Des jeunes Chiliens interprètent la chanson Tian Mi Mi en rap en chinois – La promotion novatrice rend le chinois populaire en Amérique latine

[Source]    People.cn [Time]    2017-08-28 13:24:01 
 

Le 11 août, la conférence de presse de la troisième édition de la Semaine du Chili en Chine s’est tenue au centre-ville de Santiago du Chili. Jeffer Bruyer du Lycée national du Chili et Samira Patilla du Lycée du nouveau Monde de Mulchén y ont interprété en rap en chinois la chanson chinoise « Tian Mi Mi (conte d’amour) », ce qui a remporté des louanges des hauts fonctionnaires chiliens issus du ministère des Affaires étrangères, du ministère de l’Énergie, du ministère de l’Économie, du Conseil pour le développement du commerce et des collectivités locales. M. Eduardo Frei, ancien Président chilien et ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire pour l’Asie-Pacifique a déclaré : « C’était très difficile pour moi d’imaginer que les jeunes Chiliens puissent parler chinois couramment. Le responsable du Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine, ici présent, vient de m’informer que le nombre des apprenants du chinois dans notre pays dépasse 10 000 personnes. Je crois que la plupart d’entre eux deviendront des ambassadeurs pour les échanges sino-chiliens dans le futur. »

Mettre en place le Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine

Ce que M. Frei a dit est progressivement devenu une image réelle des échanges humains et culturels entre la Chine et l’Amérique latine. La vogue du chinois et celle de la Chine s’y amplifient ces dernières années. L’Amérique latine est la région où l’enseignement du chinois connaît le développement le plus rapide ; le nombre des élèves inscrits aux Instituts Confucius maintient une croissance annuelle à deux chiffres ; la quantité et la qualité des activités pour la promotion de la culture chinoise connaissent un élan. Tous ces faits prouvent que les échanges linguistiques et culturels se sont imposés comme une partie indispensable dans les relations sino-latino-américaines.

L’Institut Confucius constitue un pilier dans l’enseignement du chinois et la promotion de la culture chinoise en Amérique latine. Compte tenu de la similarité des pays latino-américains en matière de langue, de culture, de nationalité, et de caractère, le Siège de l’Institut Confucius (Hanban) a établi le Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine à Santiago au Chili, qui se charge de la planification générale, de la coordination, et des services aux 39 Instituts Confucius et 11 Classes Confucius dispersés dans 20 pays en Amérique latine et Caraïbes, afin d’améliorer la qualité du fonctionnement des Instituts Confucius et Classes Confucius dans cette région.

Roberto Lafontaine et Sun Xintang, ayant de nombreuses expériences du travail d’Institut Confucius, ont été nommés pour s’occuper des affaires quotidiennes du Centre. Conformément aux idées directrices du Siège de l’Institut Confucius et compte tenu des conditions réelles des Instituts Confucius d’Amérique latine, ils ont d’abord mené des enquêtes et des recherches sur l’enseignement, les manuels, le corps enseignant et les ressources culturelles des Instituts Confucius de la région. Ensuite, avec l’exploration de nouveaux modes et l’esprit d’initiative, ils ont mis en scène une série de programmes et d’activités en fonction des demandes et des conditions des Instituts Confucius. Enfin, en réunissant les forces des Instituts Confucius de la région, le Centre s’est transformé en centre de partage des ressources, de recherche et de développement des programmes, de résolution des problèmes et de service pour l’enseignement du chinois en Amérique latine et Caraïbes.

Réunir les ressources pédagogiques

Pour résoudre les problèmes de l’enseignement du chinois, le Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine s’est dirigé directement vers son noyau : le manque de corps enseignant, surtout les enseignants locaux. En raison du retard dans l’enseignement du chinois dans cette région, les enseignants locaux sont insuffisants. Jusqu’à présent, le Centre a organisé 4 éditions de la formation dédiées aux enseignants locaux, couvrant les manuels, la pédagogie, le contrôle de la classe ainsi que la culture chinoise, dans le but d’améliorer leur qualité d’enseignement et d’enrichir leurs connaissances à propos de la culture chinoise. Les participants ont acquiert les dernières théories et techniques pédagogiques, ont approfondi leurs connaissances vis-à-vis de la culture chinoise, ont renforcé leur attachement et leur fidélité à la cause de la promotion du chinois à l’international, et se sont lancés dans l’enseignement du chinois avec plus d’enthousiasme, ce qui a éliminé le plus grand obstacle au développement durable des Instituts Confucius de la région.

