UN COURS CULTUREL À LA MÉMOIRE DE GRAND POÈTE QUYUAN

[Source]    Chine Magasine [Time]    2017-06-09 17:13:56 
 


Conter au cours l'histoire de Quyuan à sa mémoire

Le 30 mai, jour férié pour toute la Chine, a été l’occasion pour le professeur Liu Yunsheng de commémorer le grand poète Quyuan. L’Institut Confucius d’Abidjan a organise un cours exceptionnel intitulé « Conter Quyuan, raconter la vie ».

Le directeur de l’Institut professeur Liu Yunsheng a conté la vie du grand auteur Quyuan, dont l’existence date de plus de 3 000 ans. Son nom, son titre, ses œuvres, son influence dans la littérature chinoise font de lui un auteur classique, dont des activités festives sont organisées pour commémorer.

Il a parlé du Zongzi, plat préféré des chinois durant cette fête. Il s’agit de riz glutineux mélangé à de la viande ou du fruit enveloppé dans une feuille de bambou. A cela, s’ajoute la compétition des Bateaux-Dragons à la rivières.

Quyuan, haut fonctionnaire et grand poète, a été l’auteur du poème Li Sao, fort bien considéré par son roi et la population. Éloigné de la politique par la jalousie de ses pairs, il reste tout de même concerné par les affaires de l’Etat, qui est déjà au bord de l’abîme. Le chagrin finit par l’emporter, et il met fin à ses jours en se jetant dans la rivière Mi Lo, près du lac Dongting, avec un rocher scellé sur son corps, en 277 av. J.-C., le 5ème jour de la 5ème lune.

La population de l’époque se mobilisa pour aller repêcher le corps du défunt, sans succès. La population jeta alors dans l’eau des œufs, du riz et d’autres aliments pour nourrir les poissons, afin de protéger son corps. Un vieux guérisseur vida même toute une jarre de vin jaune dans le fleuve pour enivrer le dragon du fleuve.

De légende à la réalité, aujourd’hui le fête de Double cinq est un jour traditionnel férié en hommage à sa mémoire, afin de valoriser son esprit.


Raconter la vie pratique en référence de l'histoire de Chine

Après le conte, nourri d’enseignement et de termes utiles, tels que son sollicitude, son titre, ses œuvres, et la fête, c’est au tour des étudiants à raconter la vie littéraire, patriotique et du zen face à l’isolation et à la frustration.

Le sinologue Youssouf Diakite et le champion d’arts martiaux Serge Zamblé ont évoqué l’importance du zen dans la vie, à travers la culture chinoise apprise à l’Institut. Ils ont fait part de leur estime pour le grand auteur Quyuan. Le champion Yallando Max a distingué la tendance littéraire au sein du principe Tao.

 
mot clé:

Nouvelles concernées