Les visages chinois dans le défilé « Lundi des Roses » : « les Chinois à Mayence »

[Source]    CRI Online [Time]    2017-03-03 17:27:07 
 

Nous ne pouvons pas parler des carnavals en Allemagne sans mentionner Mayence. Le 27 février à 11h11(heure locale), cette ville dans le Sud-Ouest de l’Allemagne a connu l’apogée du carnaval -- l’ouverture officielle du défilé « Lundi des Roses ».

Avec 154 équipes participantes, le défilé carnavalesque, composé d’une centaine de véhicules décorés et près de 10 000 personnes , s’étendait sur 9 km. Plus de 550 000 spectateurs se sont réunis dans cette belle ville sur le Rhin afin de découvrir, sur place et en direct, l’animation du carnaval.


Les membres d’équipe « les Chinois à Mayence » attendant la représentation.

Dans la vague du défilé, une équipe était particulièrement familière--celle des « Chinois à Mayence » organisée conjointement par l’Institut Confucius de Francfort, la Troupe Dehua de l’Opéra de Beijing, et l’Association d’amitié sino-allemande Mayence-Wiesbaden. Avec la musique joyeuse et la représentation des gongs et des tambours, une quarantaine de membres, Chinois ou Allemands, vêtus de costumes traditionnels chinois, distribuaient en dansant des petits cadeaux, entre autres, des milliers de boules avec le caractère chinois « fu »(bonheur), des biscuits de fortune dans lesquels se cachaient des messages de voeux en chinois et en allemand, ainsi que des nœuds chinois.

Christina Werum-Wang, présidente de l’Institut Confucius à Francfort, a expliqué : «Il y a deux ans, nous avons fondé cette équipe qui a participé pour la première fois au défilé, et qui a été nommée « les Chinois à Mayence » en dialecte local.

La relation entre Mme Werum-Wang et la Chine peut remonter à une trentaine d’années, et elle mérite bien le titre de « connaisseur de la Chine ». Elle célèbre chaque année le Nouvel An lunaire chinois. Mais comme une habitante native de Mayence, Christina Werum-Wang est souvent « tourmentée » : en effet tous les ans, le carnaval connu comme le moment le plus animé de sa ville natale, coïncide avec le Nouvel An lunaire chinois qui a lieu fin janvier ou début février et elle n’est toujours pas arrivée à s’occuper de ces deux fêtes en même temps. Elle a affirmé : « C’est dommage. Ces deux fêtes se ressemblent beaucoup, par exemple, leur manière de la célébrer. Pendant le défilé, il y a la musique, le chant et la danse qui plaisent aussi aux Chinois. Les Allemands ont leurs propres fêtes, il en est de même pour les Chinois; Etant donné la proximité de leur date il est certain de célébrer à la fois les fêtes de ces deux pays. Ainsi, nous l’ avons essayé il y a deux ans, avec un grand succès inattendu. Nous avons même été invités par Das Erste qui nous a filmé pendant l’émission en direct du défilé du « Lundi des Roses ».

Depuis ,on salue souvent dans la rue Mme. Werum-Wang et on la reconnaît comme membre de l’équipe du défilé « les Chinois à Mayence ». Par ailleurs, beaucoup de personnes étaient attirées par le poste qu’offrait l’Institut Confucius et venaient y postuler. Cela a beaucoup encouragé et décidé Christina et ses collègues de continuer la participation au défilé pour en faire une tradition annuelle. Mais malheureusement, en 2016, « les Chinois à Mayence » ont reçu, comme toutes les autres équipes ayant commencé les préparatifs six mois plus tôt, l’annulation soudaine de tout le défilé par l’organisateur à cause du temps orageux.


