Le directeur brésilien de l’Institut Confucius de l’Université de l’État de São Paulo visite l’Université du Hubei:témoignage d’une vague plus puissante du chinois en Brésil

[Source]    Chinanews.com [Time]    2017-01-06 17:07:50 
 

À l’issue de la 11e Conférence de l’Institut Confucius, Professeur Paulino, le directeur brésilien de l’Institut Confucius de l’Université de l’État de São Paulo, ayant gagné le titre « l’Institut Confucius le plus avancé dans le monde entier » , a visité l’Université du Hubei ces derniers jours. D’après lui, la langue chinoise devient de plus en plus populaire en Brésil ces dernières années, et le nombre d’apprenants du chinois augmente rapidement.

Depuis la fondation de l’Institut Confucius il y a 12 ans, on a implanté dans 140 pays 511 Instituts Confucius et 1073 classes,lesquels sont devenus une passerelle pour l’échange des civilisations chinoises et étrangères et aussi une fenêtre importante permettant de faire connaître la Chine au monde et d’approfondir l’amitié et la coopération entre la Chine et le reste du monde. Après son inauguration en 2008, cet Institut Confucius, créé conjointement par l’Université de l’État de São Paulo et l’Université du Hubei, a recruté au total plus de 8000 étudiants, ce qui en fait le plus grand institut d’enseignement du chinois au Brésil, et même en Amérique latine, et lui a permis d’obtenir le titre « l’Institut Confucius le plus avancé dans le monde entier » à trois reprises en 2010, 2012 et 2016.

M. Paulino considère l’Institut Confuciuscomme un lien des échanges culturels chinois et brésiliens. Pour reprendre ses expressions, Brésil, pays qui a établi le plus grand nombre d’Instituts Confucius et de classes Conficius en Amérique latine, a connu une vague puissante de l’apprentissage de chinois, et le nombre d’élèves qui se sont inscrits dans les classes Confucius a atteint 20,000, et beaucoup d’écoles primaires et secondaires commencent à enseigner régulièrement le chinois. De plus en plus de jeunes chinois se mettent à apprendre le portugais, et il y a une trentaine d’universités qui enseignent le portugais en Chine. Tout cela contribue largement à l’approfondissement de l’amitié sino-brésilienne.

« Aujourd’hui, la langue, la culture et le développement chinois intéressent de plus en plus de Brésiliens. L’apprentissage de la langue, étant la base, joue un rôle crucial. » , a indiqué Professeur Paulino. L’épanouissement de la communication culturelle et éducative témoigne parfaitement des échanges approfondis sans cesse sur les plans économique et politique entre ces deux pays. Les Brésiliens ont pris conscience que cette vague allaient continuer à se développer.

« Beaucoup d’entreprises chinoises ont envie d’invertir au Brésil, et pas mal d’entreprises brésiliennes veulent ouvrir une nouvelle route en Chine. Mais tout d’abord, elles s’inquiètent de ne pas pouvoir communiquer. » , a-t-il souligné, « les talents qui puissent maîtriser en même temps la langue chinoise et la langue brésilienne sont rares. » . Tenant compte de l’importance considérable de la popularité du chinois, il a encouragé les étudiants brésiliens qui fasaient leurs études à l’Université du Hubei de redoubler les efforts pour bien apprendre le chinois, ce qui leur offrirait plus d’opportunités à réussir leur carrière. 

Jusqu’à présent, l’Université de l’État de São Paulo et l’Université du Hubei coopèrent dans les domaines tels que la langue chinoise, la formation des talents et les échanges culturels etc. Selon Professeur Paulino, avec l’approfondissent de la communication entre ces deux pays, à part l’enseignement de la langue chinoise, il est aussi très importants de renforcer la coopération dans les échanges culturels et les recherches scientifiques.

Durant cette visite, les deux universités ci-dessus ont tenu un conseil de l’Institut Confucius pour discuter du renforcement de la coopération en recherches scientifiques. M. Paulino a fait remarquer qu’ayant un centre spécial de recherches sur l’Amérique latine, l’Université du Hubei était forte en études de l’Amérique latine. Quant à l’Université de l’État de São Paulo, elle a l’intention de créer un centre d’étude de la Chine l’année prochaine. « Promouvoir la coopération et les échanges dans les recherches scientifiques sur la base de ces deux centres constituera une des futures orientations pour la fondation par deux parties de l’Institut Confucius » , a-t-il précisé.

D’après M. Paulino, avec le lancement et la mise en place des stratégies comme « Une Ceinture et Une Route » , les échanges et la coopération entre ces deux pays deviendront de plus en plus fréquents et il y auront plus de Brésiliens attirés par l’apprentissage de la langue chinoise.

« La création au début de cet Institut par l’Université du Hubei, avait pour l’objectif de promouvoir l’enseignement de la langue chinoise au Brésil et faire venir les Brésiliens en Chine pour faire leurs études, de diffuser la culture chinoise et effectuer les études sino-brésiliennes, et d’intégrer les charmes de la Chine aux contumes brésiliens. Suite à l’approfondissement de la coopération entre les deux parties, tous ces trois objectifs avaient été réalisés » , a indiqué Professeur Li Xiangkun, directeur de la Faculté de l’éducation internationale de l’Université du Hubei et premier directeur chinois de l’Institut Confucius de l’Université de l’État de São Paulo.

Actualités du Hubei parues le 20 décembre sur Chinanew.com

Correspondant : Wu Shan et Ye Niu

Photographe : Wang Lijing et Li Xiaoyue

 
mot clé:

Nouvelles concernées