États-Unis : installation de la « Maison de la Chine » dans l’Université nationale du Colorado

[Source]    Xinhua News [Time]    2013-04-18 17:45:48 
 

(Du site de l’Agence Xinhua, à Denver, le 12 avril 2013, par le journaliste Wang Jun.) Dans l’après-midi du 12 avril, on entend de forts battements de gong et de tambour chinois à Fort Collins, à 90 kilomètres au nord de Denver, chef-lieu de l’État américain du Colorado. En costume folklorique chinois, huit élèves américaines blondes ont crié en chinois « Allez, la Chine ! ». C’est par une danse du Dragon devant son bâtiment rouge qu’a été inauguré l’Institut Confucius de l’Université nationale du Colorado.

Après les roulements des percussions, Mme Xu Lin, directrice générale du Hanban et directrice exécutive du Siège de l’Institut Confucius et M. Antonio Frank, recteur de l’Université du Colorado, ont inauguré ce plus jeune Institut Confucius des États-Unis. Un représentant du Hanban, des diplomates du consulat général chinois à Chicago et M. Chen Shou, vice-recteur de l’Université du Hunan, partenaire de cet Institut Confucius, ont salué ce moment important.

Une petite bâtisse de deux étages, de style ancien, va être la maison de l’Institut Confucius. Son mur d’enceinte rouge et son portique en arche sont la marque d’un style traditionnel. En entrant dans le bâtiment nouvellement décoré, on découvre successivement l’ensemble des classes, la salle de conférence et les bureaux… Devant la fenêtre de la salle de conférences, sont suspendues deux lanternes rouges chinoises. Les deux drapeaux nationaux flottent aussi dans la salle. Sur la cheminée, sont déposés des manuels de chinois. La décoration est simple mais agréable.

Dans l’interview qu’il a accordée à l’Agence Xinhua, Jim Kuni, responsable des affaires pédagogiques de l’Université du Colorado, a déclaré que l’Institut Confucius s’efforcera de renforcer les échanges avec la population locale et que la création de cet institut constitue un jalon important pour la région du nord du Colorado, pour Fort Collins et son université, car il permettra aux étudiants et résidents de mieux connaître la langue et la culture chinoises, ce qui est encourageant pour le Colorado et Fort Collins.

Il a dit que les préparatifs pour la création de l’Institut Confucius ont commencé dès l’an dernier, et que cette ouverture est une mesure importante pour réaliser l’internationalisation pédagogique. Durant les cinq dernières années, le nombre d’étudiants chinois présents sur ce campus, actuellement de 1 226, a été triplé. Il est prévu qu’ils seront 3 000 en 2020.

Il a rappelé que l’Institut a déjà créé un partenariat stratégique avec l’Université Pédagogique de l’Est de la Chine, l’Université de l’Agriculture du Nord-Ouest, l’Université de l’Agriculture de Chine et l’École Normale Supérieure de Beijing.

On a appris qu’il s’agit du troisième Institut Confucius créé par le Hanban et l’Université du Colorado dans cet État américain. Mais ce qui est signifiant, c’est que celui-ci a été créé dans une université de 30 000 étudiants, dans laquelle la durée des études est de quatre ans.

Dans son interview, Mme Xu Lin a déclaré que les États-Unis comptent actuellement 92 Instituts Confucius créés par des universités des deux pays, et qu’ainsi les USA disposent du plus grand nombre d’Instituts Confucius dans le monde. Elle a rappelé que 420 Instituts Confucius ont été créés dans 111 pays et régions du globe. Grâce à la rapidité de leur développement, ces instituts ont beaucoup contribué, non seulement à la promotion de la langue chinoise aux États-Unis et dans le monde, mais aussi à l’approfondissement de l’amitié et de la coopération entre la Chine et les autres pays de la Terre.

Amy Parsons, vice-rectrice de l’Université du Colorado, a exprimé son espoir dans la cérémonie d’inauguration que ce bâtiment deviendra la « Maison de la Chine » pour les professeurs et étudiants, ainsi que pour les gens du lieu, et qu’elle les aidera à connaître la langue et la culture chinoises.

Amy Parsons a signalé que ses deux filles aiment beaucoup ce qui touche à la Chine. Elle espère donc qu’elles fréquenteront assidument l’Institut Confucius, afin qu’elles puissent mieux connaître sa langue et sa culture. « Considérons ceci comme notre propre maison » a-t-elle conclu.

 
mot clé:

Nouvelles concernées