Zhao Zhixing, champion de la 16e édition du Concours « Passerelle vers le chinois », apprend le chinois en regardant des feuilletons chinois

[Source]    Rednet.cn [Time]    2017-08-23 17:20:16 
 


Zhao Zhixing, champion de la 16e édition du Concours « Passerelle vers le chinois ».

« Aujourd’hui, on parle anglais dans le monde entier. Au fur et à mesure du développement de l’économie chinoise et de la mondialisation, le chinois sera parlé dans de plus en plus de pays. » Le 13 août, le lendemain de la clôture de la 16e édition du Concours « Passerelle vers le chinois », le champion d’Afrique et le champion de la grande finale, Zhao Zhixing (Mohammed Elmoiez) s’est retourné dans son pays. Cet étudiant d’élite, âgé de 19 ans, est poli, modeste et souriant. Il a ses propres idées et astuces pour apprendre le chinois.

Regarder des feuilletons chinois, une astuce pour apprendre le chinois

Différents candidats ont différentes méthodes pour apprendre le chinois. Certains disent qu’il faut faire des amis chinois et parler avec eux ; d’autres soulignent qu’il faut se concentrer sur les manuels, parce que les connaissances classiques sont écrites là-dedans. Zhao Zhixing n’a appris le chinois que depuis son entrée à l’université il y a plus de deux ans. Quelle méthode a-t-il adoptée pour réaliser un si grand progrès ?

« Au cours de l’apprentissage du chinois, j’ai deux astuces. L’une, c’est de suivre les cours attentivement et de consulter mes enseignants sur toutes les questions ; l’autre, c’est de regarder des feuilletons chinois. »

« Ode à la joie », « Cher interprète », «La Belle Li Huizhen », « Oui ! Monsieur de la mode », « Amour à mon 17 ans », et « Les dix grands li de fleurs de pêcher »... Ces feuilletons chinois populaires sont très familiers pour Zhao Zhixing, qui les connaît comme les repas du jour.

« On apprend beaucoup de nouveautés et de nouveaux vocabulaires à travers les feuilletons. Tous les feuilletons chinois disposent de leurs propres idées et les acteurs les interprètent très bien. » Il n’y a pas de télévision spéciale des feuilletons chinois au Soudan, du coup, Zhao Zhixing les regardent via des applications mobiles.

Fan de séries télévisées, Zhao Zhixing admire « La Belle Li Huizhen » le plus. « J’aime bien Dilraba, elle est ma déesse chinoise. » D’ailleurs, Zhao Zhixing nous a confié un secret. Lors de la finale, il a bien voulu devenir champion continental, parce qu’un réalisateur lui a dit que Dilraba serait présente s’il obtenait le titre. « Mais Dilraba n’était pas présente, bien que j’obtienne le champion continental. J’espère qu’elle a appris ma victoire sur médias. »

« Maintenant, les Soudanais ne connaissent pas beaucoup de feuilletons chinois. Nous les avons connus au cours de l’apprentissage du chinois. Les feuilletons chinois sont très différents de ceux du Soudan. Mais je crois que les Soudanais les aimeront. J’espère que des feuilletons chinois seront diffusés au Soudan dans le futur », a ainsi déclaré Zhao Zhixing.

Zhao Zhixing fera ses études de master en Chine l’année prochaine et espère voir Dilraba


Zhao Zhixing est sur la scène de « Passerelle vers le chinois ».

La grande finale du Concours « Passerelle vers le chinois » s’est clôturée il y a quelques jours, certes, en parlant de ce concours, Zhao Zhixing le croît comme un rêve. « La dernière étape de la grande finale, le duel final est une étape de questions-réponses alternatives. Je n’ai pas eu le courage de regarder l’écran et mon score à l’issue de la compétition. Quand on a annoncé le grand champion de la 16e édition du concours Passerelle vers le chinois était Zhao Zhixing, j’étais très étonnant. La première idée était d’appeler ma mère pour lui informer cette bonne nouvelle. »

C’est grâce à sa mère que Zhao Zhixing a décidé d’apprendre le chinois. Sa mère, doyenne de la Faculté de littérature de l’Université de Khartoum, lui a conseillé de choisir la langue, surtout le chinois comme sa spécialité quand il s’est inscrit à l’Université. Sa mère lui a dit que le chinois jouerait un rôle important sur la scène mondiale et l’aiderait beaucoup dans le futur.

« L’apprentissage du chinois m’a réellement apporté des opportunités. Dans l’Université de Khartoum, l’Insitut Confucius tient des activités annuelles comme la compétition de lecture des poésies, le gala de la Fête du printemps, et le concours Passerelle vers le chinois. En plus, il a établi des bourses d’études pour que les étudiants excellents puissent continuer leurs études en Chine. Si je n’avais pas choisi le chinois, je n’irais pas participer au concours Passerelle vers le chinois, et n’aurais pas l’opportunité de connaître les amis venant des quatre coins du monde dans le cadre du concours Passerelle vers le chinois. »

Zhao Zhixing a dit : « Aujourd’hui, on parle anglais dans le monde entier. Au fur et à mesure du développement de l’économie chinoise et de la mondialisation, le chinois sera parlé dans de plus en plus de pays. Il y aura de nombreuses opportunités professionnelles pour ceux qui savent parler chinois, par exemple, ils peuvent devenir l’enseignant du chinois, l’animateur ou le diplomate. Je m’intéresse beaucoup à ces carrières et je voudrais tout essayer. »

Zhao Zhixing a eu un programme très chargé lors de sa participation au concours en Chine. Il a fait soit des études soit des répétitions. Ainsi, beaucoup d’endroits qu’il voulait visiter lui ont manqué. « J’ai entendu parler que le parc de loisirs de Changsha était très intéressant, et je voulais y aller d’autant que j’aime les parcs de loisirs. C’est dommage que je n’y sois pas allé. Mais ce n’est pas grave, je pourrais y aller et découvrir ce parc de loisirs dans le futur. L’année prochaine, je vais faire mes études de master en Chine, j’espère voir Dilraba à ce moment-là. »

(Rednet.cn, journaliste : Chen Meiqi, correspondants : Quan Bo, Lan Que)

 
mot clé:

Nouvelles concernées