Fin de la première formation sur des manuels pour enseignants locaux des universités du Tadjikistan

[Source]    Institut Confucius de l’Université nationale du Tadjikistan [Time]    2013-05-14 14:12:05 
 

Le 21 avril 2013, dans la belle et nouvelle salle de Chine de la bibliothèque nationale du Tadjikistan, a pris fin un séminaire sur la formation de manuels pour des enseignants locaux des universités du Tadjikistan. Il était organisé par l’Institut Confucius de l’Université nationale du Tadjikistan

Le Tadjikistan compte déjà quatre universités ayant des cours de chinois ou des cours de chinois en option et huit universités ayant des cours de chinois publics. Le nombre d’étudiants en langue chinoise est en constante augmentation depuis des années et compte environ 650 étudiants scolarisés dans des universités.

Des enseignants locaux ainsi que des responsables de l’enseignement de chinois du département de chinois, du département linguistique ou du bureau de recherche des langues étrangères, soit au total 15 personnes, ont participé à ce séminaire. Ils venaient de six universités de Douchanbé, capitale tadjik, dont l’Université nationale du Tadjikistan, l’Université Slave de Tadjikistan-Russie, l’Institut national des langues du Tadjikistan, l’Ecole normale supérieure du Tadjikistan, l’Ecole supérieure de médecine du Tadjikistan et la branche de Douchanbé de l’Université de Moscou.


Pendant le séminaire 

Ce séminaire avait pour but de présenter, aux enseignants locaux de chinois et responsables de l’enseignement de chinois, des manuels de chinois recommandés par le Hanban et convenables pour des étudiants tadjiks afin que ces enseignants puissent se familiariser avec leurs caractéristiques, les ressources de divers manuels et manipuler la méthode d’enseignement. Ce séminaire a duré deux jours et était composé de cinq conférences. Le contenu concernait la présentation des manuels du Hanban, la pratique en classe des manuels, la présentation des méthodes d’enseignement ainsi que la présentation des manuels rédigés au Tadjikistan. Concernant les problèmes rencontrés lors de l’enseignement du chinois dans ce pays, les participants ont aussi discuté concrètement de projets pour améliorer l’organisation des cours professionnels de chinois, résoudre les problèmes courants dans les cours de chinois destinés aux élèves non professionnel en chinois, de l’examen HSK et de la combinaison entre ressources d’enseignement et pratique.


M. Rustam, professeur et directeur tadjik de l’Institut Confucius, présente des manuels de chinois en version tadjike

Lors de cette formation, des enseignants de l’Institut Confucius ont présenté des manuels en chinois et en russe et ont aussi choisi des manuels ayant déjà obtenu de bons résultats pour l’enseignement du chinois au Tadjikistan : « Niveau préliminaire pour le chinois Boya », « Partie de la vie quotidienne du chinois pour managers », « Le chinois en nouvelle version (en russe) » ainsi que des manuels pour la prononciation phonétique et la lecture. Les enseignants locaux ont montré un grand intérêt pour « La lecture de niveau élémentaire en chinois », « la partie phonétique du chinois pour managers » et « le chinois Boya ». De nombreux enseignants ont espéré que l’Institut Confucius puisse les aider à présenter ces cours et diversifier les cours actuels. Et des enseignants de l’Institut Confucius ont aussi échangé sur l’organisation de l’examen et le test HSK ainsi que sur l’organisation de cours selon les caractéristiques de l’apprentissage du chinois par les élèves tadjiks.


Des enseignants en train de remplir des questionnaires et des commentaires pour les manuels

Le séminaire de deux jours fut court. Les enseignants présents l’ont fortement apprécié. Ils l’ont trouvé très utile, surtout pour résoudre les problèmes rencontrés lors de l’enseignement, et permettant ainsi de promouvoir le développement de l’enseignement du chinois en Tadjikistan. Les enseignants espèrent qu’à l’avenir, ils auront davantage d’occasions de ce genre. L’organisation réussie de ce séminaire permet de renforcer les liens entre l’Institut Confucius et les enseignants locaux tadjiks, jetant ainsi une bonne base pour le bon déroulement de l’enseignement de chinois.

Texte par Liao Dun, photos prises par Zhu Peng et Mayiner

 
mot clé:

Nouvelles concernées