Actuellement, les trois centaines d’enseignants-volontaires, accrédités par le Siège de l’Institut Confucius, constituent la force de pilier pour l’enseignement du chinois en Amérique latine et Caraïbes. Ces enseignants-volontaires sont tous très jeunes et manquent d’expériences d’enseignement. D’ailleurs, ils sont arrivés pour la première fois en Amérique latine. Alors, comment les aider à s’adapter le plus vite possible à l’environnement de l’enseignement local et à s’intégrer dans la société locale constitue un sujet prioritaire pour le Centre. Pour le résoudre, le Centre a établi un programme de formation continue pour eux, dans le but de faire connaître les caractéristiques d’apprentissages des élèves, les mœurs et les coutumes, et l’environnement social dans cette région, ainsi que d’améliorer leurs compétences en communications transculturelles. En plus, le Centre les a aidés à procéder à leur planification des carrières au sein de l’Institut Confucius. Jusqu’à présent, le Centre a organisé 5 formations continues. Zhang Rui, enseignant-volontaire de l’Institut Confucius de l’Université nationale autonome du Mexique, s’est exprimé avec enthousiasme à l’issue d’une formation : « Les spécialistes de formation ont partagé leur expérience précieuse pour nous guider. Je me sens chez moi à travers cette formation, et j’ai le courage pour travailler et vivre à l’étranger. »

En même temps, le Centre attache une grande importance à la mise en valeur des ressources des élèves des Instituts Confucius, et à créer des plates-formes de présentation et d’échanges pour les apprenants du chinois. Par exemple, le Centre a tenu la compétition de la calligraphie de caractères chinois, le concours du chinois oral ainsi que le concours des chansons en chinois de la région Amérique latine et Caraïbes. En plus, ceux qui avaient gagné des prix dans ces concours ont obtenu une bourse d’études pour faire leurs études en Chine, pour donner des ailes à leur apprentissage du chinois.

Des programmes novateurs pour la promotion culturelle

En octobre 2015, le Président chinois Xi Jinping, a déclaré dans son discours lors de la conférence annuelle des Instituts Confucius et Classe Confucius en Grande-Bretagne : « l’Institut Confucius est une plate-forme essentielle permettant au monde de connaître la Chine. » Pour faire connaître la vraie Chine aux élèves des Instituts Confucius et aux populations locales, il faut que l’Institut Confucius élargisse son horizon et développe de nouveaux programmes. A part les programmes culturels traditionnels comme le papier découpé, le Jiaozi (ravioli chinois), et le Tai-chi, il lui faut élargir et améliorer le niveau de la promotion et du rayonnement de la culture chinoise. Le Centre a ainsi mis en place le programme « Le Forum de la littérature chinoise », en invitant des écrivains, poètes, et dramaturges les plus influents en Chine contemporaine, comme Han Shaogong, Zhang Jie, Alai, Fangfang, Cao Wenxuan, Zhou Daxin, Xu Zechen, Yu Rongjun, Yu Jian, Lanlan, Zhou Sese, Li Cheng’en, Jian Rufeng, Yan Li, Cun Wenxue et Ye Duoduo, pour organiser diverses activités littéraires, comme le lancement de leurs ouvrages en langue espagnole, la conférence thématique et l’entretien entre les écrivains chinois et latino-américains. Au terme des efforts de plus de deux ans, le Forum des écrivains chinois a une large réputation et influence au sein des Instituts Confucius en Amérique latine et Caraïbes, ainsi que dans le monde littéraire et artistique de cette région, et est devenu un programme culturel de haut niveau des Instituts Confucius de la région. Actuellement, les grands festivals comme le Festival international du poème de Mexico, le Festival international de Littérature de Yucatan, le Festival international du poème de Medellin en Colombie, le Salon international du livre de Santiago au Chili, le Salon international du livre de Valdivia, le Festival international du poème de Rosario en Argentine, le Festival international de lecture de Resistencia, ont noué un partenariat avec le Forum des écrivains chinois du Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine. En plus, chaque année, le nombre des Instituts Confucius, des festivals littéraires et des fondations locales désireux d’y participer ne cesse d’augmenter, ce qui a grandement promu les échanges entre la littérature chinoise et celle d’Amérique latine et des Caraïbes, a établi une plate-forme de dialogue pour les écrivains chinois et latino-américains, a renforcé la compréhension et les connaissances des élèves d’Instituts Confucius et des populations locales vis-à-vis de la littérature, de la culture ainsi que de la réalité de la Chine, et a efficacement fait avancer la mise en œuvre de la stratégie du rayonnement de la culture chinoise à l’étranger.

Grâce à la coordination du Centre, en 2016, l’Institut Confucius de l’Université pontificale catholique du Pérou et la Faculté de théâtre de cette université ont mis en scène conjointement « La Foule » de Yu Rongjun, dramaturge chinois, en langue espagnole. Ils ont fait une trentaine de séances à Lima. Cela est devenu un grand événement culturel dans la localité. Cette pièce a également remporté le prix du meilleur réalisateur du Festival de théâtre au Pérou en 2016. En même année, lors de la visite du Président chinois Xi Jinping au Pérou pour participer à la rencontre informelle des dirigeants de la Coopération économique pour l’Asie-pacifique (APEC), la Télévision nationale du Pérou a spécialement diffusé ce spectacle originaire de la Chine.