L’équipe de danse

En conséquence, le défilé de l’équipe de cette année combiné avec celle de 2016 basée sur l’histoire du « Pèlerinage vers l’Ouest » et le Nouvel An lunaire chinois du Coq, a montré des images classiques et populaires, comme le Roi des Singes et le bonze Xuanzang, tout en utilisant le coq en mascotte de l'équipe, qui symbolisait le bon sens de dire adieu à l'Année du Singe et de saluer l'Année du Coq.

Su Ziqi, enseignante de chinois à l'Institut Confucius depuis 5 ans, avait participé à l’équipe en tant que membre du rang de danse. Cette fois-ci, jouant le rôle de la mascotte, elle a déclaré : « Comme le carnaval fait éprouver le sentiment de joie universelle, nous voulons nous amuser avec les Allemands. Dès le début de l'année, nous avons commencé à faire des préparatifs, entre autres, la fabrication et l'achat des petits cadeaux, des répétitions de danse. Nous espérons toujours que les Allemands auront de l’intérêt pour la Chine à travers nos efforts. Parce qu'en fait, je pense que la plupart des Allemands ne connaissent pas très bien la Chine, et peut-être ne s'y intéressent même pas. Donc nous aimerions qu'ils soient prêts à se rapprocher de notre pays grâce à notre danse, notre passion et notre appel. »


Le dévoilement officiel dans le défilé « Lundi des Roses »

Roger, âgé de 51 ans, travaille dans une société de technologie chimique à Francfort. Il aime la culture chinoise et lors de ses cours de chinois à l'Institut Confucius, il a appris qu'il pouvait s'inscrire à l’équipe « les Chinois à Mayence ». En parlant de son action à la tête des rangs, il n'a pu cacher son excitation : « Avant j'ai seulement vu le défilé à la télévision, c'est la première fois que j'y participe en tant que membre de l’équipe. Je suis très heureux d'avoir pu vivre l'ambiance sur place. Et je suis capable de passer pour un représentant de l'amitié sino-allemande en marchant dans les rangs ».

Deux sœurs métisses sino-allemandes, Jiang Suyun et Jiang Lulu, âgées respectivement de 17 et 15 ans, apprennent à danser dans l'École d'Art oriental à Francfort. Elles ont expliqué que le professeur de danse leur avait recommandé de participer au défilé, « Nous interprétons la danse ‘le long éventail’ dans la formation. Il s’agit d’une expérience très rare, car nous n’avons joué qu’au festival culturel de Francfort. Ici à Mayence, il y a non seulement plus de gens qui dansent, mais aussi beaucoup de spectateurs sur les bords de la route,ce qui nous excite beaucoup. »

L’événement spectaculaire « les Chinois à Mayence » a suscité de chaleureux applaudissements du public. Niya, âgée de 22 ans, a affirmé : « C’est vraiment magnifique. C'est formidable de pouvoir éprouver une culture si différente de celle des locaux. »

Cette année marque le 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'Allemagne. Depuis 1972, les échanges culturels bilatéraux s’étendent de plus en plus profondément et les deux pays explorent encore de nouvelles idées et créativités. Mme Werum-Wang a précisé que la participation au « Carnaval de Mayence » ournit une excellente plateforme permettant aux Chinois de s’intégrer dans la communauté locale, et en même temps aux Allemands de comprendre la culture et les coutumes chinoises. Là, les cultures chinoises et allemandes se rencontrent , se complètent et s’intègrent en stimulant des possibilités infinies, Elle a ajouté : « Je pense que c’est une expérience unique et un très bon exemple pour les Chinois de participer à la longue tradition de Mayence, car la façon dont les étrangers peuvent mieux s’intégrer dans la communauté locale demeure, depuis longtemps ,un problème majeur pour les Allemands. Il n'y a pas de contradiction, pas de conflit, pas de confrontation, seulement de l'énergie positive qui aide les Chinois et les Allemands à accomplir ensemble une activité spéciale offrant une combinaison parfaite. »

(Rapports de CRI Online ; correspondant de Radio Chine Internationale : Ruan Jiawen)

 
mot clé:

Nouvelles concernées