L’Année de la langue chinoise arrive à son terme après 19 mois de succès dans 60 villes françaises

[Source]    L'embassade de Chine en France [Time]    2013-01-30 13:28:38 
 

Paris, le 24 janvier au soir, la neige cède place à un vent glacial, causant une baisse brutale de la température.

Pourtant, sur le bord de Seine, la salle polyvalente de la Bibliothèque nationale de France se transforme en une véritable fournaise animée et chaleureuse où plus de 300 participants se sont réunis pour célébrer la clôture de l’Année linguistique croisée franco-chinoise et l’Année de la langue chinoise en France. Parmi ceux-ci, M. Kong Quan, ambassadeur de Chine en France et son épouse, Mme Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie du gouvernement français, M. Hao Ping, vice-ministre chinois de l’Education, M. Joël Bellassen, inspecteur général de chinois au Ministère français de l’Education nationale, Mme Jing Wei, vice-directrice générale du Hanban.


M. Kong Quan présidant la cérémonie de clôture

Dans son discours de présidence, M. Kong Quan a précisé que cette clôture de l’Année linguistique croisée franco-chinoise et l’Année de la langue chinoise en France tenue dans la Bibliothèque nationale, le « temple de la culture française » mettait fin à 19 mois de succès où à travers la France plus de 310 événements divers et variés se sont offerts au regard de tous.

Il a notamment insisté sur l’idée que cette « clôture » n’en avait que le nom car les effets bénéfiques de l’Année linguistique pour la promotion de l’enseignement linguistique sino-français se poursuivraient amenant toujours plus de diversité et élargissant constamment sa sphère d’influence.

Il a aussi indiqué que dans 3 jours, se célébrera le 49e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Une relation qu’il a décrite comme sur un nouveau départ se trouve confrontée à de nouvelles opportunités de développement au moment où le 18e Congrès national du parti communiste chinois a désigné une nouvelle génération de dirigeants centraux collectifs et s’est fixé de nouveaux objectifs ambitieux de « deux doublements ». Il a assuré que sous cette nouvelle direction, la Chine poursuivrait activement sa volonté de développement pacifique et de coopération d’avantages réciproques et de gagnant-gagnant, permettant aux pays du monde entier dont la France d’en obtenir davantage d’opportunités, aux gens passionnés pour le chinois de bénéficier d’un large champ d’action. Il a assuré que la Chine accordait une grande attention à sa relation avec la France, et était prête dans un commun effort avec la France, à approfondir le sens de ce partenariat stratégique et remporter de nouveaux succès à l’approche du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques.


Mme Yamina Benguigui célébrant la clôture de l’Année linguistique

Mme Yamina Benguigui rappelant la clôture de l’Année de la langue française tenue en Chine à Pékin il y a plus d’un mois, a présenté ses vœux de réussite à la clôture de l’Année de la langue chinoise en France. Elle a rappelé l’importance de la liaison culturelle dans la relation franco-chinoise et que le succès de l’année linguistique n’était pas un hasard, mais bien le fruit d’un héritage, celui de l’amitié profonde, déjà ancienne, entre la Chine et la France, une amitié qui prend sa source dans l’histoire des deux pays, dans les échanges entre deux civilisations. Elle a espéré que la France et la Chine maintiendraient la vivacité et l’intensité de leurs échanges linguistiques, atteignant pour 2015 un objectif de 50 000 étudiants chinois supplémentaires en France et de 10 000 étudiants français supplémentaire en Chine. Enfin, son discours s’est achevé sur une citation de Confucius adressée à la jeunesse des deux pays : « Etudier sans penser est ignorant, penser sans étudier est de la paresse ».


M. Hao Ping envisageant les coopérations entre les deux pays à venir dans le domaine éducatif

M. Hao Ping a adressé ses remerciements au Ministère français des affaires étrangères et à celui de l’Education ainsi qu’à l’ensemble des acteurs de la société française pour leur contribution à l’Année de la langue chinoise en France. Il a rappelé que la Chine et la France étaient deux pays de grandes cultures, représentants éminents des civilisations occidentale et orientale, et que tout au long de leur relation, les échanges éducatifs et culturels entre les deux pays n’avaient cessé d’occuper une place centrale. Il a également évoqué l’Année de la langue chinoise en France comme l’occasion pour des milliers et des milliers d’étudiants et citoyens français de goûter au charme original de la langue et la culture chinoises et de découvrir la joie de se connaître et de se comprendre. « Des deux côtés existe le désir de mieux connaître l’autre par le biais de l’étude de la langue, or, cet esprit d’ouverture et d’inclusivité est justement le préalable au respect, à la compréhension et à la confiance, la clef de voûte d’une coopération réussie, conforme à l’intérêt de tous », a-t-il ajouté.