En mars 2017, le Centre a invité la femme écrivain chinoise Fang Fang à visiter le Mexique et Cuba. Son roman La voix qui reste a été publié au Mexique avec le concours de l’Institut Confucius de l’Université autonome de Yucatan. L’Institut Confucius de l’Université de La Havane a coordonné la visite de Fang Fang à l’Association des écrivains cubains et dans la Maison d’édition de Cuba pour promouvoir les échanges entre les écrivains chinois et cubains et la conclusion de l’accord concret sur la traduction et la publication conjointes. Grâce à ces efforts, trois ouvrages de la littérature contemporaine chinoise seront publiés par la maison d’édition relevant directement de l’Association des écrivains cubains. Au mois de juillet, le poète Zhou Sese a participé au Festival international du poème de Medellin en Colombie, où les séances de récitation qu’il anime attiraient tellement d’auditeurs que la salle était bondée. Ses poèmes sur l’affection familiale ont touché les auditeurs, dont des personnes âgées et des enfants. Ils ont pris le poète dans leurs bras à la fin de la séance de récitation.

Ramón Díaz Eterovic, écrivain célèbre et ancien président de l’Association des écrivains chiliens, a participé plusieurs fois au dialogue avec les écrivains dans le cadre de ce programme. Dès lors, il a commencé à lire des ouvrages de la Chine contemporaine. De plus, il avait écrit des critiques pour de nombreux livres chinois, y compris Les Pavots rouges par Alai, Le Décodage par Maijia, Le Dictionnaire de Maqiao par Han Shaogong, Le Téléphone portable par Liu Zhenyun, Traverser le Zhongguancun en courant par Xu Zechen, ainsi que La Pierre de Kata Tjuta par Yu Jian. Il les avait publiés dans la rubrique littéraire des médias locaux. Par conséquent, de nombreux lecteurs ont commencé à suivre de près et à lire des œuvres littéraires contemporaines de la Chine.

La littérature contemporaine de la Chine est l’étiquette culturelle la plus importante et la plus influente de la Chine. La promotion de la littérature chinoise permet de faire rayonner la culture chinoise à l’étranger à un niveau plus élevé, d’élargir le rayonnement de la Chine ainsi que de faire connaître au monde la Chine contemporaine. Comme ce qu’Alai a dit dans son discours prononcé au Centre des Instituts Confucius d’Amérique latine : « Dans les premiers échanges culturels sino-étrangers, la culture chinoise se trouvait dans un état caractérisé par la communication interne. Au fur et à mesure du développement économique et de l’établissement des Instituts Confucius dans le monde entier, la culture chinoise commence à prendre l’initiative de rayonner à l’étranger d’une façon confiante. »

Le Centre a également organisé la Tournée des cinéastes chinois en Amérique latine, a coordonné la projection des films contemporains chinois dans les Instituts Confucius, a organisé l’Exposition des films chinois et la Semaine des films chinois, entre autres. Il a aussi invité des réalisateurs chinois à mener des interactions avec le public. En 2016, Xie Fei, célèbre réalisateur chinois, est venu participer aux activités dans des Instituts Confucius au Brésil, au Chili et au Pérou. Il a annoncé à cette occasion la mise à la disposition gratuite et éternelle de ses 6 films aux Instituts Confucius comme les matériaux cinématographiques en classe.

À l’heure actuelle, le Centre est en train de développer le programme du Forum des sinologues, qui vise à inviter les sinologues d’Amérique latine voire du monde entier à enseigner les résultats de leurs recherches sinologiques dans les Instituts Confucius, afin d’inciter les élèves à connaître et étudier la culture chinoise de manière approfondie.

En coopération avec les Instituts Confucius de la région, le Centre s’est amélioré dans l’enseignement du chinois et l’organisation des activités culturelles. Le Centre et les Instituts Confucius en Amérique latine ont coopéré ensemble pour la conception et la mise en service des programmes. Le Centre fournit ses soutiens en matière de contenu, de service et de budget conformément aux conditions et aux désirs des Instituts Confucius de la région pour leur rendre service. A la fin des activités et des programmes, le Centre recueille les informations en retour afin d’évaluer les effets de l’exécution des programmes, de faire le bilan des expériences, d’analyser les acquis et les défauts, et les transforme en rapport pour résoudre les problèmes, améliorer ses méthodes et perfectionner les plans d’exécution des programmes.

La civilisation se perfectionne à travers les échanges et les apprentissages mutuels. Les Instituts Confucius en Amérique latine sont en train de devenir un pont et une plate-forme essentiels pour les échanges humains et l’apprentissage mutuel entre la Chine et l’Amérique latine.

(People.cn depuis Rio de Janeiro, le 19 août, journaliste : Chen Xiaowei)

 
mot clé:

Nouvelles concernées