanban, ces dernières années, en réponse à la forte demande du peuple américain à la langue et à la culture chinoises, le Siège de l’Institut Confucius (Hanban) a travaillé avec tous les milieux des Etats-Unis pour établir des Instituts Confucius, accréditer des enseignants bénévoles de chinois, organiser des visites des délégations des présidents d’université et des directeurs d’écoles américaines ainsi que des colonies de vacances en Chine, partager des modèles excellents des classes de chinois et promouvoir d’autres programmes, de façon à mettre en place divers canaux d’apprentissage pour des centaines de milliers d’apprenants de chinois aux Etats-Unis. M. Zhao a également cité comme exemple l’évolution positive d’élèves et d’écoles ayant participé aux programmes de l’Institut (Classe) Confucius.

M. le directeur exécutif adjoint Zhao a souligné que former la jeune génération comme des talents avec une vision internationale était un enjeu concernant tant l’avenir des enfants que le futur du monde entier. Selon lui, dans le contexte de la mondialisation économique et de la diversification culturelle de notre époque, il est d’autant plus primordial d’assurer les échanges et la communication entre différents peuples. M. Zhao a conclu que l’apprentissage des langues de l’autre partie, la connaissance des différences culturelles, ainsi que le respect et la compréhension mutuels étaient indispensables pour le respect de la diversité et le développement commun.

John Holden, PDG de la fondation The US-China Strong, a raconté dans son allocution ses histoires sur l’apprentissage de la langue chinoise et son travail lié au chinois : à l’âge de 19 ans, il a commencé à apprendre le chinois par son intérêt pour la culture chinoise. Son père, qui travaille dans le domaine éducatif, trouvait cette décision utile. Le fait a prouvé que son père avait eu raison. L’apprentissage du chinois a permis à M. Holden plus de possibilités, en faisant un citoyen international.

Actuellement, M. Holden s’engage à encourager les adolescents américains à apprendre le chinois et à l’utiliser dans leur future carrière. D’après lui, l’apprentissage de la langue de l’autre partie permet aux élèves chinois et américains, qui vivent sur les deux côtés du Pacifique, de mener des échanges transculturels. Il l’a qualifié de merveilleux.

Ayant pour thème « De la classe à la profession », cette conférence nationale américaine de la langue chinoise comprenait une cérémonie d’ouverture, 4 séances plénières thématiques, dont « La vision mondiale de l’enseignement du chinois », « Former les ressources humaines internationales qui savent bien communiquer » et « Le programme bilingue chinois-anglais en immersion de l’Etat de l’Utah, du point de vue du participant », ainsi que plus de 90 sessions en groupe, notamment « La contribution de l’Institut Confucius aux éducation et culture chinoises et américaines en termes de formation des talents ». D’ailleurs, en marge de la conférence, ont été organisées diverses activités telles que le séminaire sur l’enseignement du chinois en immersion, l’exposition des ressources pédagogiques du chinois et la visite dans des écoles locales caractérisées par le programme bilingue chinois-anglais en immersion.

Les participants à la conférence ont tous affirmé qu’ayant les sujets étroitement liés à la tendance et à la réalité actuelle de l’enseignement du chinois aux Etats-Unis, cette conférence avait fourni aux enseignants de chinois une plate-forme pour échanger et mener des discussions sur leurs expériences d’enseignement, en stimulant les échanges et la coopération éducatifs entre la Chine et les Etats-Unis, et en jouant un rôle majeur pour promouvoir le développement de l’enseignement du chinois aux Etats-Unis.


La représentation d’élèves venant de l’Orchestre national de la jeunesse de Chine

Lors de la cérémonie d’ouverture, deux élèves diplômés de la Classe Confucius de l’Ecole primaire Wasatch relevant de l’Institut Confucius de l’Université d’Utah ont servi d’animateurs. Deux autres élèves, venant respectivement de la Classe Confucius du Lycée Lehigh et celle du Lycée Skyridge, ont joué le visage changeant de l’Opéra du Sichuan, tandis que des élèves de l’Orchestre national de la jeunesse de Chine ont donné une représentation symphonique magnifique.

Lancée en 2008, la Conférence nationale américaine de la langue chinoise, qui se tient tous les ans, est le plus grand séminaire sur l’enseignement du chinois entièrement reconnue dans le milieu éducatif américain. Plus de 10 000 personnes ont participé à cette conférence depuis son lancement.

 
mot clé:

Nouvelles concernées