Classe de formation du chinois oral pour les législateurs en Thaïlande : La communication en chinois intensifie l’amitié sino-thaïlandaise

[Source]    Quotidien du Peuple [Time]    2018-01-29 10:50:52 
 

« Le chinois joue un rôle de plus en plus important dans les échanges internationaux, et la maîtrise du chinois est très importante pour mon travail. » C’est ce que nous a déclaré Danula, député de l’Assemblée nationale législative de Thaïlande (ANL). Le 23 janvier, la Classe de formation du chinois oral pour les législateurs thaïlandais, organisée conjointement par le Secrétariat du Sénat de Thaïlande et l’Institut Confucius de l’Université Kasetsart (KU) en Thaïlande, a tenu une cérémonie d’ouverture au Bâtiment de l’ANL.

Selon des sources, cette classe de formation a spécialement proposé des cours et manuels à l’intention des législateurs pour les aider à maîtriser des expressions en chinois sur les salutations qu’ils peuvent utiliser dans le cadre des échanges de haut niveau, ainsi que les mœurs et coutumes, la politique et l’économie de la Chine, afin de leur permettre d’approfondir leurs connaissances et compréhension vis-à-vis de la culture et des politiques chinoises, dont « la Ceinture et la Route ». Un total de 20 législateurs thaïlandais a participé à cette formation.

« Dans le contexte de l’initiative ‘la Ceinture et la Route’, proposée par la Chine, et de la stratégie économique ‘Thaïlande 4.0’, promue activement par la Thaïlande, les échanges de visites de haut niveau entre les deux pays jouent un rôle de plus en plus important dans la communication des politiques. » Lv Jian, ambassadeur de Chine en Thaïlande, a tenu ces propos lors de la cérémonie d’ouverture. Il a également déclaré que l’utilisation du chinois par les législateurs dans les échanges et les visites aboutirait à des résultats extraordinaires en matière d’approfondissement de leurs connaissances, d’intensification de leur amitié et de leur communication, et contribuerait à promouvoir davantage la coopération entre la Chine et la Thaïlande sur le plan législatif.

Avec la multiplication des échanges entre les gouvernements chinois et thaïlandais, les fonctionnaires gouvernementaux thaïlandais de haut niveau sont de plus en plus désireux d’apprendre le chinois. En 2014, l’Institut Confucius de la KU et le Secrétariat du Sénat de Thaïlande ont noué un lien de coopération, en proposant aux fonctionnaires et militaires thaïlandais des cours de chinois au niveau avancé axés sur la construction de « la Ceinture et la Route », ainsi qu’en organisant des événements comme des conférences sur la médecine traditionnelle chinoise au Secrétariat du Sénat. La mise en place de cette formation du chinois oral pour les législateurs marque un approfondissement de l’apprentissage du chinois des fonctionnaires de haut niveau du gouvernement thaïlandais.

« Si l’on peut communiquer directement en parlant la langue de l’autre, même quelques mots ou quelques phrases, l’on pourra se rapprocher l’un de l’autre. Il en est de même dans les échanges de haut niveau. » Gao Huimin, directrice chinoise de l’Institut Confucius de la KU, s’est ainsi exprimé lors d’une interview accordée au Quotidien du Peuple. Mme Gao, ayant travaillé en Thaïlande pendant de nombreuses années, a constaté que beaucoup de personnalités thaïlandaises de haut niveau avaient un fort intérêt pour l’apprentissage du chinois, mais le plan d’apprentissage était souvent difficile à réaliser à cause de nombreuses raisons. Grâce à cette formation, leur rêve est devenu réalité.

Depuis sa mise en service en octobre 2006, l’Institut Confucius de la KU a activement mené l’enseignement du chinois et des activités liées à la promotion de la culture chinoise, telles que l’expérience de la culture chinoise, la Journée Portes Ouvertes, des conférences, et la promotion de la médecine traditionnelle chinoise. L’Institut Confucius de la KU propose chaque année l’enseignement du chinois à quelque 6 000 apprenants, y compris des étudiants et fonctionnaires. Il est devenu une force essentielle de l’enseignement du chinois dans la société thaïlandaise. L’Institut Confucius de la KU est aussi l’un des principaux centres d’examen du HSK (Test d’évaluation de chinois) à Bangkok, avec un nombre croissant de candidats.

Tout cela n’est qu’une miniature du développement du chinois en Thaïlande. Grâce aux efforts conjugués de la Chine et de la Thaïlande, les Instituts Confucius en Thaïlande sont allés, par le biais de l’enseignement linguistique, dans de divers lieux thaïlandais, dont des communautés urbaines, des organes gouvernementaux, des armées et des commissariats ainsi que la famille royale. Bref, il a jouit d’une influence large et profonde dans toutes les couches thaïlandaises, et a été hautement apprécié par tous les milieux thaïlandais. Cela a exercé une influence positive et profonde sur l’intensification de l’amitié entre les deux peuples.

« L’influence du chinois en Thaïlande ne cesse d’augmenter, et il y a une demande croissante pour l’apprentissage du chinois dans divers domaines, y compris le gouvernement, l’industrie et le tourisme », Pornpetch Wichitcholchai, président de l’ANL de Thaïlande, s’est ainsi exprimé. Il a également déclaré que cette formation permettrait d’intensifier davantage les relations amicales entre la Thaïlande et la Chine et de promouvoir la coopération dans plusieurs domaines entre les deux pays.

(Le Quotidien du Peuple, le 24 janvier 2018, Page 3, journaliste : Lin Rui)

 
mot clé:

Nouvelles concernées