Intensification des échanges humains et culturels entre la Chine et le reste du monde

[Source]    Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer) [Time]    2017-12-29 16:42:42 
 


Légende de la photo : Telnikowa (à droite), enseignante de l’Institut Confucius de l’Université socio-pédagogique d’Etat de Volgograd (Russie), donne un cours de chinois aux élèves. (Photo prise par Bai Xueqi, journaliste de l’Agence de Presse Xinhua)

« Je sais, j’ai toujours une paire d’ailes invisibles, qui me permettent de voler et m’apportent de l’espoir… » Voilà les paroles d’une chanson chinoise intitulée « Les ailes invisibles », interprétée par la jeune Soudanaise Li Can (Ghofran Shamseldin Babiker Ali), lors de la grande finale de la 16e édition du Concours « Passerelle vers le chinois » ouvert aux étudiants du monde. Aveugle, elle a appris le chinois depuis 2 ans dans l’Institut Confucius de l’Université de Khartoum au Soudan. La chanson qu’elle a interprétée a touché de nombreux spectateurs. Actuellement, on compte 9,16 millions d’étrangers comme Li Can qui apprennent le chinois dans les Instituts Confucius à travers le monde.

« Les bonnes relations interétatiques reposent sur l’amitié étroite entre leurs peuples, et celle-ci réside dans la compréhension mutuelle. » Récemment, la Direction générale du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et la Direction générale du Conseil des Affaires d’Etat ont publié l’Avis sur le renforcement et l’amélioration des échanges culturels et humains entre la Chine et l’étranger (dénommé ci-après l’Avis). Ce document dédié aux échanges culturels et humains entre la Chine et le reste du monde, promouvra davantage la compréhension mutuelle entre les peuples, ainsi que l’inspiration mutuelle entre les civilisations chinoise et étrangères.

L’introduction et l’inspiration mutuelle pour résoudre les problèmes internes

Yin Baohu est directeur du Centre d’échanges juridiques de la Société juridique de Chine. Il était très occupé depuis un certain temps. Avec l’avancement rapide de la construction de « la Ceinture et la Route », connaître les systèmes juridiques et les politiques en matière d’économie et de commerce des pays concernés est devenu une nécessité urgente pour des entreprises chinoises et des avocats spécialisés en affaires internationales. « Nous envisageons d’envoyer des délégations à l’étranger et d’organiser des symposiums internationaux, pour mener des discussions avec des juristes et des spécialistes juridiques des pays riverains de ‘la Ceinture et la Route’, afin de nous inspirer mutuellement et de réduire les risques juridiques des entreprises chinoises en termes d’investissements à l’étranger et de commerce extérieur », Yin Baohu nous a dit.

L’introduction fait partie importante des échanges culturels et humains entre la Chine et l’étranger. Ces dernières années, la Chine a établi de nombreux mécanismes et plateformes en la matière. Elle a successivement mis en place 8 Dialogues de haut-niveau sur les échanges culturels et humains avec la Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne, entre autres ; les forums initiés par la Chine avec une large participation à l’échelle mondiale, dont le Forum de Bo’ao pour l’Asie (FBA), le Forum international sur l’éco-civilisation de Guiyang et le Forum culturel mondial de Taihu, ont connu un développement progressif.

« Nous avons choisi des thèmes en vogue sur le plan international, tels que la civilisation écologique, le soft power et la communauté de destin pour l’humanité. Nous avons attaché de l’importance au fait que les personnalités des milieux idéologique, culturel et académique tant chinois qu’étrangers faisaient disparaître les préjugés idéologiques, par l’intermédiaire des communications, afin de promouvoir l’inspiration mutuelle entre les différentes civilisations du monde », s’est ainsi exprimé Yan Zhaozhu, président du Forum culturel mondial de Taihu.

Sortir faire rayonner une marque pour raconter la Chine de façon vivante

« Tout le monde sais le Kung-fu en Chine ? » « Avez-vous le réfrigérateur et la machine à laver ? »... Face à ces questions posées par des enfants, Wang Qiong, qui venait d’arriver à un petit bourg de Ponca City dans l’Etat de l’Oklahoma aux Etats-Unis pour enseigner le chinois, a réalisé que certains Américains manquaient de connaissances vis-à-vis de la Chine.

