Wang Yi : être un soutien, bâtisseur et diffuseur de l’amitié sino-africaine

[Source]    Xinhuanet [Time]    2015-01-28 17:28:16 
 

En compagnie de M. Pierre Moukok Mbounjo, Ministre des relations extérieures du Cameroun, et M. Jacques Fame Ndongo, Ministre de l’enseignement supérieur, le Ministre chinois des Affaires étrangères M. Wang Yi a visité l’Institut Confucius de Yaoundé II, y recevant un chaleureux accueil de la part des professeurs et étudiants.

« L’Institut Confucius est un pont qui dessert éternellement l’amitié sino-africaine. L’enseignement du chinois est une clé qui permet à la jeunesse d’ouvrir la grande porte de la connaissance de la Chine. La jeunesse, c’est l’avenir du pays. La jeunesse camerounaise qui vient ici pour étudier le chinois, pourra dans l’avenir s’investir dans la cause de l’amitié sino-camerounaise et y fonder pour soi une meilleure base d’une belle vie. », a déclaré M. Wang Yi.

« Tout à l’heure, quand j’ai demandé à M. Pierre Moukok Mbounjo pourquoi il y avait tant de jeunes Camerounais désireux d’apprendre le chinois, il m’a répondu que c’était parce que la Chine était un grand pays et un bon ami du Cameroun. Cette phrase très simple est aussi très sincère. Apres l’avoir entendue, je me suis senti heureux, ému, mais surtout investi d’une certaine responsabilité. Nous devons encore faire davantage d’efforts pour que la jeunesse camerounaise ne ressente pas seulement que la Chine est un grand pays, mais aussi un grand pays responsable, un grand pays amical, un grand pays partageant les joies et les peines avec les peuples africains, un grand pays avec lequel on marche vers l’avenir main dans la main. Nous ne devons pas seulement donner ce sentiment d’amitié aux 8000 jeunes Camerounais qui apprennent actuellement le chinois, nous devons le donner à une jeunesse de plus en plus nombreuse, à la jeunesse de tous les pays d’Afrique, qui, en plus, doit ressentir que la Chine est un ami de confiance, sur lequel on peut compter, un ami avec lequel les mots sont superflus. Pour tout cela, et à commencer par moi, nous devons, chacun d’entre nous, être un soutien, un bâtisseur et un diffuseur de l’amitié sino-africaine ; nous devons faire des efforts inlassables dans cette direction. », a-t-il affirmé.

(Yaoundé, le 13 janvier ; par Huang Yanan, Xinhuanet)

 

 
mot clé:

Nouvelles concernées