« Faire à plus de gens connaître la vraie Chine » (La Chine vue par des journalistes étrangers)

[Source]    Quotidien du Peuple [Time]    2017-12-01 14:55:22 
 

Récemment, l’Institut Confucius de l’Université nationale linguistique de Kiev (KNLU) en Ukraine a inauguré une conférence très innovante. Andrii Buzarov, rédacteur en chef adjoint du journal ukrainien L’Economiste, retourné dans son pays après avoir couvert le 19e Congrès national du PCC, a partagé ses expériences à cet égard avec des élèves.

« Le 19e Congrès national du PCC est l’événement politique le plus important en Chine et a attiré l’attention des médias mondiaux. Plus de 3 000 journalistes venant de différents pays du monde se sont réunis à Beijing pour couvrir cet événement au monde entier. Buzarov, 33 ans, très actif dans les médias, a dit : « J’ai visité la Chine deux fois en un mois pour assister à tout le parcours du 19e Congrès national du PCC. Sans aucun doute, cela m’a aidé à comprendre la signification importante du Congrès ainsi que son influence profonde sur la Chine et le monde. »

De l’initiative « la Ceinture et la Route » au concept de « la construction d’une communauté de destin pour l’humanité » ; de nouvelles opportunités au monde créées par l’entrée dans une nouvelle ère de la Chine aux nouvelles attentes à l’égard de l’approfondissement de la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et l’Ukraine ; de ce qu’il a vu et entendu à ses échanges avec des amis chinois ; de la politique, l’économie à la culture chinoises, en passant par sa gastronomie… Lors de cette conférence d’une heure et demie, Buzarov, débordant d’enthousiasme, a beaucoup parlé du 19e Congrès et de la Chine à ses yeux.

La salle polyvalente de l’Institut Confucius était bondée, même les couloirs combles. Les auditeurs écoutaient attentivement, en applaudissant chaleureusement ou en posant des questions en interaction. Yulia, étudiante en troisième année à la KNLU, a dit en chinois : « Buzarov, journaliste ukrainien, qui a eu l’honneur de participer à la couverture du 19e Congrès national du PCC, nous a partagé beaucoup de nouvelles sur la situation actuelle de la Chine. Je suis fière de lui ! » De nombreux auditeurs ont envoyé également des messages à Buzarov via des réseaux sociaux, en le remerciant pour sa conférence merveilleuse. Un étudiant qui s’appelle Daniel a écrit : « Votre discours m’encourage beaucoup, et me rend plus déterminé à apprendre la langue chinoise. »

Pendant le 19e Congrès national du PCC, Buzarov a publié une dizaine d’articles sur plusieurs journaux et sites d’informations ukrainiens, et a fait plus de 10 reportages pour la télévision, afin de donner au public ukrainien une présentation complète du 19e Congrès national du PCC par plusieurs canaux. Dans un article publié par Buzarov sur RIA Novosti, intitulé « Négliger la Chine au XXIe siècle est une erreur », il a déclaré que l’Ukraine pourrait tirer des expériences utiles de la Chine pour trouver un consensus au sein de la société à l’égard des questions les plus complexes.

Buzarov a participé à une vingtaine d’émissions d’entretien à propos de la Chine seulement en quinze jours environ après sa rentrée en Ukraine. A diverses occasions, il a appelé à renforcer la coopération avec la Chine. Buzarov a dit que pour mener des dialogues avec la Chine, il fallait être familier aux événements et aux tendances qui se produisaient là-bas. Tout le monde a fait attention au 19e Congrès national du PCC, car on cherchait à comprendre la voie, le système, la théorie et la culture à la chinoise. Selon lui, sans comprendre le socialisme à la chinoise, il est impossible de prédire les mesures de la Chine sur la scène nationale et internationale, de plus, il est difficile de comprendre la façon de mener des dialogues avec la Chine. Buzarov a résumé les trois secrets du succès de la Chine : la stabilité sociale à long terme, la solidarité au sein du pays et le travail assidu du peuple chinois. De nombreux Ukrainiens ont partagé ses points de vue en la matière.

« Je souhaite que de plus en plus d’Ukrainiens puissent connaître la Chine », a déclaré Buzarov. En septembre dernier, Buzarov a été invité à assister au Forum sur la coopération médiatique dans le cadre de « la Ceinture et la Route », parrainé par le Quotidien du Peuple. Cela fut sa première visite en Chine. Il a dit que cette visite avait complètement renversé ses connaissances vis-à-vis de la Chine. « Avant, j’avais cru que la Chine restait encore à l’époque du Royaume des bicyclettes, mais arrivé en Chine, j’ai constaté que le niveau du développement économique, scientifique et technologique de la Chine était au-delà de l’imagination. Actuellement, les Chinois utilisent peu d’argent liquide, car les paiements mobiles sont assez généralisés. »

Cette visite a suscité un fort intérêt de Buzarov à propos de la Chine. « On ne peut pas étudier la Chine sans apprendre le chinois ! » Ainsi, Buzarov s’est inscrit à la classe de chinois à l’Institut Confucius de la KNLU, en suivant des cours de chinois deux fois par semaine. Talentueux en langue, il a rapidement maîtrisé quelque 200 caractères chinois. D’ailleurs, Buzarov a installé deux applications sur l’apprentissage du chinois dans son portable pour qu’il puisse apprendre le chinois à n’importe quel moment et où qu’il soit. Lors de l’interview accordée à notre journaliste durant trois heures, il a consacré deux heures à poser des questions sur le chinois.

« D’après moi, les sinologues ne devraient pas être les seuls à étudier la Chine. Il faut que plus de gens de différents milieux connaissent et comprennent la Chine. La Chine n’a pas besoin de plus de louanges, mais accueille une compréhension globale et un reportage plus complet vis-à-vis de la Chine. Je ferai de mon mieux de sorte que plus d’amis ukrainiens connaissent la vraie Chine ! » Buzarov s’est ainsi exprimé.

(Le Quotidien du Peuple, le 26 novembre 2017, Page 3

Journaliste : Tan Wujun)

 
mot clé:

Nouvelles concernées