Des médias américains font l’éloge du gala du Nouvel An chinois organisé par l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona

[Source]    Institut Confucius de l’Université de l’Arizona aux Etats-Unis [Time]    2018-03-13 16:49:53 
 

Le gala du Nouvel An chinois, un événement annuel de l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona, s’est tenu le 11 février dans le Centennial Hall. Cet événement a réuni des invités d’honneur dont Jonathan Rothschild, maire de Tucson, Andrew Comrie, premier vice-président de l’Université de l’Arizona, et Suzanne Panferov Reese, vice-présidente chargée des affaires internationales de l’université.

Jonathan Rothschild a exprimé aux invités et aux spectateurs ses vœux chaleureux du Nouvel An chinois. Il a déclaré qu’il était « un spectateur senior » du gala du Nouvel An chinois de l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona, car il y avait assisté huit fois.


Les invités d’honneur

La représentation magnifique enivre les spectateurs

Donné par le groupe musical « Bambou pourpre » de l’Institut Confucius, un concert folklorique joyeux intitulé « Année heureuse » a préludé à ce gala du Nouvel An chinois. La danse exécutée par des enfants intitulée « Joyeux Nouvel An chinois » a animé l’atmosphère sur place ; puis la danse mongole baptisée « Oie sauvage », la pièce de l’Opéra de Beijing baptisée « Adieu ma concubine », la représentation des arts-martiaux « Le Kung-fu chinois », le défilé de cheongsams intitulé « Beauté nationale et parfum céleste » et la danse folklorique yangge du Nord-Est de la Chine « Divertissement dans les fleurs »... Le répertoire diversifié et magnifique a émerveillé les spectacteurs américains.


Le défilé de cheongsams « Beauté nationale et parfum céleste »

Ensuite, Zhang Xintuo, enseignant des arts martiaux de l’Institut Confucius, a exécuté avec des danseurs un numéro baptisé « La peinture et la calligraphie ». Ayant combiné les arts-martiaux, la danse et la calligraphie chinois, sur fond magnifique incarnant la profondeur calligraphique et picturale, ce numéro a parfaitement manifesté la beauté de la culture traditionnelle chinoise. 90 élèves de la Classe Confucius ont interprété, avec une prononciation parfaite, la chanson poétique chinoise intitulée « Oie, oie, oie », en poussant l’atmosphère à son apogée.


Le numéro d’arts martiaux et de danse intitulé « La peinture et la calligraphie »


La représentation de la chanson poétique

La combinaison entre l’Orient et l’Occident pour exprimer la beauté harmonieuse

La coopération sino-américaine ainsi que la combinaison entre l’Orient et l’Occident constituent une spécialité de ce gala. Charlotte MacInnis (Aihua), ancienne animatrice américaine de la Télévision centrale de Chine (CCTV) et nouvelle membre de l’Institut Confucius, a animé le gala avec trois autres animateurs chinois et américains. Avec leur prononciation impeccable tant en chinois qu’en anglais et leur style d’animation généreux, sur fond plein du charme chinois, il semblait que les spectateurs étaient amenés dans l’auditorium No 1 de la CCTV. Ils ne cessaient pas d’en faire l’éloge.


Les animateurs


La représentation de l’éventail de Tai-chi

Lors de la représentation donnée par le groupe musical « Bambou pourpre », le chef d’orchestre américain a dirigé des instruments de musique traditionnels chinois comme l’erhu, le yangqin et le pipa, avec une harmonie parfaite. Li Xiaohui, enseignante des arts martiaux de la Classe Confucius, a représenté, avec ses élèves américains, l’éventail de Tai-chi. Leur représentation, ayant bien combiné l’énergie et la tranquillité, a manifesté une force grandiose. Le ballet intitulé « Les fleurs », exécuté par des danseuses américaines portant des costumes traditionnels chinois, a bien interprété le charme de la danse chinoise. La mélodie baptisée « Ode au drapeau rouge », représentée par l’orchestre de chambre du Sud de l’Arizona, a manifesté une passion majestueuse. A la fin, ces acteurs chinois et américains ont chanté ensemble « Je t’aime, la Chine ». Leur pleine sincérité a ému tous.


Le concert folklorique


Le ballet intitulé « Les fleurs »

Le gala attire innombrables fanatiques et fait le buzz dans les médias

Organisé pendant 9 ans consécutifs, le gala du Nouvel An chinois de l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona est devenu un événement important à Tucson. Megan, responsable du Département de billetterie du Centennial Hall, a exprimé que depuis neuf ans, le gala jouissait d’une influence croissante en attirant de plus en plus de fanatiques. Selon elle, cette année, il était très difficile d’obtenir un billet pour le gala.

Parmi les spectateurs fidèles à ce gala, on trouve une personne âgée de 102 ans. Il y a deux ans, ses proches l’a amenée au Centennial Hall pour admirer ce gala et célébrer son centenaire. Cette année, malgré sa mauvaise santé, en compagnie de sa fille et d’une infirmière, elle est venue assister au gala en portant un sac d’oxygène.


La centenaire assiste au gala.

Les médias locaux, qui s’étaient contentés de publier des annonces au lieu de couvrir l’événement, ont relaté le gala de cette année. L’Arizona Daily Star a fait des reportages sur ce gala et publié des vidéos sur son site officiel. Son journaliste Fred, après avoir vu ce gala, a dit avec enthousiasme : « Il est le plus beau spectacle que j’ai vu. Je suis choqué par la représentation éblouissante durant presque toute la soirée. »

Après la soirée, l’Institut Confucius a reçu beaucoup de mails de spectateurs, qui ont fait l’éloge de sa représentation. Alan, employé du laboratoire de lunette astronomique de l’Université de l’Arizona, ayant admiré pour la première fois ce gala, a écrit dans son mail : « Le spectacle est merveilleux. Je vais y assister tous les ans ! » Adam, un jeune garçon américain a dit que ce gala était différent de toutes les soirées américaines auxquelles il avait assisté, et que le programme était très varié. Versluis, un spectateur américain, s’est exclamé : « Génial, c’est incroyable ! »

Lang Xiaoming, metteur en scène de la soirée de gala et professeur à l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona, a déclaré : « Le gala du Nouvel An chinois, ici, il ne s’agit pas seulement d’une réunion des associations des ressortissants chinois, mais d’une ode à l’inclusion des différentes nations. Le gala de l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona permet aux Chinois d’être fiers de leur propre culture, mais aussi à beaucoup d’Américains de s’éprendre de la musique et de la culture chinoises ! »

Chen Zhao, directrice américaine de l’Institut Confucius, a exprimé qu’en dépit des ressources et du marché très limités, le personnel de l’Institut Confucius de l’Université de l’Arizona avait fait du gala du Nouvel An chinois à Tucson le plus beau du genre en Amérique du Nord. La fête du Printemps chinoise devient progressivement une fête mondiale.

Article : Sun Yuhong

 
mot clé:

Nouvelles concernées