Concours artistique de l’Institut Confucius de l’Université d’Etat de Cleveland : « Je veux participer au Gala du Nouvel An chinois »

[Source]    Institut Confucius de l’Université d’Etat de Cleveland [Time]    2018-01-12 17:19:21 
 

L’Institut Confucius de l’Université d’Etat de Cleveland (CSU) a organisé le 2 décembre la deuxième édition du Concours artistique avec des soutiens de l’Association du personnel enseignant et administratif Sino-Américain (CAFSA) de la CSU, de l’Ecole chinoise du lac de l’Ouest, et de l’Ecole chinoise de la Grande Muraille.

Le concours est riche en contenu avec une diversité du style. Le chant et la danse en solo et en groupe, tous ont manifesté leurs propres spécialités ; le défilé de cheongsams, l’interprétation de chansons en anglais, l’exécution de danse de lions, la représentation des arts martiaux et la danse indienne, tous disposaient de leurs propres distinctions ; enfants, étudiants, groupe de mères, groupe de cheveux blancs, tous ont fait ressortir leurs propres beautés. Une variété de numéros ont été joués l’un après l’autre : des lycéens blonds ont donné une représentation animée et intéressante de sanjuban (un poème populaire chinois composé par trois phrases et demie) ; des élèves afro-américaines ont montré leur compréhension et respect vis-à-vis de la tristesse persistante incarnée dans la « Romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai », en interprétant un solo d’alto mélodieux et une danse en solo ; un étudiant local a chanté en solo des chansons du Nouvel An chinois, en émerveillant les spectateurs.


Les gestuelles élégantes de jeunes filles indiennes


Défilé de cheongsams


Représentation animée et dynamique de sanjuban


« Romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai »

Dans la partie de chant et de danse, Zhou Fang, enseignante du district scolaire de l’Institut Confucius, a interprété en chinois et en sanskrit une chanson baptisée Alive avec des traits exotiques ; grâce à son idée créative et aux costumes singuliers, la danse de l’ethnie gaoshan récréée par une école chinoise a suscité des applaudissements une fois sur scène ; la danse chinoise avec des parapluies en papier huilé et la danse de lions traditionnelle, ont poussé l’ambiance à son apogée.


Danse de l’ethnie gaoshan


Danse de paon


Danse chinoise avec des parapluies en papier huilé

Durant la représentation des arts martiaux, avec l’accompagnement du rythme musical, des enfants ont démontré, l’un après l’autre, des sabres, des lances et des bâtons, ainsi que toutes sortes de boxes chinoises ; un autre programme des arts martiaux s’est inspiré d’un conte traditionnel chinois pour mettre en valeur le sentiment noble de Hua Mulan, en touchant grandement les spectateurs.


Représentation des arts martiaux


Représentation du Tai-chi-chuan

Lors de la représentation des instruments de musique, on a admiré à la fois des instruments traditionnels chinois, tels que l’erhu et le guzheng, ainsi que des instruments occidentaux comme le violon et le piano. Le concert en violon et le concerto pour violon et piano donnés par des écoliers, ont été unanimement appréciés par le public ; des morceaux de l’opéra « La fille aux cheveux blanc » et « Pi Huang », joué en solo au piano par des élèves secondaires et des étudiants, ont éveillé la résonance du public.


Concerto pour violon et piano


Représentation du guzheng

Ellington, étudiante s’inscrivant aux cours facultatifs à la CSU, a chanté une chanson en chinois intitulée Silence dans le concours. Elle s’est ainsi exprimée : « Le concours est extrêmement intéressant ! Tout le monde a bien joué. Je veux continuer d’apprendre le chinois et je vais mieux chanter l’année prochaine. »

Le numéro final était le chant choral intitulé « La langue chinoise », interprété par des élèves de la classe de chinois de l’Institut Confucius dans la bibliothèque municipale de Cleveland. Les élèves, qui n’avaient fait des expériences que durant dix semaines, étaient en mesure de parler habilement des virelangues, en chantant en chinois impeccable les paroles, comme « Le monde entier parle le chinois, les mots de Confucius deviennent de plus en plus internationaux ».


Chant choral baptisé « La langue chinoise »

68 numéros se sont inscrits à ce concours, avec une centaine de participants. Rappelons qu’ils viennent non seulement d’écoles primaires et secondaires, d’universités, et de troupes artistiques de la région métropolitaine de Cleveland, mais aussi de troupes venant de Columbus et de Dayton. Les numéros récompensés seront invités à participer aux activités de célébration du Nouvel An chinois de l’Institut Confucius.

Article : Ding Xiaocong et Zhang Xuhong ; photos : Geng Lu et Zhang Xuhong

 
mot clé:

Nouvelles concernées