Une lettre des enseignants de chinois accrédités en Inde au Siège de l’Institut Confucius (Hanban)

[Source]    Site officiel du Hanban [Time]    2015-11-26 13:48:06 
 

Respectez les dirigeants du Siège de l'Institut Confucius!

Tout d'abord, permettez-moi de souhaiter, au nom de l'équipe des 22 enseignants de chinois accrédités en Inde, un plein succès dans le travail, une bonne santé et nos v?ux de bonheur au personnel du Hanban.

Je suis Cheng Feng, chef de classe des premiers enseignants de chinois à être accrédités par le Hanban en Inde.

Zhao Yanqing, directeur du Service des enseignants, a qualifié nos 22 enseignants de chinois de " soldats d'acier ", car nous devons aller en Inde, un pays à la fois familier et étranger pour nous, car nous sommes des enseignants pionniers pour aller en Inde développer l'enseignement de chinois.

Nous, 22 enseignants de chinois en Inde, avons suivi des formations professionnelles à l'Université normale de Hainan, et des formations ciblées à l'Université normale de la Chine de l'Est à Shanghai. Nous avons passé l'examen organisé par le Hanban, et réussi les entretiens avec le président du Comité central de l'enseignement secondaire d'Inde et des directeurs d'école indiens. On dirait que nous sommes des " aciers spécifiques " bien sélectionnés.

Le 16 janvier 2014, Yang Jincheng, directeur du Service des enseignants, s'est déplacé depuis Beijing à la base de recherche et de formation de l'Université normale de la Chine de l'Est à Shanghai pour nous offrir un repas d'adieu.

Nous prêtions serment solennellement : Que nous soyons prêts à enseigner en Inde!

Nous savions bien que nous devrions travailler en première ligne dans l'enseignement en Inde. Que notre mission soit importante et notre t?che difficile!

Quand nous sommes arrivés en Inde au début de l'année 2014, les médias chinois et indiens, en particulier, CCTV, Radio Chine Internationale, Xinhuanet.com, Yinduabc et Radio Inde Internationale, ont tous relaté notre mission en Inde.

A l'époque, l'Ambassadeur de Chine en Inde, Wei, nous a re?us en audience. Cela nous a fait sentir que notre mission était assez importante.

Nous savions combien d'efforts vous aviez consacrés pour que nous puissions arriver en Inde pour enseigner...

En octobre 2011, à l'occasion de la visite au Hanban d'une délégation indienne de l'éducation, vous avez promis de former 300 enseignants de chinois pour la partie indienne, d'offrir des bourses d'études en faveur de cent enseignants de chinois indiens pour qu'ils viennent en Chine suivre des formations, ainsi que de donner des aides pour former des enseignants de chinois et développer des manuels de chinois.

En avril 2012, gr?ce à vos efforts, le Comité central de l'enseignement secondaire (CBSE) d'Inde a décidé d'intégrer le chinois dans le cadre des cours de langues étrangers. Pour la première étape, des cours de chinois devraient être proposés dans 500 écoles secondaires. Les cours de chinois devraient être graduellement généralisés dans 11 500 écoles secondaires en Inde.

Le 24 ao?t 2013, vous et M. Jaishanka, ambassadeur d'Inde en Chine avez signé, au siège de l'ambassade d'Inde en Chine, le Mémorandum d'entente entre le Hanban et le CBSE, en vue de préciser le mécanisme de coopération dans le domaine de l'éducation entre les deux parties.

Le 17 janvier 2014, quand nous avons tous mis les pieds sur le territoire indien, celui que nous devions remercier en premier, c'est vous : la respectée Directrice générale Xu !

Le 18 janvier 2014, nous nous sommes réunis au siège du CBSE à New Delhi. Le CBSE nous a annoncé dans quelle école chacun d'entre nous devrait travailler. Ensuite, nous avons respectivement rencontré le directeur de l'école où nous devrions enseigner. Le 19 janvier, nous sommes chacun allés enseigner dans notre école.

Formation à l'Université normale de la Chine de l'Est à Shanghai

Il était difficile de trouver un enseignant indien pour nous apprendre des connaissances sur l'Inde. Effectivement, nos connaissances sur ce pays étaient très superficielles. Nous restions quasiment ignorants de ce qui se passait en Inde.

Cependant, il était s?r que nous devrions travailler dans différentes écoles dans différentes régions en Inde. Dans ce cas-là, il était certain que nous pourrions rencontrer des difficultés inattendues. D'évidence, nous devrions nous unir pour faire face aux défis. Pour cela, j'ai con?u l'emblème de l'Association des enseignants de chinois accrédités en Inde , et demandé la signature au directeur Yang Jincheng avant notre départ. Avec un tel étendard uni, nous n'aurions plus peur.

