La culture chinoise séduit la France He Guoqiang participe à la cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue chinoise en France

[Source]    l'Agence Xinhua [Time]    2011-07-08 10:13:14 
 

Le 4 juillet 2011, He Guoqiang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), secrétaire de la Commission centrale de Contrôle de la Discipline du PCC, et l'ancien président français Valéry Giscard D'Estaing, représentant du gouvernement français, ont assisté à la cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue chinoise en France. (Photo par Gao Jing, journaliste de l’Agence Xinhua)

  Le 4 juillet à midi, une chaude ambiance de culture chinoise régnait dans la salle de la Concorde de l’hôtel Westin, en plein centre de Paris. He Guoqiang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), secrétaire de la Commission centrale de Contrôle de la Discipline du PCC, en visite officielle en France, a tenu à assister, au côté de l’ancien président français Valéry Giscard D'Estaing, à la cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue chinoise en France.

 À 11 h 45, heure de Paris, He Guoqiang fait son entrée dans la salle de la Concorde. Des élèves du Lycée en Forêt de Montargis (Loiret) et du Collège Claude Debussy, qui tous apprennent le chinois, lui souhaitent chaleureusement la bienvenue. « Bienvenue ! », « Merci ! »... Tous ces termes en chinois aident au rapprochement entre He Guoqiang et ces jeunes Français.

 En novembre 2010, lors de la visite en France du président chinois Hu Jintao, il a décidé en commun avec le président français Nicolas Sarkozy d’organiser de 2011 à 2012 les années croisées de la langue, en vue de renforcer les échanges entre les deux peuples et d’élargir la coopération amicale entre les deux pays.

。 La participation de He Guoqiang à la cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue chinoise en France marque le début de cette importante activité qui constitue un pas essentiel dans la mise en application de la coopération entre les chefs d’État des deux pays.

 Après que les invités eurent pris leurs places, des artistes et jeunes gens, tant chinois que français, ont offert un spectacle. Ils ont donné des numéros comme le chant choral « Où est le printemps ? », la déclamation avec accompagnement musical du poème « Ma père patrie et ma langue maternelle », des démonstrations d’arts martiaux et l’interprétation d’airs musicaux sur le erhu, le violon chinois. Tous ces numéros étaient très représentatifs de la culture chinoise et concrétisaient les efforts des artistes sino-français.

 L’intérêt de He Guoqiang pour le spectacle n’a pas faibli et il a chaleureusement applaudi les représentations données par ces artistes et ces jeunes gens.

Après le spectacle, Valéry Giscard D’Estaing a pris la parole. Âgé de 80 ans, il étudie le chinois depuis déjà plus de trente ans. Il a d’abord salué l’assistance en chinois et souligné la signification importante de ce lancement des années des langues croisées en France et en Chine. Il a déclaré que la langue est l’outil majeur de la compréhension mutuelle, que la maîtrise de la langue est essentielle pour partager les émotions et les savoirs, et pour mieux connaître les cultures anciennes et goûter leurs valeurs. Il a rappelé qu'il a commencé à apprendre le chinois dans les années 1980, afin de se familiariser avec l'histoire et la culture de la Chine.

 Enfin, retenant l’attention de tous, He Guoqiang a prononcé un discours. Il a dit que l’attachement et les efforts de M. Giscard D’Estaing pour apprendre le chinois l’ont beaucoup touché, mais que, quant à lui, il ne parle pas français. « Sur ce point, je dois reconnaître que je devrais l’apprendre ! » L’humilité et l’humour de He Guoqiang ont suscité des applaudissements et des rires.

 Par la suite, He Guoqiang a présenté aux invités présents les échanges tels qu’ils se sont développés depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Il a souligné que ces échanges culturels et humains constituent la base et la condition de l’approfondissement des relations bilatérales. Leur amélioration rapide joue un rôle irremplaçable dans le développement du partenariat stratégique complet sino-français. En brossant une rétrospective des échanges entre la Chine et la France dans le domaine de la culture linguistique, il a commencé par évoquer la première série de manuels d’enseignement du chinois rédigé par des Français au 18e siècle, et il a aussi parlé de la Classe de France ouverte par l’École Tongwen, le plus ancien établissement d’enseignement des temps modernes en Chine. Il a parlé des philosophes et grands écrivains français comme Voltaire, Montesquieu, Hugo, et aussi des éminents dirigeants de la révolution chinoise qui ont mené des études en France comme Zhou Enlai, Deng Xiaoping et Chen Yi. Ainsi, son discours a abordé l’histoire de plusieurs siècles.

 En ce qui concerne l’actuelle situation de la coopération en matière d’échanges culturels et humains, il a évoqué la « passion des élèves chinois pour poursuivre des études en France », ainsi que de la « passion pour apprendre la langue chinoise » qui se manifeste dans la société française. Il a aussi fait état du grand intérêt dont font preuve des jeunes Français pour les poèmes des Tang et des Song, les costumes des Han et des Tang. Il a aussi parlé la passion des touristes chinois pour le Louvre et la cathédrale Notre-Dame de Paris. Chacun a pu constater qu’il connaît parfaitement la situation et les chiffres qui s’y rapportent.

« En Chine, un proverbe dit que la langue exprime les idées. Les échanges linguistiques permettront de promouvoir les connaissances culturelles, la communication des idées et l’approfondissement de l’amitié entre les peuples de Chine et de France. » Le discours de He Guoqiang a suscité de vives réactions parmi les auditeurs, et les applaudissements qui l’ont salué ont retenti dans toute la salle.

À la fin de la cérémonie, He Guoqiang et Valéry Giscard D’Estaing sont montés sur scène pour inaugurer l’Année de la langue chinoise en France. Une fois levée la toile rouge en soie, le slogan « L’Année de la langue chinoise », rédigé dans les deux langues, est apparu à tout le monde, sous de longs applaudissements.

 Par la suite, He Guoqiang a été pris en photo, entouré d’acteurs chinois et français ; puis il a visité l’exposition « L’enseignement du chinois en France ».

Zou Jie, jeune Français de la coopération ayant participé à la représentation, a déclaré aux journalistes qu’il a tiré de la visite de He Guoqiang une grande stimulation, car il a déjà obtenu un certificat d’enseignement du chinois et il espère pouvoir enseigner le chinois en France pour contribuer à la promotion de la culture chinoise.

 Malgré la longue distance qui sépare la Chine de la France, les deux peuples ont montré une admiration réciproque pour leur langue et leur culture. Traversant des monts, des mers et des fleuves, une résonance lointaine s’est fait entendre au bord de la Seine, à Paris.

Nous avons la conviction que la visite officielle de He Guoqiang en France et sa participation à la cérémonie d’inauguration de l’Année de la langue chinoise en France permettront de promouvoir les échanges linguistiques et culturels entre la Chine et la France et de jeter de bonnes bases pour le développement des relations bilatérales et de l’amitié entre les deux peuples.