Expédition : Témoignage de la « fièvre de l’enseignement du chinois » en Grande-Bretagne -- Visite à l’Ecole secondaire Bohunt qui a plébiscité activement l’enseignement de la langue chinoise

[Source]    Agence de Presse Xinhua [Time]    2017-03-17 17:21:03 
 

Au fur et à mesure du développement de la puissance économique et de l’accroissement de l’influence culturelle de la Chine, de plus en plus de Britanniques commencent à apprendre le chinois. Le 13 mars, à l’occasion de la journée des dons de livres offerts par China Publishing Group Corporation (CPG), le journaliste est allé à l’Ecole secondaire Bonhun dans le Hampshire, et a vécu la « fièvre de l’enseignement du chinois » locale.

L’Ecole secondaire Bohunt a commencé l’enseignement du chinois il y a 20 ans. En 2010, elle est devenue la première école secondaire britannique qui a introduit l’enseignement en immersion linguistique, dont l’une des langues principales étrangères est le chinois. Le président de l’école, M. Neil Strowger, a participé et a joué un rôle décisif dans l’introduction de cette méthode pédagogique. Selon lui, la raison des jeunes pour l’apprentissage du chinois n’est pas due seulement à l’importance de cette langue, mais plutôt au charme de la culture chinoise. La langue et la culture sont inséparables et se complètent mutuellement.

En parlant de l’enseignement du chinois à l’école secondaire Bohunt, M. Strowger ne pouvait pas cacher sa fierté : « Il y a cinq séances par semaine pour les élèves qui suivent le cours optionnel de chinois. Les mathématiques, la science, l’histoire, l’art et le sport sont tous enseignés en chinois, le cours de mathématiques étant même donné avec la pédagogie chinoise. »

« En tant que père, je suis très fier, parce que ma fille, en septième année à l’Ecole secondaire Bohunt, a participé à ce programme d’immersion linguistique en chinois, les progrès qu’elle a faits dans ses études du chinois m’ont étonné. J’ai aussi fixé un objectif pour moi-même : celui d’être en mesure de communiquer en chinois avec des expressions simples.» a ainsi déclaré M. Strowger.


Le 13 mars 2014, les élèves de l’Ecole secondaire Bohunt donnent des représentations au cours de la cérémonie d’inauguration de la Classe Confucius.

Actuellement, il y a neuf enseignants de chinois à l’Ecole secondaire Bohunt, et le nombre de professeurs est au premier rang parmi toutes les écoles en Grande-Bretagne. Parmi ses 1600 élèves, près de 500 ont choisi le cours optionnel de chinois. L’un des enseignants chinois, M. Zeng Bin, a indiqué au journaliste que, les élèves se mettent à l’apprentissage du chinois, d’une part, parce qu’ils sont encouragés par leurs parents, considérant la croissance continue et l’influence de la Chine dans le monde entier ; et d’autre part, parce que les diverses activités pédagogiques suscitent un vif intérêt des élèves. En faisant leurs études de la langue, ils s’intéressent profondément à la culture chinoise.

Une élève en neuvième année, Freya Adam a précisé au journaliste qu’elle avait déjà appris le chinois il y a 3 ans environ. Elle trouvait la langue chinoise « très difficile » et pourtant elle l’adorait, surtout l’écriture chinoise. Au cours de la conversation avec le journaliste, elle a essayé de s’exprimer davantage en chinois malgré des difficultés à l’oral.


Fin novembre 2013, avant sa visite en Chine, l’ancien Premier Ministre britannique, M. Cameron, a partagé les expériences d’apprentissage du chinois avec les enseignants et les élèves de l’école secondaire Bohunt.

En 2013, l’Ecole secondaire Bohunt a ouvert sa classe de chinois de l’Institut Confucius. Au moment de la visite du journaliste, les élèves étaient en train de prendre la parole sous la direction de leur enseignant. A côté de la classe se trouve une bibliothèque de documents en langue chinoise, avec différents livres, entre autres, des œuvres classiques et des lectures d’initiation à la langue chinoise. Adam a expliqué en prenant une série de livres d’apprentissage du chinois « Le Chinois plaisant » : « Cette collection combine la lecture et l’écriture, et avec le disque correspondant, elle est très facile à utiliser. »

Le président du Conseil de l’éducation de l’école secondaire Bohunt, M. Raymond Morton, a souligné que, durant ses 25 ans de travail dans cette école, le changement le plus considérable était la création du cours de chinois. « La Grande-Bretagne a besoin des échanges commerciaux avec la Chine, la maîtrise de la langue chinoise qui permet une communication directe est donc très importante. »

En 2015, cette école a invité cinq enseignants chinois à donner des « cours à la chinoise » pendant un mois. Durant cette période, la BBC a suivi cette expérience au fil des cours pour tourner un documentaire en trois épisodes intitulé « Nos enfants sont-ils assez forts ? ». La diffusion de cette émission a provoqué une discussion et une réflexion sur la différence éducative sino-britannique, l’Ecole secondaire Bohunt s’en est alors distinguée.

A l’occasion de la Foire aux livres à Londres, le CPG a visité l’Ecole secondaire Bohun, et a offert une centaine de manuels d’enseignement du chinois, des ouvrages de référence, des livres pour enfants et des œuvres sur l’histoire et la culture chinoises ; De plus, elle a invité la sinologue suédoise, Mme Cecilia Lindqvist, à donner une conférence intitulée « La beauté des caractères chinois ».

C’est la deuxième visite du CPG après son don de livres à l’Ecole secondaire Bohunt en avril 2016. Le vice-président du CPG, M. Jiang Jun, a souhaité qu’à l’aide de nouvelles ressources pédagogiques, les élèves pourraient « mieux connaître la Chine, puis devenir des sinologues dans le futur en assumant la responsabilité en tant que messagers d’amitié sino-britannique.»

(Agence de Presse Xinhua à Londres, le 13 mars, journaliste : Deng Qian)

 
mot clé:

Nouvelles concernées