Assurant que l’immense succès de l’Année linguistique croisée franco-chinoise nous apportait plus de confiance encore pour développer tant en profondeur qu’en envergure les échanges humains à l’avenir, M. Hao a formulé le vœu que les deux parties puissent saisir une telle opportunité pour poursuivre leur soutien vigoureux à la popularisation du chinois en France et du français en Chine et permettre ainsi aux échanges et coopération humains entre les deux pays de franchir une nouvelle étape.

Ensuite, Mme prof. Maria-Pina Selbonne, représentante du premier groupe d’étudiants français en Chine, célèbre spécialiste de la langue chinoise et vice-directrice de l’Institut des sciences humaines et sociales (INSHS) du CNRS, a déclaré officiellement fondée l’Association des étudiants français en Chine, appelant toutes les personnes ayant fait leurs études en Chine à venir y adhérer. D’après une estimation approximative, il y a environ 10 000 personnes.

Durant la cérémonie, les invités d’honneur dont M. Kong Quan, Mme Benguigui, MM. Hao Ping et Bellassen ont distribué le « prix commémoratif de l’année linguistique croisée franco-chinoise » et les prix aux lauréats de trois catégories : « calligraphie », « photo » et « chants chinois ».


Distribution des prix aux lauréats


Applaudissements du public

La cérémonie de clôture s’est ouverte sur un spectacle de la chorale du Conservatoire à rayonnement régional de Rueil-Malmaison interprétant « Molihua » (« Jasmin ») « Yangguan Sandie » (une célèbre chanson artistique antique) entre autres chants délicats. Des chanteurs américains d’origine asiatique du Centre de la Représentation artistique, prenant pour thème le programme « I sing Beijing », ont interprété de célèbres musiques et un medley de grands opéras nationaux chinois. Leur interprétation vive, allègre et humoristique du chant agraire « Fuqi shizi » (« Le couple apprend à lire » ) et d’un extrait de « Baimaonü » (« La fille aux cheveux blancs » ), le style grandiose de l’ « Ode au Fleuve Jaune » et « Wo zhu Zhangjiang tou » ( « J’habite au bord du Yangtsév ) ont su toucher le cœur du public, d’autres chants comme « Wo ai ni Zhongguo » (« Chine, je t’aime ») dont le sentiment est très sincère, ont éveillé des résonnances. La prononciation claire, la voix puissante des interprètes ont été vivement appréciées par le public où de nombreux Français sinophones n’ont pu s’empêcher d’entonner ces chants bien connus. Les nombreux moments forts de la représentation ont suscité des tonnerres d’applaudissement.


Medley de chants traditionnels chinois interprété par la chorale des élèves du secondaire


Le lyrisme des artistes au rendez-vous !

Alors que les célébrations touchent déjà à leur fin sans s’en apercevoir, que les spectateurs comblés d’intérêt quittent la salle à regret, ceux-ci jouent encore des coudes pour recevoir les manuels de chinois, matériels audiovisuels et autres souvenirs préparés par l’ambassade.

L’Année linguistique croisée franco-chinoise, décidée par MM. Hu Jintao, président de la République populaire de Chine et Nicolas Sarkozy, alors Président de la République française en novembre 2011, a pour objectif de promouvoir la diffusion respective des deux langues nationales et les échanges éducatifs entre les deux pays. L’Année de la langue chinoise en France a été officiellement inaugurée en juillet 2011 à Paris, présidée par M. Huo Guoqiang, alors membre du comité permanent du bureau politique du parti communiste chinois et l’ancien Président Valéry Giscard d’Estaing. Cette année de la langue chinoise a bénéficié de la participation enthousiaste de 60 villes, plus de 700 établissements scolaires et des dizaines de milliers de participants à travers la France.