Actuellement, nos 22 enseignants de chinois travaillent dans 22 écoles secondaires sous tutelle du CBSE dans 10 villes indiennes, à savoir Dehradun, Gurgaon, Ghaziabad, Delhi, Noida, Jaipur, Mumbai, Raipur, Bangalore et Calcutta.

En Inde

Nous avons eu des perplexités, des incertitudes et des doutes. Heureusement, nous avions l'association qui nous réunissait. Nous nous sommes entraidés, nous avons mené des discussions, nous avons partagé... Nous avons surmonté ensemble d'innombrables difficultés, en partageant les joies.

A peine arrivée à Bangalore, le professeur Wei habitait tout seul au dortoir de l'école, entourée de roseaux, dans une région éloignée. Lors d'une nuit orageuse, l'école a été privée d'électricité. La situation a paniqué le professeur Wei. C'est la sphère d'amitié établie au nom de l'association qui lui a permis de se débarrasser de sa panique. Nous nous souvenons aussi de la scène où nous avons mené des discussions via la sphère d'amitié pour le premier numéro de notre magazine " Yilu xiangxi " (Vers l'Ouest).

Les forces de l'équipe nous ont permis de passer ces deux ans en Inde ! Une telle expérience mérite nos souvenirs.

Qu'il s'agisse de la vie ou du travail, c'est un processus où nous avons appris à nous adapter. Pour nous, la découverte et la compréhension de l'Inde sont aussi progressives. Les 22 écoles où nous avons travaillé sont toutes sous tutelle du CBSE, mais il y a de grandes différences entre elles en matière d'installations éducatives, d'idéologie, de concepts éducatifs et d'humanisme. Citons mon cas en exemple. Le directeur de l'école où j'ai travaillé avait été directeur d'une école militaire qui a toujours gardé la mémoire de la guerre sino-indienne, lors de laquelle l'Inde avait été défaite. La plupart de mes élèves étaient originaires de la région de Zangnan (le prétendu Arunachal Pradesh sous contr?le indien, que la Chine ne reconna?t pas). Au cours de l'enseignement en Inde, en plus du travail dur, il nous faut aussi savoir communiquer intelligemment.

En septembre 2014, lors de la visite du président Xi en Inde, j'ai eu l'honneur d'aller avec 13 enseignants de chinois à New Delhi où nous avons été re?us par le président Xi. Comme responsable de l'équipe, j'ai obtenu l'occasion précieuse de serrer la main du président Xi.

Les attentes du président Xi quant à nous nous ont fait penser que nous étions non seulement des enseignants de chinois, mais aussi des envoyés amicaux pour promouvoir le développement des relations sino-indiennes, ainsi que des témoins du softpower croissant du pays. Nous devrions devenir exemplaires parmi les enseignants de chinois accrédités par le Hanban.

Au cours de ces deux années, nous n'avons jamais oublié les efforts déployés par les dirigeants du Hanban pour ce projet, ni les encouragements des directeurs Yang et Zhao. Chacun d'entre nous était assidu à son travail et a réalisé des exploits simples, mais inoubliables.

Personnellement, je n'ai pas encore rencontré pour l'instant de poste qui pourrait égaler le poste d'enseignant de chinois accrédité. Ici, j'ai trouvé ma propre scène internationale. Au-delà du travail, j'ai noté mes expériences en Inde avec presque 700 000 caractères chinois. J'espère pouvoir les publier dans un livre un jour. Je souhaite que la Directrice générale Xu puisse écrire la préface de ce livre.

A 80 jours de la date où nos visas expireront, nous souhaitons que ce projet puisse continuer, pour que les graines que nous avons semées puissent germer, fleurir et fructifier. Je me souviens clairement de ce que vous avez dit dans votre discours prononcé après la signature du Mémorendum d'entente entre le Hanban et le CBSC en 2013 :

" La promotion de l'enseignement du chinois en Inde ne sera jamais accomplie d'un seul coup. Sans 20 ans d'efforts inlassables, nous n'arriverons pas à réaliser ce grandiose objectif ! "

J'espère que nous, premiers enseignants de chinois accrédités en Inde, aurons été à la hauteur de vos attentes. Je souhaite que tous nos v?ux soient réalisés !

Nos sincères v?ux à vous !

Cheng Feng

A Dehradun, en Inde

Le 2 novembre 2015

 
mot clé:

Nouvelles concernées