Histoires de l’Institut Confucius : apprendre le chinois donne des ailes

[Source]    xinhuanet.com [Time]    2016-12-28 15:59:40 
 

« Mes élèves bangladais me disent que l’apprentissage du chinois leur donne des ailes ! » nous disait Mme Zhou Mingdong, directrice chinoise de l’Institut Confucius de l’Université de Dacca. Durant la 11e Conférence de l’Institut Confucius qui s’est tenue à Kunming, nous avons interviewé plusieurs directeurs d’Institut Confucius chinois et étrangers, qui nous confirment que les apprenants de chinois étrangers ont presque tous l’impression de « se sentir pousser des ailes ».

Cela fait plusieurs années que Mme Zhou travaille au Bengladesh, dans l’enseignement du chinois langue étrangère. Avant de prendre ses fonctions à l’Institut Confucius de l’Université de Dacca, elle avait déjà exercé trois mandats successifs en tant que directrice chinoise de l’Institut Confucius de l’Université Nord-Sud du Bangladesh. Selon Mme Zhou, la plupart des élèves locaux formés par l’Institut Confucius ont entamé une belle carrière après avoir décroché leurs diplômes. Certains parmi eux ont continué leurs études en Chine et ont choisi d’y rester. D’autres se sont trouvé une place dans les entreprises chinoises implantées au Bangladesh. « La langue chinoise m’a changé », ce sont des mots qui, d’après Mme Zhou, vont à merveille à ses élèves bangladais.

Li Zuqing, directeur birman de la Classe Confucius Fuqing en Birmanie, nous a également accordé un entretien durant lequel il a évoqué, non sans fierté, l’histoire d’un de ses élèves birmans. Il s’agit d’un jeune homme qui a pour nom chinois Cai Mingde, qui avait étudié le chinois pendant six mois, en 2007, au centre d’enseignement de Magway de la Classe Confucius Fuqing. Au début il voulait simplement apprendre des expressions basiques chinoises, mais il a eu la chance, plus tard, d’être recommandé par cette Classe Confucius pour un séjour d’études à Beijing. Après un an et demi d’études chinoises, il a réussi à entrer à l’Université d’aéronautique et d’astronautique de Beijing, dont le diplôme lui a permis de trouver un travail en tant qu’ingénieur à l’aéroport international de Yangon en Birmanie. « Un bon salaire et un bel avenir, tout cela grâce à l’apprentissage du chinois ! » commente M. Li Zuqing.

M. Li nous explique aussi que la Classe Confucius Fuqing, en s’adaptant aux besoins réels des populations locales, a ouvert cette année plusieurs ateliers de formation en chinois professionnel, destinés par exemple aux cuisiniers, aux guides et aux personnels d’aéroports. « Chinois + profession », cette formule, qui signifie une formation systématique et ciblée, permet aux apprenants de chinois de trouver au plus vite un travail satisfaisant.

Kunming, le 12 décembre ; article de Nian Xinhong, xinhuanet.com

 
mot clé:

Nouvelles concernées