Quand la fête du Printemps chinoise contribue à l’apprentissage du chinois

[Source]    Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer) [Time]    2018-02-13 16:47:03 
 

Le « gala du Nouvel An » dans un bourg désertique

Par Wang Xiuqing

La fête du Printemps est une fête traditionnelle de la Chine. Depuis 2012, chaque fête du Printemps, le bourg de Banning, situé dans l’Etat de Californie aux Etats-Unis, accueille un célèbre « gala du Nouvel An chinois » pour célébrer cette importante fête traditionnelle chinoise. Le gala, dont je suis organisatrice, se tient dans la Classe Confucius de l’Ecole primaire centrale de ce bourg, avec la participation des écoliers et de leurs parents, ainsi que du personnel administratif et enseignant de l’école. Les spectateurs sont tous les habitants de Banning. Depuis quatre ans, les habitants de Banning attendent autant ce gala que les Chinois attendent le gala du Nouvel An chinois de CCTV.

J’ai commencé mon travail à l’Ecole primaire centrale de Banning en 2012. A cette époque-là, le programme de chinois venait d’être lancé. La plus grande difficulté pour moi était de faire connaître ce programme à plus de personnes et d’augmenter le nombre des élèves. A l’approche de la fête du Printemps de l’année 2013, une idée m’est venue à l’esprit : organiser une activité pour célébrer la fête du Printemps dans la communauté locale, dans le but de présenter le programme de chinois par la représentation artistique. Mais la réalité était cruelle : on ne disposait pas de budget, ni d’accessoires, ni d’acteurs. Enfin, après des consultations avec les parties concernées, et avec le concours de l’Institut Confucius de tutelle et la société locale des ressortissants chinois, j’ai réussi à régler les problèmes posés par le manque d’accessoires tels que le costume, l’éclairage et la soie en différentes couleurs. En même temps, avec le soutien de la directrice de l’école, des classes étaient disposées à participer au chant en chœur, et 6 enseignantes se sont inscrites au défilé de cheongsams. Tous étaient très sérieux lors des préparatifs. Moi, je me suis dévouée pour bien démontrer ce premier gala. Avant le spectacle, nous avons invité tous les parents d’élèves et des habitants de la communauté. Le gala a été couronné de succès, surtout la démonstration d’éventail de Tai-chi, la danse intitulée « Le style national chinois le plus brillant », et le défilé de cheongsams donné par des enseignantes, ayant émerveillé tous les spectateurs. Le plus important était que la directrice, elle-même, a participé au défilé. Voilà une bonne surprise pour nous tous ! Je savais que la directrice voulait soutenir mon travail et le programme de chinois par son action. Après le succès du gala, de nombreux élèves et parents se sont renseignés sur les cours de chinois et la classe de chinois, certains d’entre eux, très impatients, ont demandé une pré-inscription.

Depuis lors, sont de plus en plus nombreux ceux qui viennent s’informer sur le programme de chinois, ceux qui connaissent la salle de chinois dans l’Ecole primaire centrale de Banning, et ceux qui connaissent l’institutrice Wang venant de la Chine. Dans ce bourg où il n’y a quasiment pas de Chinois, la vogue du chinois s’amplifie doucement.

Pendant les années suivantes, avant l’activité pour célébrer la fête du Printemps, des enseignants et des parents sont venus s’en renseigner et exprimer leur souhait de participer au spectacle. Certains parents ont même conduit deux heures pour aller acheter des articles pour le spectacle tels que le cheongsam et le petit éventail, dans le Chinatown à Los Angeles.

En quatrième année de mon mandat, toutes les 30 classes de l’école ont participé à notre gala du Nouvel An chinois. Le personnel enseignant et administratif, des parents et le personnel du quartier scolaire se sont inscrits en avance pour y participer. A cet égard, j’ai coopéré avec des enseignants pour préparer plusieurs pièces de théâtre et des chansons en chœur représentées par des classes. En même temps, des programmes comme le numéro classique de la démonstration d’éventail de Tai-chi et la célébration du Nouvel An chinois des douze signes du zodiaque chinois ont mis en valeur des caractéristiques culturelles chinoises. Le gala s’est tenu en quatre séances consécutives. Toute l’école, même toute la communauté locale s’est immergée dans une ambiance gaie du Nouvel An chinois. Cela permet à plus de personnes de connaître et de s’éprendre de la Chine, et que le programme de chinois puisse être connu et apprécié par plus de personnes.

(Ecrit par une enseignante de chinois accréditée aux Etats-Unis par l’Université normale de Qufu)

Le Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer) (le 9 février 2018, page 9)

 
mot clé:

Nouvelles concernées