L’Institut Confucius permet au monde de mieux comprendre la Chine, selon John L. Thornton de la Brookings Institution

[Source]    Xiamen Ribao [Time]    2014-12-22 16:46:31 
 


« Si l’Institut Confucius continue ainsi, sans inflexion, en 30 ans, le monde aura connu un grand changement. »

John L. Thornton : un grand érudit

Né à New-York en 1954, John L. Thornton est un grand érudit qui a reçu sa formation de plusieurs écoles internationalement reconnues : Licence d’Histoire à Harvard, Licence et Master de droit à Oxford, et Master de gestion entrepreneuriale à Yale. Il a été PDG et membre du conseil d’administration de Goldman Sachs International et est actuellement président du conseil d’administration de la Brookings Institution, un des think tanks les plus influents du monde. En Chine, le haut fait qui l’a rendu très célèbre est d’avoir, il y a 11 ans, abandonné un poste payé 12 millions de dollars annuels pour venir enseigner à Qinghua, se munissant volontiers de « provisions de voyage ». Agé de 60 ans, il a déclaré un jour : « Je souhaite me consacrer jusqu’à la fin de mes jours à la promotion du dialogue sino-américain. »

Ce président du conseil d’administration de la Brookings Institution s’est embarqué hier dans son jet privé pour arriver à Xiamen et y prononcer un discours de moins d’une demi-heure devant les directeurs d’Institut Confucius du monde entier. Il les a encouragés en leur disant que nous traversions les temps les plus complexes de ces 70 dernières années, ce qui rend la souplesse des échanges culturels et humains, tels que les Instituts Confucius le permettent, de plus en plus importante.

L’époque la plus complexe de ces 70 dernières années

D’après Thornton, nous vivons l’époque la plus complexe de ces 70 dernières années. Parmi les facteurs de cette complexité, il cite les conflits ethniques et religieux, le terrorisme, la question du changement climatique et « les changements du monde ressentis par un grand nombre de personnes à travers les technologies de l’information ».

« Les téléphones mobiles intelligents accélèrent le processus de mondialisation, souvent, nous imaginons pour chaque problème complexe, une réponse simple et évidente, mais en réalité, la plupart du temps, cette réponse est erronée. », commente-t-il. Pour Thornton, la morosité atteint le monde en divers endroits : l’année prochaine, la croissance sera négative pour 7 pays sur 8 dans l’Union européenne, le Japon est dans une situation plus catastrophique encore avec un volume d’obligations qui représente plus de 200 % de son PIB, quant à l’Afrique, l’Amérique latine, la Russie et le Moyen-Orient, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus avec une inflation supérieure à 40 % dans certaines zones.

L’importance capitale de la souplesse dans les échanges culturels et humains

Thornton estime qu’avec le redressement de l’économie chinoise, le nombre de défis auxquels la Chine est confrontée croît également. Il a alors cité les réponses à la question « Pensez-vous que l’influence de ce pays dans le monde est positive ou négative ? » publiées dans un sondage mené à l’échelle internationale : le regard du monde sur la Chine est très contrasté, les pays où domine une image positive sont principalement en Afrique, en Amérique latine et en Asie, le record étant atteint au Nigeria, tandis que le désamour entre la Chine et les Etats-Unis est mutuel, les Américains sont de moins en moins nombreux à avoir une opinion positive de la Chine et ce phénomène est notamment constaté chez les jeunes.

Pour cette raison, Thornton conseille aux directeurs étrangers d’Institut Confucius de bien étudier le discours récemment prononcé par le président Xi Jinping à la Conférence centrale sur le travail des Affaires étrangères, un discours qu’il a lui-même régulièrement cité lors de son intervention. « Dans un tel contexte, l’Institut Confucius qui permet la souplesse des échanges culturels et humains, prend une grande importance car il permet au monde de mieux comprendre la Chine. », a-t-il déclaré.

 

Il conseille également aux Instituts Confucius d’inviter, dans tous les pays, des personnalités de tous les milieux, et notamment les jeunes, à venir découvrir la culture, la langue et la littérature chinoises, pour que les étrangers puissent mieux connaître la Chine. Une des phrases de ce consultant senior du Siège de l’Institut Confucius a largement été reprise dans le rapport de l’Institut Confucius : « Si l’Institut Confucius continue ainsi, sans inflexion, en 30 ans, le monde aura connu un grand changement. » .

xmnn.cn, Xiamen Ribao ; texte : She Zheng (journaliste), Li Jing (agent de presse) ; photo : Yao Fan (journaliste)

Cliquez ici pour accéder à la rubrique 9e Conférence de l’Institut Confucius

 
mot clé:

Nouvelles concernées