Après des préparatifs intensifs, Wang Qiong a organisé l’activité thématique culturelle de la « Journée de la Chine » et invité des élèves des écoles primaires et secondaires locales et leurs parents. Après avoir vu des vidéos et des images présentant la Chine, ainsi que goûté de la gastronomie chinoise, ces Américains ont serré la main avec Wang Qiong, en disant que cela leur avait permis d’élargir l’horizon. Dès lors, Wang Qiong est devenue une messagère de la culture chinoise dans ce bourg.

Depuis la création de l’Institut Confucius il y a une dizaine d’années, quelque 60 milliers de directeurs, d’enseignants et de volontaires chinois ont été accrédités dans différents pays. Leurs propres actions et histoires vivantes ont permis aux habitants locaux de connaître une Chine plus vraie et sous différents angles.

Selon l’Avis, il faut insister sur l’introduction et le rayonnement à l’étranger. Il faut soutenir le rayonnement à l’étranger des programmes représentatifs, comme le chinois, la médecine traditionnelle chinoise (MTC), les arts martiaux, la gastronomie, les fêtes folkloriques et d’autres éléments du patrimoine culturel immatériel. Selon l’Avis, il faut s’efforcer de faire de l’Institut Confucius une institution de promotion linguistique au premier rang mondial.

« Pour bien raconter les histoires chinoises, la façon est plus importante que le contenu. Nous insistons sur le fait que les contenus d’enseignement doivent se rapprocher de l’idée, des coutumes et de la façon d’acceptation locales, afin de nous intégrer réellement aux quotidiens des étrangers, et de jouer le rôle de l’augmentation de la confiance, de l’explication des doutes et du rassemblement des consensus », s’est ainsi exprimé un responsable du Hanban, institution chargée de l’administration de l’Institut Confucius.

Prendre des mesures flexibles pour combler le fossé culturel de façon imperceptible

Toujours selon l’Avis, il faut innover et diversifier constamment les contenus et les formes des plateformes multilatérales pour les échanges culturels et humains, ainsi que promouvoir de manière approfondie les échanges et l’inspiration mutuelle entre les différents pays, les différentes régions et les différentes civilisations.

« Il faut dynamiser les échanges culturels et humains pour combler le fossé culturel. » Yan Zhaozhu se souvient clairement qu’il y a deux ans, peu après la mise en service du Centre Qihuang d’expérience de la MTC pour les dirigeants étrangers dans le cadre du Forum culturel mondial de Taihu, le roi cambodgien Norodom Sihamoni y a effectué une visite. « M. Sihamoni a fait de l’expérience sur la diagnostic par le pouls et l’identification de médicaments chinois, et assisté à la démonstration des techniques liées à la MTC, telles que la façon pharmaceutique et des recette pour la cuisine médicale. Le roi cambodgien en a fait beaucoup d’éloges, en disant qu’il promouvrait en personne la culture de la MTC dans son pays. »

Yan Zhaozhu a dit que les échanges culturels et humains devaient être menés de manière imperceptible et appropriée. Une bonne expérience pourrait dépasser mille mots de louange. Chaque année, lors du Forum culturel mondial de Taihu, l’organisateur a proposé des activités d’exposition et d’expérience concernant le patrimoine culturel immatériel et la gastronomie chinoise. Les invités étrangers n’ont jamais tari d’éloges.

La Société juridique de Chine encourage les universités juridiques chinoises et étrangères à construire ensemble des centres de recherche et des bases de formation, pour fournir plus d’opportunités d’échanges, d’interactions et de formations aux personnalités du milieu juridique. « Nous sommes convaincus qu’à travers des visites mutuelles, des échanges et des stages, les problèmes et conflits auxquels font face les milieux juridiques chinois et étrangers pourront être résolus facilement », a dit Yin Baohu.

(Le Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer), publié le 26 décembre 2017, page 1)

 
mot clé:

Nouvelles concernées